elle coud

Publié le 22 Février 2024

Mon court séjour parisien a été porteur de bonnes nouvelles : malgré la pause de la chimiothérapie (arrêtée fin octobre), le cancer n'a pas évolué. La pause chimio se poursuit pourtant car ma maman est toujours très fatiguée et très fatigable. Et les décisions sont difficiles à prendre !

Je suis rentrée pour l'arrivée des fils et de leurs progénitures. Dans leurs bagages, ils amenaient grippe et gastro ! Fils cadet a passé cinq jours couché, les enfants succombaient chacun leur tour mais par miracle leur énergie n'était que momentanément atteinte.

Bien sûr, je n'ai pas résisté à l'attraction du virus (après tout, faut partager !) et j'ai eu une bonne grippe. Bien que vaccinée en novembre (grippe + covid), j'ai adopté le covid à Noël et la grippe en février !

J'émerge peu à peu, j'ai eu à peine deux jours pour profiter de mes deux Lyonnaises... J'ai totalement raté le passage de Fils aîné et leur début de séjour chez nous.

Quant aux Bâlois, ils sont repartis un jour plus tard que prévu. Fils cadet, pas encore tout à fait remis, appréhendait le trajet en train avec ses trois pitchouns (et deux changements). Mais il était hors de question pour les enfants de louper le dernier jour du Carnaval de Bâle !

Festival...

Et voici les trois loustics, tous en costumes "Mamie made" et masques maison - même si Aurel n'a pas voulu se costumer en Waggis, ne voulant que le costume d'Ueli de Simeon. Un accord de dernière minute a néanmoins été trouvé !

Et par chance, le mercredi, dernier jour de Fastnacht, a été une belle journée...

Festival...

La vie est drôlement bien fichue : ils n'ont été malades qu'à la maison !

 

Et mercredi, à la maison, que se passait-il ? Adèle découvrait qu'elle avait... des POUX !!!

 

La vie est vraiment bien fichue : elle est rentrée à Lyon sans...

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause, #elle coud

Repost0

Publié le 8 Février 2024

Je vous ai déjà présenté, il y a longtemps, le Waggis. Vous vous en souvenez ? 

Le Waggis, c'est ce personnage, caricature du Français (de l'Alsacien) joyeux, rigolard et un tant soit peu alcoolisé, qui est un des costumes traditionnels du Carnaval de Bâle.

L'Alti Dante

J'avais cousu ce déguisement pour Anaïs lorsqu'elle avait trois ans.

Lorsqu'elle a grandi, elle a pu porter un costume de Fou du roi cousu pour mes garçons : parfait pour le Ueli (même en vert et jaune !). 

Cette année, Aurel a 3 ans et pourra se costumer en Waggis, Simeon a 6 ans et peut porter le costule de l'Ueli, mais Anaïs n'a rien à se mettre sur le dos !

Elle m'a demandé de lui coudre le costume de l'Alti Dante. 

L'Alti Dante est la caricature d'une vieille dame de la classe supérieure de Bâle dont "les vêtements et les accessoires rendent hommage à la période Biedermeier".

Satins, dentelles, ruchés, couleurs sourdes... Il y a tout ce qu'il faut dans mes placards !

Pour la jupe : un jersey noir en dentelle élastique, acheté en coupon pour faire des manches sur un Tshirt rayé noir et blanc (jamais fait) et une application de dentelle pour combinaison (achetée lors de la vente de la fermeture de l'usine Valisère  #çapeuttoujoursservir !)

L'Alti Dante

Pour le haut : le top noir bleuté a été taillé dans un tissu en velours style minky, bleu à pois noirs, que j'avais utilisé pour faire la doublure de cols. Je l'ai utilisé sur l'envers. Et le gilet a été taillé dans le reste de tissu d'une robe en velours cousue pour Adèle. Dentelles et applications (vente Valisère  #çapeuttoujoursservir !)

L'Alti Dante

Et pour le petit sac, une chute de satin bordeaux et un peu de dentelle (vente Valisère  #çapeuttoujoursservir !) ont fait l'affaire ! 

L'Alti Dante

Et voici une tenue d'Alti Dante tout à fait portable (mais que les deux garçons ne voudront sûrement pas porter dans trois ans !)

L'Alti Dante

 

L'usine Valisère a fermé en 1993 !

Une exposition au Musée dauphinois a été consacrée à son histoire :

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Repost0

Publié le 15 Novembre 2023

La machine à coudre était de sortie...

Tout d'abord pour coudre la toile qui habillera le stand de mon Grand Chéri à Clermont-Ferrand  et dont je vous ai réservé la primeur :

Primeurs
Primeurs

Et puis j'ai cousu pour le plaisir de coudre...

Or que coudre pour le plaisir ? Des pochettes bien sûr, d'un éclatant vert primeur, pour un modèle de sac à projets jamais encore essayé :

Primeurs
Primeurs

Vous savez mon amour immodéré de la conservation : sous mon bureau/table de couture, s'entassaient caisses et sacs remplis de toutes les chutes des vêtements réalisés au fil des années. S'entassaient tellement que je n'avais presque plus de place pour mes pieds et encore moins pour une pédale de MAC. Le fil qui relie la pédale à la machine était presque brisé à force de se plier en butant sur ces caisses.

J'ai donc décidé héroïquement de vider. Mieux : de donner. Et fort heureusement, ma petite kiné qui s'est mise à la couture et à qui j'ai proposé ces trésors les a acceptés ! Je n'avais donc pas à jeter, hormis quelques rogatons vraiment inacceptables. Ma conscience écolo était tranquille - même si elle me titille un peu : cela s'appellerait-il du green-washing ? Refiler à une autre le soin de trier et de jeter...

J'avais quand même commencé par vouloir trier. Et trouvé ces chutes de tissus... qui s'harmonisaient si bien au vert primeur de mon pull en cours !

J'ai ensuite cessé de trier : j'aurais eu des idées pour tout. Comme j'en avais depuis des décennies.

 

Un lundi 13 porteur de chances, celles de 

  • gagner mon brevet d'épouse dévouée,
  • mériter celui de bonne camarade généreuse,
  • combattre victorieusement un fort sentiment de dépossession,
  • profiter d'un fort sentiment d'allégement,
  • offrir deux pochettes à mes en-cours,
  • gagner de la place pour mes pieds...
  • et surtout, sauver ma pédale !!!

 

Et maintenant, départ pour Clermont. Je vous retrouve la semaine prochaine !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Repost0

Publié le 20 Septembre 2023

Anaïs et Simeon dormaient dans des lits superposés, Anaïs en haut, Simeon en bas. Mais ça a déménagé : Simeon est grimpé au premier, Aurel s'est installé en bas.. Et Anaïs a enfin eu sa chambre... et son lit-cabane.

Depuis avril, je demande régulièrement à Fils cadet de me donner les mesures dudit lit afin que je puisse coudre une cabane et l'offrir à Anaïs pour ses 8 ans (... le 16 juin).

Il y a deux jours, j'ai reçu ça :

 

Déménagement emménagement aménagement

Coïncidence ? Hasard fortuit ?

La semaine prochaine, toute la famille se retrouve à Paris pour fêter les 95 ans de ma mère. Le fiston viendra en train avec les deux grands et nous, nous monterons en combi - combi qu'il prendra pour les quinze jours suivants de vacances suisses. Quant à nous, nous poursuivrons notre périple en train - direction la Normandie pour aller voir le frère de Grand Chéri, qu'il n'a pas vu depuis le décès de leur frère (il y a deux ans... déjà !) 

 

Le message du Fiston m'a paru on ne peut plus clair : "Tiens, maman, tu as une semaine pour coudre ce que tu proposes de coudre depuis plus de quatre mois !"

Hier achat des tissus chez Décor discount.

Aujourd'hui couture non-stop. Voici l'engin, tout frais sorti de la MAC, pas repassé, à plat sur le sol de mon atelier... mais fini !

Déménagement emménagement aménagement

Les détails des portes et fenêtres :

Déménagement emménagement aménagement
Déménagement emménagement aménagement
Déménagement emménagement aménagement
Déménagement emménagement aménagement
Déménagement emménagement aménagement

Quelques modifications se sont imposées :

- deux rideaux à la porte. J'en avais fait un seul mais l'embrase ne pouvait se nouer.

- des barreaux à la fenêtre, car, sans, le bas de la fenêtre se creusait. Les barreaux maintiennent (difficilement) la forme carrée de la fenêtre.

Et j'ai ajouté un oeil-de-boeuf avec son petit rideau qui se roule à l'intérieur. 

 

Le colis va donc monter à Paris en camion et redescendre en Suisse (avec tout le matériel laissé en juillet par le Fiston écolo +++ qui voyage en train, et donc léger - ou allégé au retour !)

 

Aurai-je dans quatre mois les photos du lit aménagé ?

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Repost0

Publié le 30 Juin 2023

Il ne s'agit pas d'un article politique ou sydical, ce n'est pas le lieu.

Il ne s'agit pas non plus d'un récit sur la volte-face écologique (ou sociale, ou économique...) d'un magnat du luxe(ou de la presse ou de la Silicon Valley...), ne rêvons pas !

Non, je vous parle juste des modifications que l'on peut faire subir à un modeste patron en papier de soie, décalqué à la main dans un journal de couture. Il s'agit du patron du top Viva de La maison Victor que j'ai accommodé à plusieurs sauces :

Métamorphoses d'un patron
Métamorphoses d'un patron
Métamorphoses d'un patron
Métamorphoses d'un patron
Métamorphoses d'un patron

Versions : top et tunique cintrée à la taille en wax, version robe à volant taille haute en viscose et taille basse en double gaze, version robe longue évasée en lin-viscose.

Chaque version a été cousue plusieurs fois. C'est un de mes basiques -  qui a juste un petit défaut : l'ouverture des manches est trop grande, je dois remonter le dessous de bras de 1,5 à 2 cm. Chose que je ne pense pas à faire à chaque fois... parce que je pense à autre chose !

C'est le cas pour cette robe longue réalisée en hâte en prévision de la fête de famille à laquelle nous partons demain : 

Métamorphoses d'un patron

Travailler à la hâte... c'est un sport que je pratique souvent.

D'où l'oubli de la diminution de hauteur d'emmanchures (tiens, la prochaine fois, je retrace le patron !).

D'où encore cette encolure taillée un peu trop échancrée - et qui a du mal à cacher le soutien-gorge (il faut que je le descende régulièrement !)

D'où aussi le biais apparent. Je voulais qu'il borde emmanchures et encolure sur l'envers, mais bien sûr, j'ai piqué le biais endroit sur envers. Le défaire était impossible vu la lâcheté du tissage de ce lin-viscose Driessen Stoffen ! Les biais sont donc apparents...

Métamorphoses d'un patron

Je vais rajouter une bonne résolution à ma gigantesque liste. Outre la dernière en date (retracer le patron) et celle d'avant-hier (réfréner mes envies d'acheter), je note : prendre le temps de bien faire...

Bah, les résolutions et moi !!!

Sitôt dit... sitôt remis à plus tard...

 

Après la fête en Bourgogne, je file à Paris pour la visite d'oncologue de ma mère, puis je redescends le surlendemain pour l'arrivée de nos deux petits-fils (2 ans et demi et pas encore 6 ans), que nous emmenons en combi : ce ne sera pas du "sauvage" comme nous pratiquons, mon Grand Chéri et moi, nous nous poserons sagement dans un camping en Chartreuse. Le camping, c'est pas mal parfois - pour l'hygiène, pour la lessive, euh... pour les pizzas, et puis pour la piscine et pour se faire des copains ! Le retour est prévu vers le 20 juillet.

 

Profitez bien de l'été...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud, #elle bouge

Repost0

Publié le 26 Juin 2023

Si j'ai beaucoup peint, je n'en ai pas pour autant renoncé à la couture... 

Vous souvenez-vous de ma robe en double gaze fleurie ?

Retour et retouches

J'avais utilisé un patron de la Maison Victor - joli modèle mais présentant un défaut important : il n'avait pas de pinces de poitrine, ce qui ne pose (peut-être) pas (trop) de problèmes pour les petites poitrines. mais pour celles qui, comme moi, ont un "balcon fleuri", le port s'avère inconfortable. 

Je n'ai pas porté ma robe des vacances.

Je l'ai donc reprise. J'ai d'abord coupé les manches à un millimètre de la couture d'épaules côté corps. J'ai ensuite fait des pinces de poitrine qui partent de l'emmanchure, ajustées sur moi, puis j'ai bordé d'un biais les emmanchures.

Et la voilà transformée :

Retour et retouches

J'avais voulu changer de type de modèle pour cette robe. Elle ressemble donc beaucoup aux trois robes en double gaze que j'ai déjà cousues, seul le boutonnage les en différencie vraiment.

Tant pis ! Au moins, je la porterai...

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Repost0

Publié le 17 Mai 2023

La souris est sur le départ. Il lui reste juste le temps de faire ses bagages.

Un peu plus : elle doit prendre celui de coudre des sacs aux dimensions des caissons du combi - histoire de pouvoir emmener de quoi survivre six jours hors combi dans le studio loué dans Toulouse (sans que des bagages plus conséquents prennent trop de place pour le reste des vacances).

C'est chose faite :

La souris est folle !
La souris est folle !La souris est folle !

Mais cela ne suffit pas à la souris qui se découvre le désir irrépressible de posséder une salopette noire. Là, maintenant, tout de suite. C'est déraisonnable. Elle va devoir y passer la nuit. Presque.

La souris est folle... mais heu-reu-se !

La souris est folle !

Modèle : La maison Victor n° 3 de 2022. je n'ai fait aucune modification, hormis resserrer un peu les jambes en bas. Sinon le patron est parfait ! La couture et le décalquage ont été longs - il y a une bonne vingtaine de pièces. La couture est donc longue et un peu complexe mais tout s'est déroulé sans anicroche (ce n'était vraiment pas le moment !). 

Tissu : lin stretch de Driessen stoffen (très agréable à coudre, ayant de la tenue et une certaine fluidité)

 

Et maintenant, elle n'a même plus le temps de répondre à vos gentils messages ! 

Elle doit encore coudre l'ourlet des jambes, et puis repasser la salopette, et puis préparer ses bagages, et puis décider quels nouveaux projets tricot elle emmène, et puis faire un minimum de courses, et puis charger le combi - et puis ne rien oublier...

 

En tout cas, pas la salopette !!!

 

La souris vous embrasse bien fort, les copines, et elle vous revient... quand elle revient !

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud, #elle bouge

Repost0

Publié le 6 Avril 2023

Nous voici sur le départ pour aller garder nos petits-enfants à Bâle. Fils cadet et sa chérie partent se promener - tout seuls - pour quelques jours de vacances, ce qui leur fera le plus grand bien. Pas en combi comme ils le souhaitaient, car Fils aîné l'avait déjà réservé pour une virée en Italie ! Nous aussi d'ailleurs nous partons en train...

Dans ma valise, il y a ceci :

Bonne nuit, les petits !

Trois pyjamas pour trois pitchouns de 2, 5 et 7 ans (bientôt 8, dirait Anaïs qui fêtera ces derniers dans une dizaine de jours). 

Ces pyjamas taillés l'an dernier iront-ils encore ? Je le saurai très vite... Que ce soit le cas ou non, ils sont cousus et mon sac de projets couture se vide peu à peu, c'était bien le but. Encore que... le but, c'était quand même de leur coudre des pyjamas.

Ô procrastination, quand tu nous tiens !

 

Dans ma valise, il y aura aussi cette paire de chaussettes :

Bonne nuit, les petits !

Une paire ? Bah oui, deux chaussettes, c'est une paire !

La chaussette de Grand Chéri n'a pas encore de compagne, mais une nouvelle chaussette est née - pour moi, parce que je n'ai pas résisté à l'achat de quatre pelotes fortement soldées de cette laine auto-rayante aux discrets éclats argentés ! 

 

Les deux (longs) trajets se prêteront donc à la réalisation de leurs conjointes respectives.

La procrastination ne sera pas de mise.

La paire suivante ne sera montée que quand ces deux-là seront finies.

 

(Mais, à tout hasard, je mets une pelote supplémentaire et une aiguille 2,25 dans ma valise !)

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud, #elle tricote, #elle bouge

Repost0

Publié le 30 Mars 2023

Je continue de vider le sac d'en-cours couture...

Les raccommodages divers sont effectués, sauf le pull de l'homme : je ne suis pas sûre que les petits trous (mites ? mérinos fragile ?) ne soient pas moins visibles que mes reprises ! Je ne sais pas repriser proprement - cela passe pour des chaussettes mais dans le milieu d'un dos, cela risque d'être inesthétique... Alors, je jette ? 

Mais j'ai terminé deux choses : d'abord un pantalon pour mon Grand Chéri taillé en même temps que les trois en lin (cousus... en 2020 !).

Je vide mon sac

Puis ce fut le tour d'une robe en double gaze taillée l'an dernier d'après un patron de La Maison Victor. A ce propos, savez-vous que la publication de ce journal est arrêtée ? J'aimais bien cette revue car elle proposait beaucoup de tailles, même si la gradation des grandes tailles laissait parfois à désirer (c'est la cas pour ce modèle qui ne prévoyait pas de pinces de poitrine !). Il reste Burda qui a deux gradations différentes pour les grandes et les petites tailles, ce qui rend les patrons plus qualitatifs, mais dont le style et les modèles me plaisent moins.

Finalement, une fois montée, je me suis aperçue que cette robe était suffisamment large pour que l'absence de pinces ne soit pas catastrophique et au final, elle ne me va plutôt pas mal.

Je vide mon sac

Autre raison pour laquelle j'avais délaissé cette couture : le patron proposait des manches "papillon" fendues sur le dessus du bras. Le tissu ne s'y prêtant pas, j'ai refermé la couture et rétréci sous les bras. J'ai aussi simplifié la bande de boutonnage : elle est fixe et les boutons sont juste cousus.

A propos, ces boutons issus de ma vaste collection ne collent-ils pas parfaitement ?

Je vide mon sac

Ils sont tout simples, mais la couleur est parfaite. Et surtout, ils étaient déjà dans ma boîte "boutons rouges" !

Tout conserver a donc du bon !

 

Je m'en vais maintenant m'attaquer aux pyjamas des petits Suisses, nous allons les garder à Bâle pour Pâques et je voudrais les leur amener. Le plus difficile sera de ré-enfiler ma surjeteuse avec des fils clairs...

 

Une fois cela fait, le contenu du sac aura bigrement baissé mais ce qui y demeurera sera le plus rédhibitoire...

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Repost0

Publié le 26 Mars 2023

La souris a entamé une véritable fouille archéologique : elle a déblayé couche sédimentaire après couche sédimentaire, et retrouvé des reliques enterrées dans un sac énorme de projets couture gelés - or le gel, ça conserve, tout est en parfait état de conservation...

- Des pyjamas pour les petits-enfants datant de l'été dernier et pas terminés.

- Des raccomodages (oh, le pull gris de Grand Chéri, il doit l'avoir oublié, lui aussi !).

- Des serviettes de table taillées dans les anciens draps de ma mère et pas ourlées.

- Une chemise de nuit du commerce en taille 52, la plus grande, achetée pour son joli tissu à pois. La souris avait coupé la dentelle d'encolure et en avait profité pour cisailler le tissu du dos : ce sera tout à fait utilisable... 

- Des sacs, pochettes et porte-monnaie taillés depuis des lustres (bien avant le Covid et les derniers marchés de Noël). 

- Une robe prévue pour Louison (qui va sur ses 13 ans), taillée dans un superbe batik indonésien, abandonnée car, hélas, taillée dans le mauvais sens du tissu, ce qui avait alors semblé rédhibitoire. Trois ou quatre ans plus tard, cela ne semble pas si grave : elle ira à Anaïs (qui aura bientôt 8 ans) !

- Deux jupes en viscose taillées en rectangle et dont, après essayage, la souris avait trouvé qu'elles ne lui allaient pas. Elle ne trouve toujours pas qu'elles lui aillent...

- Un top en viscose cousu trop vite, raté, repris trop vite, raté, recoupé... trop petit !

- Une grenouillère en polaire taillée pour faire un cadeau au bébé d'une amie de son ex-belle-fille, amie qu'elle n'a pas revue depuis des années (et dont le bébé doit aller sur ses 8 ou 9 ans !).

Des pièces de musée...

 

La souris a pris une décision drastique : raccomoder, coudre, ou ... jeter !

Première étape : jeter. La grenouillère est devenue chiffon. Le top en viscose est passé à la poubelle. Quant aux serviettes de table, la souris en a cousu deux et rangé les autres dans le panier à petites chutes (sait-on jamais ?).

Deuxième étape : coudre. D'abord les porte-monnaie : il y aura bien des volontaires pour les adopter. Puis les deux serviettes de table, déjà rangées. Puis la robe aux fleurs horizontales (sans doute plus une tunique !) pour Anaïs. 

Fouille archéologique
Fouille archéologique

La troisième étape (raccomoder) a été remise à plus tard (les calendes grecques ?) car le soir était venu, et la souris a rangé le bazar colossal qu'elle avait mis dans son atelier.

Horreur, le panier était toujours plein ! 

 

La souris se questionne : les autres ont-elles comme elle une kyrielle de vieux en-cours abandonnés stagnant dans des paniers (sacs, cartons, boîtes...) pleins à ras-bord, ou bien est-elle la seule ?

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Repost0