Articles avec #elle tricote tag

Publié le 30 Novembre 2020

Quand mon châle rose fut terminé, il ne restait pas le moindre petit projet (tentant) sur mes aiguilles.

Il me fallait un projet motivant. Voire deux. Ou trois. Et pourquoi pas quatre avec le béguin du bébé ! Et même cinq...

Chez la souris, on ne ratiocine pas, non mais !

... ou on a les yeux plus gros que le ventre...

 

 

J'avais envie de tester depuis longtemps (bah tiens !) la Plötulopi, ce ruban de laine mèche islandaise non filée (en fait, prête à filer). J'en ai "trouvé" six galettes chez Lanae, que je tricote, selon mon habitude, avec un fil de mohair. Je me suis dit que cela "tiendrait" le fil mèche. Mais en fait aucun besoin : il se tient bien tout seul... dès qu'on a pris le coup ! Les débuts sont surprenants : le fil s'étire et casse facilement. Il faut dire que la galette était dans un sac et que je tirais fort sur la mèche. Très vite, j'ai sorti la galette du sac et cela a marché à merveille.

J'adore le tricot obtenu... et même déjà mon futur grand gilet !

Castonnite aigüe

J'avais envie de tester depuis longtemps (bah tiens !) le Suri, cet alpaga tout doux et tout poilu. Et j"avais justement un reste d'un cône de laine (trouvé chez Mahlia Kent il y a... ???) qui ne demandait (bah tiens !) qu'à s'assortir avec un fil de Suri d'un même gris-vert...

J'ai essayé de tricoter un fil de chaque, mais, les deux étant fort fins, tricoter un pull m'aurait pris des lustres. J'ai doublé le fil Mahlia Kent (qui passe de ce fait de 700 à 350 m aux 100 g, soit de lace à gros fingering). Et j'ai obtenu un tricot tout doux, et même encore plus que doux : on dirait une peluche !!!

Et me voilà partie pour un Yoke 120, qui est en fait un Yoke 100 (décidément la recette est ultra-adaptable).

Castonnite aigüe

Le suivant était le premier de mess cast-on : un Yoke 120 version Yoke 90 pour un pull d'enfant qui marie mohair et fil lace (Stella de Katia). Les couleurs de ce fil sont chatoyantes, et j'ai choisi de les rabaisser en le mélangeant avec mon fameux mohair prune inépuisable - c'est peut-être une erreur ! De même que le pari d'avoir assez de fil dans une pelote (de 550 m quand même !)

Castonnite aigüe

Et, comme j'avais des doutes sur ce projet, ET qu'il faut absolument et vite qu'un pull pour Anaïs parte dans le prochain colis bâlois, ET que j'avais ce joli mohair dans mon stash, un autre Yoke 120 (en version Yoke 60 cette fois) s'est posé sur mes aiguilles. C'est celui qui a le plus avancé, puisqu'il a bénéficié d'un trajet aller-retour pour Paris où je visitai ma maman la semaine dernière !

Castonnite aigüe

Je vous tais mes essais de tweed prune + suri prune (ah tiens!) , ceux d'alpaga non teint d'un gris-bleu sublime, je passe sous silence mes recherches de la future laine de mon futur béret... et je vous cache mes incursions sur le site de Lanae pour aller rêver de cette belle-ci, ou de celle-là...

 

Mais qui me délivrera de la tentation...

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0

Publié le 27 Novembre 2020

La Souris, ayant tricoté deux écheveaux
Se trouva fort dépourvue
Quand la fin en fut venue.
Pas un seul petit morceau
De laine ou de mérinos.
Elle n'alla crier famine
Chez nulle voisine,
La priant de lui prêter
Quelque fil pour continuer.
Nulle copine ne peut donner
Fil ainsi teint au Vahiné.
Ce n'est en rien faire défaut.
Qu'auriez-vous fait d'un tel fiasco ?
Ne pouvant aller de l'avant,
J'ai arrêté, ne vous déplaise.
Le châle est court, j'en suis peu aise :
Et bien ! c'est à refaire maintenant.

 

Voilà pourquoi ce châle est amputé d'un bon tiers de sa longueur : il fallait réfléchir ! J'avais deux écheveaux. Un châle à deux écheveaux c'est un grand châle, n'est-ce pas ? Oui, si ce ne sont pas des écheveaux de 270 m de laine sport...

 

Tout ne se passe pas toujours comme prévu
Tout ne se passe pas toujours comme prévu
Tout ne se passe pas toujours comme prévu

Il est tout à fait portable (il mesure quand même 165 cm de long), mais la partie" jersey rainuré" est un peu petite à mon goût. Et surtout, la bordure finale que je voyais de la même largeur que la bande en longueur fait deux motifs au lieu des cinq prévus. Et je me passerais volontiers du point mousse et des picots : un joli i-cord, comme sur les deux autres côtés, ne serait-il pas du plus bel effet ?

Tout ne se passe pas toujours comme prévu

En outre, si je le refaisais, je diminuerais le rythme des augmentations de sorte qu'il s'élargisse moins vite. Je choisirais d'augmenter tous les quatre rangs et non tous les deux rangs. Et je séparerais la bande dentelle et la bande jersey rainuré par un peu plus qu'une colonne de mailles envers : peut-être une tresse ou quelques côtes ?

Je passe sur ma teinture irrégulière et ce rose Vahiné involontaire. Qui peut-être même déteindra, sait-on jamais !

Il n'a pas que des défauts, ce pauvre châle : j'aime beaucoup l'i-cord qui borde ses longueurs, le point de dentelle est très sympa, et, si je le refaisais, je conserverais l'idée de faire une partie dans un autre point.

 

Oui, j'ai bien dit "si je le refaisais".

Car il n'est pas du tout sûr que j'aie envie de le recommencer !

Enfin, pas tout de suite...

 

Par contre, si jamais l'une de vous, compatissante copine, avait envie de s'y lancer, je lui envoie volontiers la grille et des indications complémentaires...

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote, #elle partage

Repost0

Publié le 23 Novembre 2020

Après des moments bien occupés de tris et rangements (on dira que c'était mes journées d'inventaire !), j'ai éprouvé le besoin de retourner à mes chères aiguilles et de mettre en route de nouveaux projets. Pas moins de quatre !

Le premier (et tout petit) est fini :

Baby"ole"

Modèle : Anker's hat de PetiteKnit en taille 2 mois

Laine : 9 grammes de pure douceur - de la Rêveuses fingering de (Vi)laines : 70% alpaga, 20% soie, 10% cachemire ! Un rêve...

 

Et demain, je vous montre mes trois autres projets ainsi que mon châle terminé.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0

Publié le 12 Novembre 2020

La souris, qui vit comme vous tou.te.s les joies de l'enfermement, s'adonne à un nouveau sport parfait pour ces temps du confinement : l'art de la grille !

 

Je ne parle pas de la grille de prison, du grillage à poule, de la grille de mots croisés, non, je veux dire : la grille de tricot. Elle s'est lancée dans un nouveau design de châle.

 

Tout se passe d'abord dans la tête :

    quelle forme ? triangle allongé

       quelle laine ? ma laine de la box Knitcrate teinte Vahiné

            quelles bordures ? i-cord

                 quels points ? un mix dentelle-jersey "animé"

                     

Puis c'est dans les livres et sur les sites de modèles de points qu'il faut aller sa balader de longs moments pour choisir le point de dentelle.

 

Et tout cela peut alors se poser sur le papier : c'est le temps des calculs

        compter les jetés et les diminutions,

          placer les augmentations, 

             penser aux lisières...

Eloge de la grille

Ensuite vient le temps du test :

            on échantillonne pour trouver la taille d'aiguilles,

                on pose sa grille sur la plaque en tôle (elle est maintenue par des barres aimantées décorées au masking-tape) :

Eloge de la grille

Et c'est parti :

Eloge de la grille
Eloge de la grille

Verdict : j'aime !!!

Qu'elle est belle et bonne, ma gentille petite grille...

 

 

Que va donner la suite ? Car tout n'est pas prévu ainsi.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote, #elle partage

Repost0

Publié le 9 Novembre 2020

Je les aime, elles ont eu la délicatesse de ne pas se rajouter à la liste de mes fiascos ! Pas la moindre erreur (que je sache).

Bon, il faut dire que je maîtrise le modèle : c'est la vingt-troisième paire que je tricote... et seulement la sixième pour moi ! Je constate d'ailleurs que le tricot égoïste s'avère monter plus vite (il ne m'a pas fallu six mois pour monter la deuxième chaussette !)

 

Et puis, mon patron des Chauchaussettes des gars est efficace et simple ! Une fois choisi le nombre de mailles de départ (60 pour moi, 64 pour mes hommes), je n'ai plus besoin que de penser à mesurer la longueur du pied avant le talon en rangs raccourcis (20 cm pour moi, pointure 41, 21 cm pour mes hommes, pointure 43) et hop ! ça monte tout seul  - et d'autant plus vite que c'est rayé.

 

Mes chaussettes de Buren

Modèle : Les chauchaussettes des gars (disponible gratuitement sur Ravelry)

Laine : Adriafil Calzasocks pour le bleu et le jaune et un reste de Fabel pour le rose (66 g de laine en tout !)

Je pensais faire toutes les chaussettes avec des rayures 1/1, mais, à l'essayage, je me suis aperçue que les rayures fines ont tendance à se déformer et produisent sur le pied un effet "cinétique" que je ne voulais pas sur les mollets. Je suis alors passée à des rayures 2/2.

 

Merci, mes chaussettes artistiques, vous me redonnez le moral tricotesque ! *

 

* sans doute est-ce la vertu de la rayure rose !

 

Et puis, vous avez vu mes "jolies" formes à chaussettes... découpées dans un set de table ? Elles sont un peu petites, certes, il suffira de couper les prochaines plus grandes.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0

Publié le 5 Novembre 2020

Hourrah ! Il est fini...

Il est rose, d'un beau vieux rose homogène, d'un joli rose chaud qui me plaît.

Il est vraiment "boxy" (c'est sûr, il mesure 160 cm sous les bras !)

Il me va (c'est sûr, il a une aisance de près de 50 cm !)

Il est sympa sur une robe ou une tunique.

 

Mais il a une erreur.

Une vraie grosse erreur auprès de laquelle celle (réparée) de la rayure rose-moche est insignifiante, et le pire, c'est que je ne l'ai pas vue : c'est Grand Chéri qui me l'a signalée !

Cherchez l'erreur !
Cherchez l'erreur !
Cherchez l'erreur !
Cherchez l'erreur !

... ça plus les élections américaines... j'ai le moral dans les chaussettes, même si celles que je tricote voudraient me faire voir la vie en rose...

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0

Publié le 4 Novembre 2020

Le douzième thème du KAL du Filambule est Tricoter du noir ? Même pas peur !

Si, justement, j’en avais peur, de tricoter du noir… Pourtant, j’ai essayé ! J’ai tenté le gilet en soie sauvage, sans arriver à trouver la bonne tension, j’ai tenté un châle en lace mais je trouvais ça triste, j’ai tenté des chaussettes pour Fils aîné, mais je ne voyais pas les mailles… J’allais renoncer à finir mes douze projets !

Et puis, arrive le confinement 2.0, et avec lui, le sentiment d’avoir du temps pour mettre de l’ordre : dans mes laines, dans mes livres, dans mes photos, dans mon ordi… et dans mes projets ! J’allais en finir avec ce maudit thème de décembre … et avec les douze thèmes par la même occasion !

 

30 octobre :

  • je cherche mon plus gros fil et je trouve un poilu monstrueux pur synthétique qui a sans doute fait le tour de la terre avant d’atterrir dans le panier d’une dame qui s’en est vite débarrassé dans une ressourcerie au joli nom de Grenier de mamie où je l’ai dénichée (mais comment donc ai-je pu acheter cela ? )
  • j’y ajoute un fond de cône de fil argenté brillant-guirlande-de-Noël trouvé dans une ressourcerie au joli nom de Et Colégram (mais comment donc ai-je pu acheter cela ? )
  • je saisis mes aiguilles fabriquées par Monsieur dans un tourillon (ce doit être du 20 au moins),
  • je monte 27 mailles,
  • je décide de tenter le point brioche (la côte anglaise, on dit comme ça chez les vieux !), sans certitude d'y être arrivée,
  • et je tricote tricote tricote. Et c’est moche, c’est moche, c’est moche…

31 octobre :

  • plus de fil argent, l’écharpe est donc finie, mais bien courte,
  • j’ai mal au poignet, au coude, au triceps, au quadriceps
  • et c’est avec certitude l’objet le plus moche que j’aie jamais tricoté !

J’ai même honte de l’exhiber ici, cette épiphanie de la mochitude :

Epiphanie de la mochitude

Et quand je pense qu’en plus, le projet ne sera peut-être pas validé parce que je n’ai pas d’étiquette (la ressourcerie ne m’a pas fourni d’étiquette ni donné l’adresse de la dame qui s’est débarrassée du poilu et qui aurait pu conserver en souvenir l’étiquette !)
Pourtant, je vous le jure, elle est vraiment noire, d’un vrai beau noir bien intense (c’est bien tout ce qu’elle a de beau, mon écharpe la plus moche du monde !!!).

Epiphanie de la mochitude

 

Ben, si ce n’est pas validé, on fait vite disparaître ce post de la honte…

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0

Publié le 2 Novembre 2020

Ah, les filles, la joie du devoir accompli,

              la satisfaction du travail bien fait,

                              le plaisir du renoncement à la facilité,

                                                  la douceur d'avoir enfin l'âme en paix,

                                                                   la tranquillité de l'arrêt du râlage ...

 

"L'erreur, tu la sentiras toujours !", disait ma chère grand-mère.

Je n'ai pas pu accepter l'idée de cette bande brûlante dans mon dos.

 

J'ai détricoté...

L'art de la non-rayure rose [ou La fierté du travail bien fait]

L'avantage de ce fil triple, c'est que les mailles restent bien formées - je n'ai eu aucun mal à les reprendre (et pas trop à les détricoter). Par contre, je n'ai pas poussé le vice (ou l'abnégation) jusqu'à séparer les trois ou deux fils, je le ferai si j'ai besoin de cette longueur de fil que je conserve précieusement. Combien je la jetterai avec joie si elle ne me sert pas !

 

Et puis, j'ai au moins acquis des certitudes :

- c'est bien le rose 3-fils que j'aime, et pas le rose 2-fils (pas beau) !

- et combien il suffit de peu pour qu'une couleur soit considérablement enrichie...*

 

Je reprends mon ouvrage.

Et dorénavant, non seulement, je me bagarre avec mes trois fils, mais en plus je dois les surveiller étroitement...

 

 

* Il faut juste multiplier par trois la longueur de fil nécessaire, et sans doute de ce fait le prix de la laine, et peut-être même ajouter celui d'une aiguille plus grosse... bagatelle !

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0

Publié le 31 Octobre 2020

On pourrait imaginer à la lecture de mon post précédent que je n'aime pas les rayures roses, que les rayures roses m'insupportent...

Ce serait une impression totalement fausse ! Car loin de moi, cette idée : je pense au contraire que les rayures roses enrichissent un ouvrage, le réhaussent, l'élèvent à la hauteur d'une oeuvre d'art.

Et nul ne me démentira : la rayure rose s'expose !

"Jamais deux fois la même" et "Fruits de la passion" (exposition Daniel Buren au Centre Pompidou)"Jamais deux fois la même" et "Fruits de la passion" (exposition Daniel Buren au Centre Pompidou)

"Jamais deux fois la même" et "Fruits de la passion" (exposition Daniel Buren au Centre Pompidou)

Comment résister à la rayure rose ?

J'ai cédé...

L'art de la rayure (rose)

Et vous constaterez que j'ai su faire un savoureux panachage entre des oeuvres du même artiste, qui, lui, n'a pas osé aller jusqu'au bout de sa démarche créatrice, se cantonnant à la juxtaposition d'oeuvres monochromes et ne franchissant jamais le pas de la polychromie.

"Mur de peintures" (oeuvre de Daniel Buren au Centre Pompidou)

"Mur de peintures" (oeuvre de Daniel Buren au Centre Pompidou)

Dommage... elles seront cachées, mes rayures roses...

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0

Publié le 28 Octobre 2020

Des nuances de roses et des rayures... bien involontaires !

 

Je vous ai présenté il y a quelques jours mon gilet rose d'un rose pas beau, que j'avais détricoté pour le recommencer en rose beau (plus beau).

Le bas du corps est fini. Les deux demi-devants sont faits.

Les trois fils ont tenu leurs promesses : la couleur est nettement enrichie de ce mélange, qui n'est pas toujours des plus simples à tricoter ! Les trois fils n'ont pas du tout le même comportement : le fil de laine est sec et accroche sur les aiguilles, la pelote de mohair rose archi-légère "grimpe" le long de son fil, tandis que le mohair prune est étiré par son cône qui le "leste". Il faut souvent tirer un fil, ou préparer une longueur d'avance - qui se désolidarisera quand même en cours de tricot !

Bref, je peste beaucoup beaucoup...

 

 

Quelques nuances de roses...

Mais mon avancée me ravit ! Et je reprends les mailles du dos : il y en a beaucoup, beaucoup, car c'est un boxy que je tricote. Mon premier boxy, justement dans ces laines-là !!!

Et j'avance, et j'avance...

Et voilà :

Quelques nuances de roses...

Vous la voyez, la rayure en rose pas beau ?

Le fil de mohair prune, vous savez, celui qui tire sur son cône, a dû casser - sans que je le remarque et j'ai continué. En rose pas beau. J'ai réintégré le fil dès que je m'en suis aperçue. Retour du rose beau (plus beau).

 

Et maintenant, cette bande en rose pas beau, j'en fais quoi ? Je la laisse ? Je retricote juste le fil prune ? Je suis le conseil de ma grand-mère (clic) ? Je jette le gilet ?

 

Je vous jure, il y a des raisons de pester... vraiment...

 

Et il me souvient que cette grand-mère bretonne usait du terme gallo de "begao" pour désigner le benet, le simple d'esprit (ou sa petite-fille bêtisière).

Mamie, tu avais raison :

"Qu'est-ce qu'elle est begao, celle-là !"

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0