Articles avec #elle coud tag

Publié le 24 Septembre 2017

La souris fabrique tant de sacs et de pochettes qu'elle croule sous les sacs et pochettes et elle s'est dit: "Et pourquoi je n'en vendrais pas?"

Elle s'est prise à rêver d'une activité reconnue, d'heures passées dans son atelier à imaginer des alliances de matières et de couleurs, d'achats sans compter de fournitures, de tables bien garnies sur des marchés de Noël au milieu des créatrices joyeuses...

Plus de culpabilité à stocker, plus de "T'en as vraiment besoin, de ce n-ième sac?"...

Une vraie valorisation de son travail...

 

Alors, avant de se lancer tête baissée, la souris étant prudente, elle a pensé

                          aux calculs de rentabilité

                                  aux coûts de revient

                                           au coût de la main d'oeuvre

                                                   à la productivité horaire

                                                          à la gestion des stocks

                                                                   à la gestion du personnel

                                                                            aux marges brutes...

 

Pour commencer, elle a voulu savoir combien de temps ça lui prenait de fabriquer un sac. Et puis, ça tombait bien, elle avait un cadeau à faire. Alors, elle a patronné deux tailles. Puis elle a taillé deux sacs. Et elle a cousu deux sacs.

Vous avez dit sacs ?
Vous avez dit sacs ?
Vous avez dit sacs ?
Vous avez dit sacs ?

Le petit sac mesure 27 x 17 x 38, le grand 30 x 20 x 40. Tous deux sont en skaï et... (tissu bayadère pour l'un, enduit Liberty pour l'autre), ont un passepoil, une doublure intégrale avec poche.

 

Le petit a donc été offert.

 

Ceci étant, le futur stock n'a crû que d'un sac...

Et là, la souris s'est demandé si elle aurait le courage de coudre plein de sacs semblables avec un tel ratio d'un sac offert sur deux cousus....

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 21 Août 2017

Quand on voyage en combi et que l'on fait beaucoup de camping sauvage, il n'est pas inutile d'emporter avec soi un équipement assurant un confort fondamental, du moins à mes yeux. J'ai nommé le Potti-potta  (c'est le petit nom de notre Porta potti, je vous laisse deviner de quoi il s'agit... ou chercher sur le net !).

 

Mais ce qui manque aussi, c'est un petit coin tranquille pour vaquer dans l'intimité à ses occupations potti-pottesques - parce que, je peux vous l'assurer, il y a toujours quelqu'un, même dans le coin le plus reculé !

 

Nous avons donc l'an dernier fait l'acquisition d'une "cabane au fond du jardin":

La cabane au fond du jardin

Un rêve...

Mais le rêve s'est vite effondré : la cabane s'est envolée au premier coup de vent du premier petit matin. Les quatre piquets n'ont pas tenu dans le sable de la plage où nous avions passé la nuit (et posé le siège). Au grand dam de l'impétrante qui usait des lieux à ce moment précis - parce que, bien sûr, il y avait plein de QUELQU'UN sur la plage.

 

J'ai cousu ce qui peut être la solution: un tapis qui, fixé aux quatre arceaux de la tente et maintenu par le poids du Potti-potta (et celui de son utilisateur-trice...), devrait ôter toute velléité d'envol à notre cabane au fond du jardin...

La cabane au fond du jardin

Moi, je vous le dis, l'avenir me sourit...

 

A moins que je ne m'envole?

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 18 Août 2017

J'ai cousu utile: un très très grand drap de bain pour l'emmitoufler chaudement au sortir du bain.

Couturettes pour le Baby boy...

Taille: 1 m x 1 m

Tissus: éponge et cotonnade (pour le biais fait maison) Décor discount

 

J'ai cousu toudou: un petit doudou dinosaure - l'application du drap de bain est assortie, vous avez vu?

 

Couturettes pour le Baby boy...

Modèle: doudou dinosaure du blog "Minuscule infini"

 

Et j'ai cousu déco: une guirlande pour sa chambre:

Couturettes pour le Baby boy...

 

Sa mamie pense quand même aussi à lui, ce petit bout...

 

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 8 Août 2017

Ma maman a admiré mon sac à tricot (qui est un sac à tout puisque je m'en sers sans cesse).

30 cm de skai, 30 de tissu enduit Liberty, 50 cm de coton, une recette éprouvée, et elle repartait avec le sien:

Du sac comme marque de piété filiale
Du sac comme marque de piété filiale
Du sac comme marque de piété filiale

Si jamais vous croisez ce sac dans les rues de Paris, sachez que c'est ma maman qui le porte!

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 4 Août 2017

Adèle aime aussi le bleu. Du moins ce coupon-là, minuscule, un simple fat quarter,  dans lequel Supermamie a réussi à sortir un petit haut bien court, d'autant plus court que la miss ne cesse de grandir.

Un crop-top, quoi...

La petite-fille qui aime le bleu

Cousu en vitesse le matin même du départ des filles, Sans patron, sans essayage. Enfin, sii, un essayage-portage. Ce que vous voyez sur la photo, c'est le truc qui vient de quitter la table de ma MAC, s'est posé sur les épaules de la miss... et y est resté, jusque dans la voiture du départ !

Le crop-top ne fit donc pas un flop...

 

Sur la photo, Adèle le porte donc pas lavé, pas repassé, avec des épaules archi-carrées... j'ai supposé que le lavage allait assouplir le tissu et que les épaules allaient un peu retomber. Mais je n'en sais rien, je n'ai pas eu de nouvelles.

Alors, je me questionne: flop ou pas flop depuis?

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 2 Août 2017

Me revoili, après quelques semaines ben remplies dédiées à la "family life".

La maison est vide depuis hier. Nous voici de nouveau deux et c'est en tête-à-tête cette année que Grand Chéri et moi fêterons cette année mon anniversaire (je suis née un 4 août, jour de l'abolition des privilèges - je ne suis pas certaine qu'ils aient été abolis, mais ce sont quand même de bons auspices!).

 

Une maman, deux fils, deux mariages, trois petites-filles, trois anniversaires, quatre jours au bord du lac... Cet inventaire à la Prévert, c'est en résumé mon mois de juillet. Un mois bien rempli, ne laissant guère de temps aux travaux manuels et au nourrissage d'un blog.

 

Je peux quand même vous montrer quelques petites choses, tout d'abord ma troisième robe neuve bleue de l'été:

 

Le retour de la fille (qui aime le bleu)
Le retour de la fille (qui aime le bleu)

J'avais taillé une toile, vous vous souvenez? En jersey fleuri - et bleu:

Le retour de la fille (qui aime le bleu)

Puis j'avais voulu coudre la VRAIE robe dans une cotonnade trouvée chez Toto (dont le vrai bleu se situe quelque part entre les bleus des deux photos). Mais la vraie robe était trop serrée du buste (la cotonnade étant moins élastique que le jersey) et j'avais lâché l'affaire. Mais Grand Chéri, revenu de son voyage en bateau, avait trouvé la vraie robe plus belle et plus élégante que la toile et m'avait assuré que cela valait la peine de tout reprendre. Par chance, il y avait toujours début juillet chez Toto, le second coupon de cotonnade.

Et j'ai donc cousu une quatrième robe bleue - la vraie robe du mariage.

 

Me voilà donc à la tête de trois robes neuves bleues (eh oui, la quatrième est passée aux oubliettes, ou plutôt au recyclage: j'y taillerai bien une robe pour une des filles!).

J'ai porté ma toile neuve bleue au premier mariage.

J'ai porté ma Vraie robe neuve bleue au second.

Et j'ai porté ma robe neuve bleue à chats les lendemains...

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 18 Juillet 2017

Louison a fêté ses 7 ans chez nous. Le 13 juillet.

 

Louison a eu de la chance: cette année encore, elle a eu un feu d'artifice d'anniversaire ! Bon, Grand Chéri a bien une fête des Lumières d'anniversaire si nous sommes à Lyon. Et moi, j'ai encore mieux: une abolition des privilèges !

 

L'abonnement (à Mes premiers J'aime lire, cette année) est un cadeau qui arrive une fois par mois dans la boîte à lettres.  Les filles aiment ce rendez-vous mensuel.

Mais c'est quand même pas mal d'ouvrir des paquets-cadeau joliment enrubannés ! Alors, j'ai cousu une pochette kibrille, la même que celle réalisée pour sa soeur, juste dans un autre tissu.

La pochette qui brille (beaucoup)

Fournitures: tissu et tissu pailleté achetés à Créativa

 

Encore une pochette, a dit Grand-Chéri. Mais, ça sert toujours, une pochette. Même à 7 ans. Et surtout une pochette kibrille.

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 8 Juillet 2017

Pour parfaire ma tenue élégante (de mariage), assortie à mes chaussures (de mariage), à ma robe (de mariage), à une étole (de mariage) (une étole toujours neuve, bien que datant de quelques  années), j'ai cousu en dernière minute une pochette (de mariage). Me voilà enfin prête...

 

 

 

 

La pochette qui brille (un peu)
La pochette qui brille (un peu)

Modèle: perso (une simple pochette avec deux rabats en triangle)

Tissu: lin enduit légèrement pailleté (tissus Myrtille) - passepoil argent (Mondial tissus) - dragonne dans une chute de lin enduit argent - doublure coton Créativa - pressions KAM bleues

 

 

Je vous promets, je ne vous parle plus de tenue de mariage...  c'est la dernière fois. De toute façon, il n'y a plus rien à en dire, ma tenue atteint la perfection, du moins à mes yeux.

 

Sinon, je tente sarouel + rangers...

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 6 Juillet 2017

Saisie de paresse et du syndrome des soldes, la souris s'est mise en quête d'une tenue pour les deux mariages de juillet et elle a couru boutiques et magasins. La souris n'est pas d'une taille standard et la recherche du "vêtement un peu habillé mais portable ultérieurement" s'est avérée être un véritable challenge...

Elle a trouvé, certes, la robe qui conviendrait à merveille, seyante, chic et originale,.. mais pas dans les bacs de vide-stock, ni même simplement en solde. Ladite robe coûtait près de 300 € ! La souris a, à l'évidence, des goûts de luxe.

 

Mais aussi d'autres priorités dans la vie que de faire des achats dispendieux !

 

Alors, faute d'achat de robe, elle a cousu une robe à chats...

 

Non-achat de robe à chats
Non-achat de robe à chats

Modèle: Harriet de la Maison Victor  (décidément, la souris est infidèle à Burda).

Modifications: patron élargi à la taille, encolure creusée

Tissus: jersey viscose des Tissus Myrtille Lorient (la couleur est celle de la seconde photo)

 

 

La souris sait apprécier les chats... à l'occasion !

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 3 Juillet 2017

Une cousette sans patron, déjà moult fois réalisée (parce qu'un non-patron doit aussi être rentable, il n'y a pas de raison!). Réalisée en moins d'une heure (si on ne compte pas le temps mis à fouiller les stocks pour trouver les trois tissus et le galon qui s'accorderont en toute subtilité).

Car il faut de la subtilité en couture.
 

Non-patron
Non-patron

Bon, ne soyons pas avare de conseils... Miclasouris vous livre ici en toute exclusivité sa recette de la tunique subtile...

 

Recette de la tunique subtile

 

Matériel: un Tshirt, des ciseaux... et trois petits bouts de tissus

 

Réalisation en deux temps trois mouvements (ce qui fait donc bien 5 étapes!)

0) Trouver un Tshirt (vieux ou neuf) et trois morceaux de cotonnade (un grand, un moyen et un petit) + du biais ou du galon, dont tous les coloris s'assortissent sub-ti-le-ment (ceci est un préalable et non une étape, bien que cela puisse prendre beaucoup de temps surtout si on est obligé de faire dix magasins - ... ou alors, il faut avoir un stock comme le mien.)

 

1) Couper sans hésiter le Tshirt, environ 15 cm en-dessous des dessous de bras (il est conseillé de garder le morceau coupé, que l'on rangera dans le panier à grands petits bouts - ça peut toujours servir !).

 

2) Couper un trapèze dans le tissu le plus grand (le haut doit mesurer la largeur du bas coupé du Tshirt).

 

3) Faire un puzzle avec ce même tissu et les deux autres et garnir de galon, biais, passepoil, pompons... ou tout autre décor assorti (sub....ment)

 

4) Couper la pièce obtenue en trapèze (même forme que le trapèze précédent).

 

5) Assembler verticalement les deux trapèzes et les coudre au Tshirt.

 

 

Euh... en fait c'est en deux temps quatre mouvements, j'ai oublié le

6) Ourler le bas...

 

 

 Bonne et subtile couture !

 

 

 

Publié le 2 Juillet 2017

J'ai adressé un hommage vibrant aux patrons Burda dans mon dernier post. C'était pour mieux leur faire une infidélité... en cousant du "La maison Victor". Eh oui, j'achète aussi cette revue, dont je préfère le look (disons que leurs tissus sont un peu plus modernes!).

 

Et, comme La maison Victor taille grand, je gagne une taille, c'est réjouissant.... Je ne couds pas Simplicity, car c'est moralement éprouvant - je prends une taille par rapport aux Burda (et deux par rapport à LMV !)

 

Voici, dans mon joli jersey viscose breton tout fluide, la robe Hanna du n° 14 de La maison Victor.

Une robe victorienne
Une robe victorienne

J'ai fait quelques modifications: j'ai élargi à la taille, mais un peu trop, car j'ai dü la resserrer ensuite, et j'ai remonté la taille, qui était trop basse, bien que je mesure la taille standard (je mesure 1,70). Peut-être est-ce dû à la "lourdeur" du  tissu - qui vaut d'ailleurs à la robe un tomber superbe. Et, de plus, c'est un modèle très amincissant.

 

C'était un test avant de réaliser le modèle final en cotonnade pour aller à un mariage cet été. Mais je taillerai la prochaine robe sans modifier le patron, car le tissu ne sera pas aussi élastique que le jersey.

 

 

Et puis, je ne suis pas sûre que ce ne soit pas celle-ci, ma robe pour le mariage. Il faudrait juste que je trouve un lin bleu assorti pour réaliser la petite veste courte qui "habillera" sans doute la tenue.

Alors que j'ai déjà le lin qui va avec la cotonnade... 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud