Publié le 25 Septembre 2013

Et voici le petit  gilet roux de ma grande blondinette:

Panne de laine et gilet roux (2)
Panne de laine et gilet roux (2)

Un petit modèle top down tout simple au devant orné d'un "plastron" en point fantaisie.
Et un petit gilet ravissant sur Adèle...

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Publié le 24 Septembre 2013

Je suis tombée en panne de laine. Oui, vous avez bien entendu: je suis restée sans laine. Je vous rassure, ça n'a duré que quelques heures.

Mais j'ai souffert, quand même...

Cela s'est passé pendant notre balade dans l'Aubrac. Celle au cours de laquelle j'ai fini mon châle Violonné.

Mais laissez-moi remonter en arrière. Lorsque nous partons en camion, j'emporte toujours un tricot - enfin, des laines. De quoi tricoter. Ce qui signifie ce sac plein:

Panne de laine et gilet roux (1)

Il est à mes pieds et souvent plein à craquer, c'est vrai. Pendant la Croatie, il a eu la mauvaise idée de déclipser (en cassant les clips) le porte-bouteilles du camion. Grand Chéri n'a pas pu s'empêcher d'incriminer le seul sac (moi, j'ai suggéré la mauvaise qualité des clips...) et sa propriétaire légitime (moi j'ai tenté de dire que ce n'était pas forcément que à moi...).

Vous avez compris, en partant en Aubrac, j'avais juste pris un petit panier.

Panne de laine et gilet roux (1)

Et mal jugé de ce qui me restait comme laine pour finir le châle (je comptais faire une répétition de plus).

D'où la panne de laine.

D'où la halte au Puy.

La recherche d'un magasin de laines et la visite du musée de la Dentelle pendant que Grand Chéri visitait la cathédrale.

La trouvaille d'une laine d'un joli roux (tiens, ça changera!):

 

Panne de laine et gilet roux (1)

Et le début du tricotage d'un petit gilet top-down, modèle adapté aux circonstances: pas besoin d'explications, pas besoin de place, et ... pas besoin de trop réfléchir!

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Publié le 23 Septembre 2013

C'est fait, ils sont mariés...

Ce fut une très belle fête dans un très bel endroit (le couvent des Carmes de Beauvoir-en-Royans), avec un beau soleil tout estival, une folle atmosphère années folles (c'était le thème et tout le monde avait joué le jeu!), et plein de gens - connus et inconnus - et de petits enfants (dont les deux des mariés)...

La mariée était radieuse et très belle (elle avait aussi un très joli châle, et disait à tout le monde que c'était moi qui l'avais fait - ma modestie en a beaucoup souffert - ciel, mes genoux!)

Nous avons dansé jusqu'au matin (ciel, mes genoux... - à mon âge canonique, combien de temps me faudra-t-il pour récupérer?)

 

Elle ne parle pas de sa robe, vous dites-vous?

Non, c'est trop douloureux...

Tenez voilà quelques mauvaises photos de ma tenue... Prises samedi matin, juste après avoir cousu des brides pour soutenir la ceinture au niveau du dessus des hanches. La robe n'est pas repassée, elle va l'être...

 

Ainsi alla ma robe au mariage...
Ainsi alla ma robe au mariage...
Ainsi alla ma robe au mariage...Ainsi alla ma robe au mariage...

Une jolie soie bleu lavande, une coupe travaillée, un ruban de satin sur les hanches, un plastron de perles datant vraiment des années 20, un longue étole frangée en tissu froissé noir, une pochette rigide faite dans la soie de la robe et recouverte de dentelle noire, et un bandeau (toujours en soie) orné d'une rose porté sur le front...

Bref moi aussi j'avais franchement joué le jeu de la tenue Années 20.

 

Eh bien, cette robe que j'avais quasiment cousue à la main tant le tissu était difficile à travailler, cette robe qui m'allait si bien, même Grand Chéri le disait, cette robe que j'aurais pu reporter facilement sans col ni ruban, cette robe n'existe plus. Elle a craqué. Le tissu a lâché avant même le repas (à 18 heures, nue dans le camion, je recousais la pince de poitrine!). La réparation a tenu, mais, quelques heures plus tard, je découvrais que ça lâchait en-dessous. Le tissu se délitait littéralement...

La soie était-elle trop vieille (ce tissu attendait son heure depuis des années)?

Etait-ce le coup de fer donné le matin avec un fer à vapeur qui se trouvait par erreur à court d'eau, donc sans vapeur?

 

Voilà, ma robe est passée à la poubelle...

 

 

 

D'abord, j'm'en fiche.... J'm'en referai une, na!.

Et pas dans un tissu incousable et inrepassable...

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 12 Septembre 2013

Adèle a fait sa rentrée en CP. Oh la grande fille! (eh oui, déjà!).

Louison a fait sa rentrée en petite section. Oh la grande fille! (eh oui, déjà).

 

La maîtresse d'Adèle demandait un tablier pour la peinture. Alors mamie en a confectionné un...

Le tablier de rentrée

Le tablier de rentrée

Il est bien imperméable... Normal, vu le tissu que j'ai utilisé! Du rideau de douche (venant du Grand Suédois).

Il se ferme dans le dos par deux petites bandes de velcro qu'Adèle peut facilement scratcher toute seule. Il a une grande poche devant à la demande de la demoiselle.

Réalisé sans patron et vite fait bien fait - mais il en jette, hein?

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 10 Septembre 2013

Je vous avais annoncé en septembre dernier l'ouverture d'un café-tricot au café associatif Tart'en'pion à St-Martin d'Hères. Il a fonctionné tout l'hiver, avec une fréquentation variable, certes, mais régulière. L'ambiance était sympa, tout roulait...

Mais, en avril, un jeudi, nous avons trouvé porte close: Tart'en'pion cessait son activité et fermait. Un peu au débouté, la maison de quartier Romain Rolland mettait à notre disposition la Salle des habitants. Et ça convenait à tout le monde...

 

Et ça continue cette année...

 

 

 

Au fait, et le café-tricot???

Publié le 10 Septembre 2013

100 g de bleu violacé + 50 g de rose saumonné = un châle de plus!

Je vous en avais parlé ici:

Eh bien, il a été fini pendant notre virée en camion

C'est en effet un ouvrage pratique (plus que le pull jacquard que j'ai commencé pour Louison!):

- il ne tient pas de place,

- il ne prend pas trop la tête - laissant tout loisir d'admirer les beaux paysages -

- et point n'est besoin d'un diagramme sous les yeux pour faire avancer la bordure lace tant le point est facile à mémoriser!

 

Tadam... le voici:

Le châle Violonné de miclasouris
Le châle Violonné de miclasouris

Le châle Violonné de miclasouris

Quelques explications techniques:

- C'est un châle "crescent". Les augmentations sont réparties tout au long d'un rang (et sur certains rangs seulement). C'est ce qui lui donne cette forme arrondie et allongée.

- Il est tricoté avec une laine teinte à la main (offerte par Heike, merci, Heike!) et une laine mérinos du commerce (Boud'Chou de Plassard) avec des aiguilles n° 3,75 (des aiguilles 4 iraient tout aussi bien). Il ne me reste quasiment rien!

- Les augmentations s'effectuent par des jetés (au milieu de chaque bande violette) et par des augmentations invisibles (chaque premier rang violet après la bande de trous-trous saumon).

- La bordure est tricotée longitudinalement: j'ai laissé en attente toutes les mailles sur l'aiguille après le dernier rang de la bande de trous-trous saumon, j'ai monté dix mailles à la suite et j'ai tricoté la bordure sur ces 10 mailles en reprenant les mailles en attente. J'en reprenais 1 au 1er rang, 1 au 3ème rang et 2 au 5ème rang (pour éviter que la bordure gondole), puis à nouveau 1 - 1 - 2, 1 - 1 - 2... etc. Ceci jusqu'à épuisement des mailles en attente. J'ai alors arrêté les 10 mailles.

Vous m'avez suivie? Faudra peut-être que je fasse un tuto détaillé...

 

Un châle de plus... mon châle Violonné!
Un châle de plus... mon châle Violonné!

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Publié le 10 Septembre 2013

Vous devez penser que mes placards regorgent de sacs... C'est normal, au vu de ma production de sacs!

Je me suis fait cette réflexion en travaillant sur ce blog - j'ai changé mes tags et j'ai dû reprendre les presque 500 posts du blog (celui-ci est le 486ème!).

J'ai donc redécouvert tous les sacs fabriqués durant ces 5 années - mazette, ça en fait une sacrée quantité! Et je n'en ai pas conservé tant que ça - la plupart sont partis se poser sur d'autres épaules... Tant mieux, je vais continuer à en coudre!

 

D'ailleurs, faut que je vous dise: à l'occasion du 500ème post, je vous propose un...

 

 

Pourquoi tant de sacs? ... pour les offrir!

 

Le prochain sac est à gagner...

 

Pour cela, il vous suffit de poster un commentaire sous cet article...

Le jour de la publication du 500ème post, vous découvrirez et le sac et le nom de la gagnante (ou du gagnant!), qu'un tirage au sort aura désigné...

 

 

Allez à vos plumes, et moi à ma machine à coudre!

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle partage

Publié le 9 Septembre 2013

La pluie s'annonçait... Elle tombait même déjà! Nous avons décidé de rentrer.

Or, le chemin le plus direct passait par l'Ardèche.

Il passait même par St-Pierreville, en Ardèche.

Comment, vous ne connaissez pas St-Pierreville, en Ardèche?

A St-Pierreville, en Ardèche, il y a la filature Ardelaine!

Comment, vous ne connaissez pas la filature Ardelaine?

 

Nous sommes donc passés par hasard (Grand Chéri n'en est toujours pas revenu!) par St-Pierreville, après avoir emprunté des petites routes tortueuses et escarpées, et nous avons été visiter la filature...

Ardelaine en Ardèche...

Et je vais vous donner quelques bonnes raisons d'aller y faire un tour:

- l'Ardèche, c'est beau!

- la filature est située dans un bel endroit,

- la filature est belle,

- c'est une coopérative qui emploie 45 salariés (presque tous coopérateurs) dans ce bout du monde qui serait  déserté sinon,

- il y a des gens super souriants et agréables,

- il y a un musée et des visites (nous avons fait celle sur le patrimoine industriel, mais ça vaut le coup de faire les deux - c'est instructif, animé, sympatique, et parfaitement adapté aux enfants)

- il y a une librairie alternative,

- il y a un café (et un sorbet châtaigne somptueux!), et même un restau (pas testé),

- il y a une boutique qui vend matelas, courtepointes, vêtements de laine (des chaussettes archi-douces!) et même quelques écheveaux de  laine...

 

Vous devez vous dire: "C'est donc là qu'elle voulait en venir! elle a sûrement craqué!"

 

Parbleu...

Ardelaine en Ardèche...Ardelaine en Ardèche...

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause

Publié le 9 Septembre 2013

Un titre énigmatique...

Nous avons gardé les filles une semaine avant la rentrée scolaire - d'où les bracelets - puis, les ayant ramenées à Lyon, nous avons pris la route - d'où l'Aubrac.

 

Bracelets fous donc...

Vous connaissez le plastique fou? Nous en avons usé et abusé, Adèle et moi. A la sortie, un collier et un bracelet pour elle, un bracelet pour sa soeur! C'est elle qui a choisi dans ma boîte à chaînes celles qu'elle voulait (entre nous, j'aurais pas choisi les mêmes...)

Joaillerie made by Adèle (un collier et deux bracelets)
Joaillerie made by Adèle (un collier et deux bracelets)
Joaillerie made by Adèle (un collier et deux bracelets)

Joaillerie made by Adèle (un collier et deux bracelets)

Pas mal comme résultat?

Nous avons suivi à la lettre les conseils de cette vidéo...

Adèle s'est volontiers prêtée au jeu du coloriage (aux feutres normaux, aux feutres irisés et au marqueur indélébile pour le cerne noir autour de toutes les zones colorées), elle a adoré attendre les quelques minutes de la cuisson (3 min à 120°) et poser un livre sur les motifs pour les aplatir. Pour le montage, elle a donné ses ordres et j'ai exécuté!

Une bonne activité avec des enfants, et peu onéreuse: pour faire tout ceci, nous avons utilisé une seule feuille de plastique fou!

Et donc maintenant l'Aubrac, qui était au programme de notre deuxième semaine...

Beauté et solitude des hauts plateaux... J'ai pensé à l'Irlande et mes vieilles attaches celtes se sont réveillées. J'aime l'Aubrac...

Juste trois photos... trois sites et ambiances...

Aubrac et bracelets fous
Aubrac et bracelets fous
Aubrac et bracelets fous