Articles avec #elle tricote tag

Publié le 7 Juillet 2017

Adèle a choisi la laine (l'échantillon en prune de ce post, mais sans le doré qui ressortait trop, dixit mamie).

Adèle a choisi le modèle: ce modèle de la Droguerie (dans ce livre).

Et elle n'en a pas démordu, même si mamie (qui se disait in petto " il y aura des tonnes de calculs à effectuer" ) lui affirmait: "mais, ma chérie, la laine est trop fine, ça serait plus joli avec cette laine-ci, ou celle-là".

Mais non, Adèle a tenu bon, et mamie a fait des tonnes de calculs. Bon, ce n'était pas si difficile que ça (et, quand mamie avait la flemme de calculer, elle improvisait).

 

Voici donc le nouveau gilet d'Adèle, qu'elle trouvera la semaine prochaine, à son arrivée ici pour les vacances.

 

Le gilet de rentrée d'Adèle
Le gilet de rentrée d'Adèle

Modèle: Granville de La Droguerie

Laines: du stock - un fil shetland Mahlia Kent et un fil superkid (la vraie couleur est celle de la seconde photo)

Aiguilles: n° 4

 

Je l'ai tricoté en circulaire - 150 m, dont 35 pour chaque demi-devant, et 80 pour le dos, 32 cm de hauteur, et 71 m pour les manches. Les diminutions sont celles de mes top-down habituels (5 m arrêtées sous les bras et ensuite 8 diminutions aux rangs endroit de part et d'autre des raglans). Quelques rangs raccourcis toutes les 5 m au niveau des manches et du dos.

Aucune difficulté, juste du bottom-up au lieu de top-down.

 

J'adore le rendu de ce mélange de laine... Il n'y a pas à dire: je suis pour le mariage des fils (et puis, pour ce mariage-là, pas besoin de s'habiller!)

 

Conclusion :

Utiliser plusieurs fils (et surtout marier un fil de laine ou d'alpaga et un fil de superkid mohair) apporte un gros plus au tricot.

 

Il n'y a que des avantages:

- on gagne en douceur, surtout si la laine de base "grattouille" un peu, comme ici,

- on gagne en taille d'aiguilles (on peut monter d'une bonne taille, voire une et demie),

- on gagne en fondu des couleurs et en subtilité des tons (car la subtilité est aussi nécessaire en tricot),

- on gagne en tenue du vêtement (en raison du nylon que contient toujours le superkid), et tout spécialement avec de l'alpaga qui, tricoté seul, a un peu tendance à "couler".

 

Bon, je n'ai rien inventé... c'est ce que propose depuis longtemps la Droguerie avec son mariage alpaga-Plumette...

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Publié le 29 Juin 2017

La canicule a cédé, un peu plus tard chez nous qu'ailleurs,  faisait toujours plus de 30° lundi. Alors, les mains étaient moites... et les tricots n'avançaient pas.

Et ils n'avancent toujours pas. Ce n'étaitplus la faute à la météo - c'est aussi parce que je ça coince !
 

Drogo coincé (dessin de maniknratan sur IG)

Drogo coincé (dessin de maniknratan sur IG)

D'abord, ça coince au sens propre: j'ai refermé, d'un coup de pied sans douceur, la porte-fenêtre, me coinçant quatre doigts de la main droite (ouille !)

La belle excuse, car je peux tricoter...

 

Mais ça coince aussi au sens figuré: je suis coincée dans mes en-cours qui se muent en en-panne. Lorsque je commence à me demander si j'ai choisi la bonne laine ou la bonne couleur ou le bon modèle, c'est en général que j'ai fait, au mieux, un mauvais choix, au pire, les trois.

 

C'est la couleur qui coince... dans le cas du gilet en testknit pour Mélina que j'ai commencé avec une jolie laine Bouton d'or gris perle, abandonnée pour cause de mauvais échantillon, avant de le reprendre en Drops Flora bleu denim. Que je n'aime pas.

 

C'est le point qui coince... dans le cas du châle en laine Ballade (laine et soie) teinte par Heike dans un superbe gradient de rouge-violet-bleu. Cette laine n'aime pas bien le point mousse: elle frise, se resserre. Il faudrait un blocage extrêmement agressif pour étirer le châle, et cela tiendrait-il ?

 

C'est le modèle qui coince dans le cas du modèle de La Droguerie que je tricote pour Adèle. Il  se réalise en parties séparées alors que je déteste faire des coutures sur les tricots (et que je les rate infailliblement). J'aurais dû transposer le modèle en bottom-up.

 

 

Il n'y a, semble-t-il, que ma tête qui se soit décoincée, elle fourmille d'idées pour des pulls pour les filles, de la layette, des châles, des étoles, des mitaines, des bonnets...

Je farfouille dans mes stocks, je sors tout, et j'échantillonne à tout va. Je cherche les bons mélanges, les belles harmonies, je teste les motifs et les points qui sublimeront les tricots d'hiver que j'imagine déjà...

 

 

Mais je fais comment, moi, pour décoincer mes en-cours/en-panne ???

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Publié le 23 Juin 2017

Au lac de Pétichet, il faisait 17° le soir à 23 heures et nous dînions au bord de l'eau...

Et j'ai eu FROID  (le bonheur !).

Et, bien sûr, je n'avais pas pris de gilet... J'aurais pu étrenner mon October Naïma...

 

Oui, il est fini, F-I-N-I, mon October Naïma...  Fini à la sueur de mon front. Au sens propre.

 

 

Vous le voyez rayé, vous?

October in june !
October in june !
October in june !
October in june !

 

Bah moi aussi, sur l'image, beaucoup moins dans la vraie vie, mais un peu quand même.

 

Modèle: Naïma d'Ankestrick

Laine: Lima de Drops, coloris gris 8465 - 17 pelotes en taille XL

 

J'ai utilisé des pelotes venant de plusieurs bains, puisque achetées en plusieurs fois. Je n'ai pas vu en tricotant de différence de bains entre les pelotes (bon, faut que je vous dise, je suis myope, et puis j'ai tricoté vélux fermé...) Bon, le hasard a bien fait les choses : j'ai très involontairement alterné les bains et j'obtiens des rayures régulières...

Ceci dit, elles se voient très peu en vrai. C'est comme les "rebiquettes" en bas et aux poignets. Elles disparaissent quand je porte le gilet. Mes rondeurs les absorbent, et le petit roulotté après les côtes.devient charmant.

 

Et puis, je m'en fiche, ce n'est pas ce qui va entamer mon enthousiame. Mon october Naïma me plaît, il me va parfaitement et c'est exactement ce que je voulais !

Maintenant, j'ai hâte de pouvoir le porter.

 

 

Euh, dis, Grand Chéri, et si, en septembre, on partait en Finlande et non en Grèce?

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Publié le 18 Juin 2017

- Tu te tricotes une grosse veste par 35° à l'ombre? T'es pas folle de faire ça pendant les grosses chaleurs?

- Bah, oui, je sais, c'est dur, je souffre... mais il faut bien que je fasse mon projet d'octobre...

- Ton projet d'octobre? Mais tu as remarqué qu'on n'est pas en octobre ?

- Ben oui, bien sûr, mais il faut bien que je le fasse !

- ?????????

- C'est dans le cadre du KAL des pelotes qui baguenaudent, le thème d'octobre, c'est "Jamais sans mon gilet". Je me suis dit que je ne pourrais pas le tricoter en juillet-août ou même en septembre, si jamais on partait en combi en Grèce...

- Et pourquoi donc?

- Bah, à cause des grosses chaleurs !!!

A grosse laine... grosses chaleurs !

Ceci dit, ça pourrait peut-être coller aussi pour le thème de septembre "Un petit grain de folie"...

 

 

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Publié le 16 Juin 2017

Nous avons longé les côtes bretonnes de la Normandie à Morlaix. Et que faisais-je tout en admirant les paysages ? Devinez... je tricotais côtier !...  Et marin.

 

J'ai pu terminer ce petit haut bretonnant sur la route - non sans avoir auparavant forcé l'Homme à faire halte (ouh l'exploit!) dans un magasin de laine parisien où j'ai trouvé les deux pelotes manquantes ! En fait, je n'en ai eu besoin que d'une, il m'en reste donc une - à laquelle il faut ajouter les deux pelotes que j'avais commandées à Grenoble et oublié d'annuler. J'ai clairement des difficultés de gestion des stocks...

Tricot côtier
Tricot côtier
Tricot côtier

Laine: Belle de Drops

Modèle: perso. Du tout simple. J'ai monté des mailles, je ne sais plus combien, tricoté droit en rayures jusqu'au dessous du bras (vu à l'essayage) et continué devant et dos séparément en augmentant 7-8 fois sur les côtés et en faisant l'encolure dos en premier. J'ai choisi de creuser l'encolure devant et de ne pas faire une encolure bateau. Finition icord aux manches et à l'encolure.

 

Je voulais me tricoter une marinière pour les beaux jours, mais sans manches (un haut, en fait, pas une marinière), rayée comme les marinières, mais pas rayée marine et blanc comme les vraies marinières.

D'où le bleu-vert qui rompt le combo marine + blanc. Et d'où le rouge qui enflamme le trio marine + blanc + bleu-vert.

Et puis les élections sont arrivées et je lui ai donné un nom, à ma non-marinière. C'est donc

mon haut Surtout pas marine.

 

 

Heureusement qu'il y a le vert, il eût été un peu trop bleu-blanc-rouge...

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Publié le 19 Mai 2017

Je vous ai promis des photos du châle Diamant bleu lavé bloqué. Les voici, avant que le châle ne soit empaqueté et offert à sa destinataire...

Bleu bleu bleu encore!
Bleu bleu bleu encore!
Bleu bleu bleu encore!

Il est aussi beau sur l'envers que sur l'endroit...

Bleu bleu bleu encore!

 

D'ailleurs, quel est l'envers, quel est l'endroit?

 

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Publié le 15 Mai 2017

J'ai fini mon Lithos (modèle de Letipanda) en descendant sur la côte (celle d'azur) mardi dernier. J'ai aussitôt fait les photos mais n'ai pu les envoyer à Mélina que le 12, soit le dernier jour du test, faute d'internet avant... C'était donc ric-rac !

Lithos, ça veut dire pierre en grec. Et le projet s'appelait Diamant.

 

Mon diamant à moi est bleu. Bien plus bleu que la mer, qui était aussi grise que le ciel.  Et il a des brillances de gemme, dues au lurex Libellule qui l'éclabousse de lumière - on le voit un peu sur la troisième photo.

 

Il n'est pas bloqué, bien sûr.

Les photos sont nulles, bien sûr.

Mais le châle est beau beau beau beau...

 


 

Grande bleue et diamant bleu
Grande bleue et diamant bleu
Grande bleue et diamant bleu

Modèle: Lithos de Letipanda

Laines: un fil de Holstgarn coast colotris Kingfisher + un fil de mohair et soie + un fil de lurex coloris Libellule de BDF.

Aiguilles: n° 6

 

A bientôt pour des photos de mon Diamant bleu bloqué...

 

Oui, la mer est de travers (mais c'est normal, la surface de la terre est courbe et j'étais justement pile à l'endroit de la courbure de la terre!).

 

 

Publié le 8 Mai 2017

Le Braidsmaid * d'Adèle est terminé.

 

Trop tard pour recouvrir à Bormes ses épaules emmistralées, mais prêt pour les froidures hivernales - ou simplement pour les petits coups de frais des soirées bretonnes l'été prochain.

Encore que mes origines armoricaines me poussent à affirmer que nos brises marines sont bien plus tendres que le méridional glacial mistral (pas gagnant... à la comparaison !)

Honneur à demoiselle Adèle
Honneur à demoiselle Adèle
Honneur à demoiselle Adèle

N'ayant pas trouvé la laine idoine, malgré mes recherches et appels à l'aide, j'ai choisi de le terminer avec le fil Népal de Drops et ça se voit. Sauf si on cache l'extrémité sous le châle.

 

Le passage de Fils aîné ce soir à la maison m'a décidée à le finir pour qu'il puisse l'emmener. Je reverrai la question plus tard si cela ne convient pas à ma puce...

 

* (traduction braidsmaid = demoiselle d'honneur)

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Publié le 30 Avril 2017

Panne de laine pour le châle d'Adèle...

Impossible d'en retrouver, le coloris a disparu des stocks...

Et la laine reçue de la bienheureuse Yvonne après ma requête sur Ravelry, n'est pas du même rose.

Direction le magasin de toutes les tentations (on n'oublie pas que je suis en mode no-buy). La gamme Drops ne présente pas de rose aussi particulier, sauf un coloris en Népal. J'ai donc acheté une pelote de Népal rose (obligé!) et constaté qu'il n'y avait toujours pas  la pelote de Belle rouge qui me manque (une autre virée s'impose donc la semaine prochaine!).

 

Mais la Népal, c'est de la bulky, elle est beaucoup plus épaisse que l'alpaga du châle. Qu'à cela ne tienne, je m'en vais te la transformer en laine fine. Je n'utiliserai qu'un brin.

Ceci dit, c'est plus facile à dire qu'à faire, car il n'est guère aisé de séparer les trois brins. Les fils se tortillent à tout va et n'ont de cesse de se rassembler - dans le désordre, s'entend.

Tout allait donc fort mal jusqu'à ce que...

Défaire ou... déprimer ?
Défaire ou... déprimer ?

... je me fabrique un dévidoir express à l'aide d'une pince à cheveux. Je tire sur un brin d'une main, sur deux brins de l'autre et je laisse pendre la pelote, qui se met à tourner dans le vide comme une toupie. J'embobine ce que je viens de séparer, et je recommence.

L'inconvénient, c'est qu'on ne sépare que quelques dizaines de centimètres à la fois (la distance entre les mains levées et le niveau juste au-dessus du sol car la pelote ne tourne que si elle est dans le vide!).

 

Mais bon, on a le temps, au fond... non...  je suis calme... je ne m'énerve pas...

 

Et dès que j'ai au une longueur de laine suffisante, j'ai repris mon ouvrage... et là...

Défaire ou... déprimer ?

... ça se voit... pas beaucoup... mais beaucoup trop ! Même Grand Chéri trouve que ça ne va pas.

 

Alors qu'en général, si je lui demande si ça va, ce que je fais ou tente, il me dit toujours, parfois même sans avoir regardé,  "ouais ouais, ça va !". Là, il a dit "ça ne va pas", et, en plus, il regardait l'ouvrage, et pas par la fenêtre.

 

Et puis,  EN PLUS, le fil obtenu est un single, qui ne demandera qu'à casser.

 

Alors, maintenant, je fais quoi, moi ?

 

Une dépression, na.

Et je commence de suite.

 

Je reviens dès que ma dépression est finie.

 

 

Publié le 26 Avril 2017

Mes deux en-cours sont en panne sèche - et moi, en panne de laine. En panne de laine ? Eh oui, encore, malgré mon grand et beau stash...

Il semblerait que j'aie trouvé la laine rose sur Ravelry (merci ô merci Ravelry, je te revaudrai cela...) - j'espère que ce sera le bon rose...

Quant au coton Belle, j'attends toujours que cette bonne Madame Scrap en reçoive... pas avant la semaine prochaine!

Panne, panner, panel...
Panne, panner, panel...
Panne, panner, panel...

Mes deux en-cours étant donc au repos, j'ai commencé à dessiner et calculer un pull pour Adèle. Je n'en suis qu'aux essais, et ils ne sont pas concluants. J'ai quelque peu "panné" mes calculs ! Je vous l'avais dit, les maths et moi...

 

Du coup, le knit-test d'un châle proposé par Mélina est tombé à pic et j'échantillonne à tout va...

Panne, panner, panel...

Mais je me pose la question préférée des sondeurs: mon panel est-il représentatif de la population de mes pelotes de laine ? Devrais-je faire augmenter le nombre de mes échantillons ? J'ai aussi envisagé la gamme des rouges et celle des verts tendres...

 

J'ai déjà tricoté trois échantillons qui utilisent des combinaisons de trois fils... comme d'habitude, je trouve que cela complique un peu la vie, mais que cela enrichit tellement les couleurs.

Et puis, je n'ai pas de laine DK qui convienne, alors je dois la fabriquer, et puis je veux déstasher, ne l'ai-je point déjà suffisamment affirmé?

Panne, panner, panel...
Panne, panner, panel...
Panne, panner, panel...

J'ai éliminé la gamme rouille (un shetland Mahlia Kent + un superkid mohair Mahlia Kent + un fil doré).

D'abord parce que je n'aime finalement pas le doré (alors pourquoi en avoir acheté ? je me surprends parfois moi-même). Ensuite parce que le shetland est plutôt rêche et sera inconfortable en châle. Et enfin parce que j'ai trouvé que la partie jersey en bas conviendrait à merveille pour un bonnet et des mitaines.

 

Il reste donc le bleu-vert (Holstgarn Coast + mohair et soie Rowan + un fil Libellule BDF) et le rose (lace alpaga soie teinte par moi + superkid + le même fil Libellule).

Ce dernier, blanc en bobine, a des reflets verts très marqués, qu'il soit tricoté avec les bleus-verts, avec lesquels il s'harmonise en camaïeu parfait, ou bien avec les roses à qui il donne un reflet intéressant.

Dans les deux cas, il ne bling-blingue pas trop et sait se montrer discret.

 

Alors du rose ou du bleu ?

 

D'ailleurs, c'est une question qui se posait aussi pour le bébé à venir chez Fils cadet... elle est tranchée depuis peu - le nombre de nos petites-filles ne va pas croître!

 

Publié le 22 Avril 2017

Une semaine de vacances dans le Sud = soleil assuré. C'était sans compter avec le vent, je vent, le vent...  cet horrible mistral glacial !

Louison n'a pas pu porter la robette que je lui avais faite et qui va parfaitement à Adèle, comme je le subodorais.

Donc, le premier jour, Adèle a enfilé sa petite robe d'été neuve (et mamie a aussi voulu arborer la sienne). Et nous voilà tous partis en balade à pied jusqu'au Lavandou. Les gens portaient Kways, pulls ou vestes matelassées, nous les trouvions exagérément frileux. Mais quand le vent glaçant s'est levé (pour ne pas se coucher de la semaine), mamie a été saisie de repentance. Et que fait une mamie repentante? Elle donne son gilet à une Adèle frigorifiée, la sauvant du rhume, de la fluxion de poitrine et de la phtisie galopante.

Bon, il faut avouer que cette idiote de mamie a en plus voulu se baigner.

 

Bref, me voilà rentrée avec un énorme rhume, et qui plus est dans une maison à 14°, le chauffage s'étant arrêté...  je tousse, je crache, je mouche, je renifle...

 

Question "ouvrages de dame", peu à signaler sinon une rupture de stock qui m'a empêchée de finir mon haut marin pas marine (tout sauf Marine !). Je n'avais que deux pelotes de Belle rouge. Et il m'en faudra trois...

Robes d'été, rhume de printemps...

J'ai quand même commencé un ouvrage pour Adèle - à sa demande. Elle m'a demandé un châle, a choisi sa laine et son modèle... et elle me questionne régulièrement sur l'avancée dudit projet !

Robes d'été, rhume de printemps...