Articles avec #elle bouge tag

Publié le 17 Septembre 2017

Il y a d'ailleurs une relation de cause à effet entre ces deux retours. Non que j'aie une quelconque action sur le temps qu'il fait, je ne suis pas aussi présomptueuse !

Mais disons que je ne partirais pas en vacances d'été sous la neige, moi... Et pourtant :

L'automne (et moi) sommes de retour...
L'automne (et moi) sommes de retour...

Si si, nous avons eu de la neige, 10 bons centimètres - c'était début septembre, et même pas le jour où on a dormi au pied d'un glacier. C'était dans les Dolomites, et vu le froid, la neige tenait.

Nous n'avons pas eu que de la neige, nous avons aussi eu de la pluie, du vent, du froid. Et puis aussi du soleil quand même, un peu, parfois. Vous me direz, il ne faut pas choisir d'aller passer ses vacances dans les montagnes suisses, autrichiennes et italiennes si on veut du soleil et de la baignade.

Notre périple fut néanmoins écourté car madame ne supportait plus le camping automnal (même en combi). Et quand madame a ses humeurs....

 

J'avais emporté une garde-robe estivale, bien que pas trop, et puis, au moment de partir, j'avais ajouté mon Naïma, comme ça, au cas où. Et bien, il n'a pas quitté mes épaules.

L'automne (et moi) sommes de retour...

Grand Chéri vous dirait que j'exagère, qu'on a quand même eu du beau temps, que je fais l'impasse sur les derniers jours, dans les Cinque Terre et en Ligurie, où j'ai pu enfiler une journée entière ma robe d'été, et même me baigner deux jours d'affilée. C'est vrai, aussi.

 

A part ça, c'était bien et beau - même les Dolomites sous la neige, c'est un bon souvenir!

Allez, un petit reportage aquarellé ?

 

Quelques vues du carnet de croquis de Grand Chéri...

Engadine et Grisons
Engadine et Grisons
Engadine et Grisons
Engadine et Grisons
Engadine et Grisons
Engadine et Grisons

Engadine et Grisons

La suite à paraître sur le blog de Grand Chéri, Je croque donc je suis.

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle bouge

Publié le 23 Août 2017

Baby boy est arrivé !

 

Il est arrivé vers 20 h 30, avec une quinzaine de jours d'avance. Et il ne s'appelle pas Gaston, comme nous l'avions baptisé avec les filles "en attendant", mais Simeon (prononcer Siméone)

 

Nous voici sur le départ... comme c'était prévu, puisque nous devions prendre Anaïs à Bâle et l'emmener avec nous quelques jours - pas très loin, en Alsace, puisque ce serait une grande première pour elle, des vacances de grande en combi avec papi et mamie.

 

Nous avions récupéré le camion le week-end dernier... Il est chargé... (potti potta et cabane de jardin compris) (et laine, évidemment - assez pour pouvoir avoir des idées, outre ce que je dois terminer...)

 

Bientôt, nous rencontrerons le petit bonhomme.

Et la suite? Le road-trip alsacien d'Anaïs aura-t-il lieu? Eh bien, on improvisera...

 

 

Et la suite?... Ciao Simeon et on the road again !  Retour prévu fin septembre début octobre. Où ? Eh bien, on improvisera... Tout dépendra des caprices du temps, et de ceux de l'humeur...

 

La souris vous salue donc et vous dit

"Bonne rentrée et rendez-vous en octobre!"

Simeon the road again...

Publié le 14 Juin 2017

Notre balade en combi est terminée...

 

Cela fait déjà quelques jours que nous sommes rentrés, mais je n'avais qu'une envie sitôt de retour, celle de faire un peu beaucoup de couture ! J'ai bondi sur ma MAC et ai passé les derniers jours dessus (mis à part les lessives de trois semaines et autres changements de draps).

Mon atelier est agréable malgré les chaleurs accablantes de ces derniers jours, j'y fais régner un petit courant d'air permanent et la présence de la forêt et du ruisseau assure la fraîcheur (relative) des nuits.

 

Mais que je vous parle de cette belle Bretagne - et surtout de la rencontre lorientaise.

Revenue...

Plus de 250 sketchers (ou dessinateurs de rue, ou encore croqueurs) s'abattant sur la ville et les alentours... c'était inouï !

La communauté des Urban sketchers, c'est un peu comme la communauté tricot: libre, accueillante, chaleureuse, mêlant âges et niveaux - et un peu plus les sexes (hé, les hommes, venez donc tricoter !). Au début, je participais de loin, tricot en mains, me disant "urban knitter" et juste "married to an urban sketcher" !

Puis j'ai acheté un carnet et j'ai repris mes crayons (auxquels je n'avais pas touché depuis près de 20 ans). Je vous épargne la vue de mes dessins car j'étais très rouillée.

Voici quelques-uns, dûment estampillés, de ceux de Grand Chéri : le port de commerce de Lorient, Port-Tudy à Groix,  le port de Port-Louis à marée basse et l'embarcadère de Port-Louis.

Revenue...
Revenue...
Revenue...
Revenue...

Nous avions posé le combi au camping de Port-Louis (camping ouvert aux camions mais sans sanitaires, la joie!) et nous prenions le bateau-bus à l'embarcadère pour rejoindre le coeur de Lorient en une petite demie-heure. Rhoooo... aller au travail en bateau, ce doit être génial !

 

Vous verrez plus de dessins de Grand Chéri sur son blog "Je croque donc je suis". C'est superbe (et je suis totalement impartiale, bien sûr!).

Et des dessins des autres sketchers sur le site des Urban sketchers France et leur galerie Flickr.

 

Ah non, encore un petit dessin - MaJa m'a croquée alors que je parlais tricot, interrogée par une croqueuse qu'intriguait ma manière de tricoter...

Revenue...

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle bouge

Publié le 19 Mai 2017

Nous voilà de nouveau sur le départ. C'est pour demain matin... Un voyage plutôt famille au début - direction Paris, puis la Normandie, et enfin la Bretagne. Notre retour est prévu avant les législatives - devoir citoyen oblige...

Grand Chéri participe début juin à Lorient, à une rencontre d'Urban sketchers (je traduis littéralement: dessinateurs urbains).

 

Je serai donc à Lorient du 2 au 5 juin, Monsieur arpentera le coin avec la nuée de croqueurs et autres dessinateurs qui s'abattront sur la ville. Et moi, je tricoterais bien volontiers en bonne compagnie.
 

Y a-t-il des tricoteuses à Lorient pour s'organiser

une petite rencontre de filophiles et tricopathes ?

 

Faites-moi signe, les filles... et communiquez-moi vos bonnes adresses lorientaises - afin que, livrée seule et sans défense aux griffes de la tentation, je puisse satisfaire mes tendances d'A.L.C. (acheteuse laineuse compulsive)

 

Inutile de vous dire que mon petit grand corbillon sera bien rempli: laines, aiguilles, crochets seront de la partie.

 

Une Ballade s'imposait bien sûr:

Ballade...

Laine: Ballade, laine teinte main par Heike.

Objectif: un châle bien enveloppant (elle sera accompagnée d'un alpaga bleu). J'ai déjà quelques petites idées en tête.

 

Des kilomètres de camion = des kilomètres de jersey endroit, qui me laisseront la tête dispo pour des échanges pertinents avec le conducteur. Et une longue veste me tiendra chaud l'hiver prochain (et remplira la case "Jamais sans mon gilet" du KAL des pelotes qui baguenaudent). Elle est d'ailleurs déjà sur mes aiguilles:

Ballade...

Modèle: veste Naïma (un modèle superbe d'Ankestrick)

Laine: Lima de Drops

 

Quelques pelotes de coton (pour un sac? un gilet bébé? un gilet fille?) et des chaussettes pour l'Homme (en cours) complèteront l'équipement. Plus... Au cas où...

 

Et zou, en route! Je file faire mes bagages...

 

Ballade...

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle bouge

Publié le 15 Mai 2017

J'ai fini mon Lithos (modèle de Letipanda) en descendant sur la côte (celle d'azur) mardi dernier. J'ai aussitôt fait les photos mais n'ai pu les envoyer à Mélina que le 12, soit le dernier jour du test, faute d'internet avant... C'était donc ric-rac !

Lithos, ça veut dire pierre en grec. Et le projet s'appelait Diamant.

 

Mon diamant à moi est bleu. Bien plus bleu que la mer, qui était aussi grise que le ciel.  Et il a des brillances de gemme, dues au lurex Libellule qui l'éclabousse de lumière - on le voit un peu sur la troisième photo.

 

Il n'est pas bloqué, bien sûr.

Les photos sont nulles, bien sûr.

Mais le châle est beau beau beau beau...

 


 

Grande bleue et diamant bleu
Grande bleue et diamant bleu
Grande bleue et diamant bleu

Modèle: Lithos de Letipanda

Laines: un fil de Holstgarn coast colotris Kingfisher + un fil de mohair et soie + un fil de lurex coloris Libellule de BDF.

Aiguilles: n° 6

 

A bientôt pour des photos de mon Diamant bleu bloqué...

 

Oui, la mer est de travers (mais c'est normal, la surface de la terre est courbe et j'étais justement pile à l'endroit de la courbure de la terre!).

 

 

Publié le 22 Avril 2017

Une semaine de vacances dans le Sud = soleil assuré. C'était sans compter avec le vent, je vent, le vent...  cet horrible mistral glacial !

Louison n'a pas pu porter la robette que je lui avais faite et qui va parfaitement à Adèle, comme je le subodorais.

Donc, le premier jour, Adèle a enfilé sa petite robe d'été neuve (et mamie a aussi voulu arborer la sienne). Et nous voilà tous partis en balade à pied jusqu'au Lavandou. Les gens portaient Kways, pulls ou vestes matelassées, nous les trouvions exagérément frileux. Mais quand le vent glaçant s'est levé (pour ne pas se coucher de la semaine), mamie a été saisie de repentance. Et que fait une mamie repentante? Elle donne son gilet à une Adèle frigorifiée, la sauvant du rhume, de la fluxion de poitrine et de la phtisie galopante.

Bon, il faut avouer que cette idiote de mamie a en plus voulu se baigner.

 

Bref, me voilà rentrée avec un énorme rhume, et qui plus est dans une maison à 14°, le chauffage s'étant arrêté...  je tousse, je crache, je mouche, je renifle...

 

Question "ouvrages de dame", peu à signaler sinon une rupture de stock qui m'a empêchée de finir mon haut marin pas marine (tout sauf Marine !). Je n'avais que deux pelotes de Belle rouge. Et il m'en faudra trois...

Robes d'été, rhume de printemps...

J'ai quand même commencé un ouvrage pour Adèle - à sa demande. Elle m'a demandé un châle, a choisi sa laine et son modèle... et elle me questionne régulièrement sur l'avancée dudit projet !

Robes d'été, rhume de printemps...

Publié le 3 Avril 2017

Ma semaine parisienne fut très densément remplie:

- des sorties avec ma maman: une expo (l'Afrique des routes au musée du quai Branly), une pièce de théâtre (Honneur à notre élue, au théâtre du Rond-point, superbe texte de Marie n'Diaye, avec Isabelle Carré et Patrick Chesnais, vraiment à voir) et une conférence projection (sur le Tour de France à pied de Laurent Granier et Aurélie Dereumaux) suivie d'un restau avec un groupe dont fait partie ma maman,

- des moments en solo pour quelques courses laineuses chez Huguet et chez Mahlia Kent (j'ai su me montrer raisonnable), un café tricot Trissycote où j'ai revu les tricopines parisiennes (trop bien!) et une après-midi de balade au fil des rues (et de quelques boutiques) avec Martichat (coucou, Martine, ce fut une rencontre très plaisante!).

- et puis un peu de mode "family life" lié à la visite impromptue de Fils aîné à ses deux ascendantes pour une journée... et un Skype fort bref avec Fils cadet qui nous fit remarquer qu'il était 10 heures - et non 9, comme nous le croyions - et qu'il nous fallait partir fissa pour notre conférence qui débutait à 11 heures (et ce alors que nous étions, ma mère et moi, toutes deux encore en pyjama!).

Moralité: heure d'été, heure de retard.

 

Depuis mon retour, ma maison s'est remplie de quelques invités à qui je dédiai tout mon temps.

Et puis il y a eu aussi... des ennuis informatiques (oui oui, encore!).

Mon disque dur externe s'est délesté ! Il a disparu corps et biens suite à des interruptions de courant intempestives. J'ai craint d'avoir tout perdu (tous mes données sauvegardées, le reste n'eut pas été un drame). Mais finalement, les pertes ont été limitées, j'ai réussi à récupérer mes données - mais non sans quelques heures de recherches et bidouillages.

 

Me revoici me revoilà donc...

 

Je vous montre vite fait le manteau cousu juste la veille de mon départ pour Paris - ayant découvert tout soudain que "je n'avais rien à me mettre!" !

Manteau [ex mais plus] lavable

(photo très très mauvaise faite à l'arraché juste avant mon départ et pas refaite par flemme aigüe)

 

J'avais acheté l'an dernier une pièce de laine bouillie grise sur laquelle j'avais voulu tenter une expérience.

Le raisonnement préludant à l'expérience était le suivant:

    si cela s'appelle "laine bouillie", c'est que la laine a été bouillie,

                 donc qu'elle a été chauffée, 

                              donc qu'elle est feutrée,

                                           donc qu'elle est 1) lavable et 2) irrétrécissable.

J'avais donc lavé mon coupon à la machine et à 40°. Il en était ressorti tout dense, tout froissé et beaucoup plus petit, mais toujours vivant.

Donc la laine bouillie est lavable. Donc mon manteau serait lavable. Pratique, non?

 

Sauf que je l'ai décoré avec un galon en feutrine que j'avais à la maison, et qui, lui, n'est sûrement pas lavable :

Manteau [ex mais plus] lavable

Mais bon, il allait si bien avec qu'il s'est imposé.

Mon manteau lavable ne l'est donc plus...

 

Ceci dit, je trouve quand même mon idée "modeste et géniale" - et je referai l'expérience ... sans galon !

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle bouge, #elle coud

Publié le 30 Novembre 2016

La souris s'est encore baguenaudée pendant 13 jours. Après que la souris fut allée en Suisse... Après que la souris fut allée au Portugal... La souris est rentrée, et elle a

juste-envie-de-se-poser.

Promis juré, elle ne quitte plus sa maison d'ici x jours (semaines? mois?). Au moins tout ça. Que le ciel s'écroule s'il le veut, elle ne bouge plus.

 

A part ça, des nouvelles de ses tribulations parisiennes?

Alors, pour commencer, CSF.

Génial pour les rencontres avec les autres podcasteuses. Il y avait là du sacrément beau monde: Macri (Macriserinde), Mélina (Letipanda), Julie (Keep calm and knit), Laura (Utilisatrice42), Vanessa (Battements de Kershawi), Charlotte (Fille d'hiver), Marie-Amélie (Maremelade), Carole (Le garde-manger de Dario)... et tant d'autres que la souris à mémoire courte et à vue basse ne peut énumérer toutes. Quelle joie ce fut pour elle de les rencontrer dans la vraie vie!

L'insédentaire

(J'ai piqué les photos de Julie... merci à elle - bien que je ne lui aie même pas demandé!)

Mais le salon en lui-même, quelle déception: il fallait progresser dans une foule compacte, les stands étaient tout petits et quasi-inaccessibles tant c'était bondé. Du coup, la souris est partie avant 15 heures et a loupé le café-tricot du soir...

Bon, ce fut une chance pour son porte-monnaie, les achats ont été réduits: cinq petits coupons et un morceau de toile cirée. Oui, c'est tout, vous avez bien lu, la souris fut héroïque et ne dépensa que 17 € (bon, facile, c'était difficile d'acheter!)

L'insédentaire

Pour ce qui est de la laine, les stands étaient peu nombreux, disséminés dans tout le salon et eux aussi, peu accessibles. Une fois les repérages effectués, la souris en avait tellement marre qu'elle ne se sentait pas le courage de recommencer à piétiner... Donc, aucun achat de laine.

Heureusement, elle avait la veille trouvé un beau cône de deux kilos d'une laine d'un gris-bleu superbe chez Mahlia Kent au Viaduc des arts (une adresse donnée par Maremelade dans un podcast récent, merci Marie-Amélie!)... et pour un prix tout doux de 20 € !

L'insédentaire

Et le pire, c'est que la souris lors de son séjour normand, a voulu aller à Montivilliers voir Froufrou et Capucine, que Grand Chéri était d'accord, et que c'était fermé...

 

Décidément, la souris achète plus de laine quand elle n'en a pas l'intention que lorsqu'elle l'a décidé !!!

 

La souris serait-elle impulsive? Ou bien compulsive?

 

C'est à méditer....

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle bouge

Publié le 16 Novembre 2016

Il y a quelques années, je tombai chez ma mère sur un sac de kid mohair de la Droguerie. Elle avait prévu de tricoter il y a des années, que dis-je, des décennies, un modèle de... la Droguerie paru dans 100 Idées. Idée qui resta lettre morte.

Je fis main basse sur le trésor et il en résulta ceci:

Encore du toudou...
Encore du toudou...

Vous l'avais-je montré? C'est un rectangle magique de... la Droguerie ! La fidélité est intergénérationnelle chez nous...

 

Il restait néanmoins de la laine. Et mon "sac-à-mohair" continua de se remplir au gré de Puces de couturières et de soldes diverses (en particulier 14 pelotes de Mohair Caresse noir acquises lors de la fermeture du rayon laine au Monop' de Grenoble).

Après avoir tricoté le pull que je vous présentais dans mon dernier post, mon envie de tout-doux ne m'ayant pas quittée, je cherchai des idées et tombai sur ceci:

Encore du toudou...

Vous avez vu? C'est un modèle de... la Droguerie!

Fond noir et camaïeu de verts et de bleus pour le mien, et le voilà parti:

Encore du toudou...

Il n'y a pas que lui qui est parti... Moi aussi (je sais, c'est nul, comme transition!).

Nous venons de rentrer de Suisse où nous avons passé quelques jours chez notre fils - et profité de notre pucette Anaïs qui va sur ses 18 mois (j'avais fait quelques couturettes pour elle, dont un bonnet de chat comme ses cousines, mais je n'ai pas eu le temps de les photographier, tant pis!)

Et nous repartons demain. Direction Paris et la Normandie où nous appellent deux fêtes de famille.

Et donc, nous se-rons à Pa-ris samediiiiiii, ouiiiiii!

Attention: je vous conseille de vous boucher les oreilles, mes cris stridents pourraient vous causer des troubles auditfs!

 

Pourquoi tant de joie, devez-vous vous demander?
Est-ce le bonheur de passer déposer à Lyon les calendriers de l'Avent des filles?

Encore du toudou...
Encore du toudou...

Celui de pouvoir tricoter non-stop pendant les 2 x 800 km de trajet (à moi les chaussettes de Fils aîné!)?

Celui de dîner samedi chez de vieux copains parisiens?

Celui de voir ma mère à son retour d'Afrique du Sud dimanche soir?

Celui de fêter en famille les deux anniversaires de la cousine puis du frère de Grand Chéri?

Celui de passer quelques jours avec ses frères dans sa Normandie natale?

 

Oui, bien sûr, tout cela me réjouit le coeur...

 

 

Mais c'est aussi parce que samedi, à Paris, c'est CSF...

... et que samedi, j'irai à CSF!!!

Publié le 17 Octobre 2016

C'est le retour...
Temps pluvieux, maison froide, lessives et rangements divers à faire, rangement des vêtements d'été en lieu et place des vêtements d'hiver, et, cerise sur le gâteau, un ordinateur en panne (au point de devoir reformater le disque dur et tout réinstaller!)... Bref, un retour en fanfare...

 

Mais avant, ce fut un beau et long (6800 km et 42 nuits, dont le tiers en sauvage!) voyage. Nous avons suivi toute la côte atlantique du sud de la France à la frontière espagnole), avec moult incursions dans l'intérieur des terres.

 

Nous avons visité grandes villes et petits villages:

 

Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...

Nous avons visité des dizaines d'églises, couvents et cathédrales:

Me revoili me revoilà...

Nous nous sommes baladés dans les montagnes et parcs nationaux:

Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...

Et partout, nous avons admiré l'océan magique et puissant (parfait pour les surfeurs mais dur pour les bains de mer - à 15-16° - on y rentre jusqu'aux genoux et la première vague vous trempe jusqu'au cou!),

Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...
Me revoili me revoilà...

Les aquarelles sont de Grand Chéri et vous trouverez les légendes sur son blog Je croque donc je suis.

 

A bientôt pour des nouvelles plus "laineuses"!

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle bouge

Publié le 20 Juin 2016

Eh oui, à la (pointe) Saint-Mathieu, le ciel était bleu...

A la Saint-Mathieu, le ciel était bleu...

... et la mer aussi!

A la Saint-Mathieu, le ciel était bleu...

Non, je vous jure, c'est vrai, c'était jeudi dernier. Et même presque toute la semaine qui a précédé, le long du littoral du Finistère nord.

Bon le sable portait quand même parfois des traces de pluie...

A la Saint-Mathieu, le ciel était bleu...

Et il pleuvait à l'intérieur des terres. Mais nous, nous y avons échappé (sauf 3 heures un matin, celui où le combi s'est fermé tout seul, clefs à l'intérieur et Grand Chéri - habillé - et moi - en pyjama - dehors). J'ai juste eu envie de prendre le chemin du retour, mais Grand Chéri m'en a dissuadée en me suggérant de me débrouiller seule pour rentrer, lui continuant...

J'ai continué avec lui. Jusqu'à la pointe Saint-Mathieu.

 

Et c'était bien, car c'est si beau...

Bref, on est quand même contents d'être partis...

 

Petit reportage aquarellé de Grand Chéri (plus amples explications ici):

 

 

 

 

 

A la Saint-Mathieu, le ciel était bleu...
A la Saint-Mathieu, le ciel était bleu...
A la Saint-Mathieu, le ciel était bleu...
A la Saint-Mathieu, le ciel était bleu...
A la Saint-Mathieu, le ciel était bleu...
A la Saint-Mathieu, le ciel était bleu...

Mais la Bretagne, ça a duré une semaine. Avant, c'était une semaine à Paris, une semaine en Haute Normandie, une semaine en Basse Normandie, et c'était aussi l'expérience vécue de l'excédent pluviométrique et du déficit d'ensoleillement (comme vous, à ce qu'on m'a dit).

Mais nous étions hébergés, c'était confort. Parce que le camion, dans ces conditions, moi, je dis non. Même à Grand Chéri, c'est dit.

 

Et puis, sinon, le retour fut épique - le congélo avait disjoncté (y aurait-il eu un excédent pluviométrique de nature orageuse?) et nous avons dû cuisiner tout son contenu pour ne pas perdre...

 

Bref, on est quand même contents de rentrer...

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle bouge