Articles avec #elle partage tag

Publié le 3 Juillet 2017

Une cousette sans patron, déjà moult fois réalisée (parce qu'un non-patron doit aussi être rentable, il n'y a pas de raison!). Réalisée en moins d'une heure (si on ne compte pas le temps mis à fouiller les stocks pour trouver les trois tissus et le galon qui s'accorderont en toute subtilité).

Car il faut de la subtilité en couture.
 

Non-patron
Non-patron

Bon, ne soyons pas avare de conseils... Miclasouris vous livre ici en toute exclusivité sa recette de la tunique subtile...

 

Recette de la tunique subtile

 

Matériel: un Tshirt, des ciseaux... et trois petits bouts de tissus

 

Réalisation en deux temps trois mouvements (ce qui fait donc bien 5 étapes!)

0) Trouver un Tshirt (vieux ou neuf) et trois morceaux de cotonnade (un grand, un moyen et un petit) + du biais ou du galon, dont tous les coloris s'assortissent sub-ti-le-ment (ceci est un préalable et non une étape, bien que cela puisse prendre beaucoup de temps surtout si on est obligé de faire dix magasins - ... ou alors, il faut avoir un stock comme le mien.)

 

1) Couper sans hésiter le Tshirt, environ 15 cm en-dessous des dessous de bras (il est conseillé de garder le morceau coupé, que l'on rangera dans le panier à grands petits bouts - ça peut toujours servir !).

 

2) Couper un trapèze dans le tissu le plus grand (le haut doit mesurer la largeur du bas coupé du Tshirt).

 

3) Faire un puzzle avec ce même tissu et les deux autres et garnir de galon, biais, passepoil, pompons... ou tout autre décor assorti (sub....ment)

 

4) Couper la pièce obtenue en trapèze (même forme que le trapèze précédent).

 

5) Assembler verticalement les deux trapèzes et les coudre au Tshirt.

 

 

Euh... en fait c'est en deux temps quatre mouvements, j'ai oublié le

6) Ourler le bas...

 

 

 Bonne et subtile couture !

 

 

 

Publié le 15 Juin 2017

Je n'ai pas eu de net durant tout le voyage, ou alors épisodiquement. Pas merci à Orange, la wifi partagée ne doit pas se partager sur ma tablette...

Par contre, j'ai pu lire tous vos messages sur mon téléphone, tant ici que sur Ravelry, même si je n'ai pu y répondre. Et j'ai pu avoir connaissance des bonnes adresses lorientaises... merci à mes pourvoyeuses de tentation !

 

Je commence par la laine, les laines Guichard à Landevant. Nous y avons fait un saut (de puce, nous en étions à quelques kilomètres). Et puis, ce matin-là, nous nous étions levés de TRES bonne heure, ayant rendez-vous à 8 heures (oui, vous avez bien lu!) chez Volkswagen à Lanester. Je sais gré à Grand Chéri d'avoir bien voulu me remonter le moral en allant fouiner dans des bacs de laine. Ceci dit, quand nous sommes arrivés au magasin, il est descendu du combi en même temps que moi et il m'a suivie dans le magasin.

Ses commentaires?  "Tu n'en as pas déjà, de la laine comme ça, à la maison...", "Celle-là, elle n'est pas belle comme couleur!", "Des magasins comme ça, il doit y en avoir plein, à Grenoble!" (????), "Tu ne la trouverais pas, celle-là, à Grenoble?"...

Le butin s'éleva néanmoins à quatre pelotes de Mille colori baby (soldées 18 €) - "c'est pour le bébé, tu comprends... "

Mercis de buttineuse

Sage, n'est-ce pas?

 

A Lorient, il y avait aussi les tissus Myrtille, une caverne d'Ali Baba, et en plus des super-soldes. Bondirent dans mon panier deux beaux gros coupons de jersey viscose, des toutes petites pièces de cotonnades, et enfin quelques morceaux de 25 cm de coton enduit (à 5€ le mètre, comment résister?) :

Mercis de buttineuse
Mercis de buttineuse
Mercis de buttineuse
Mercis de buttineuse
Mercis de buttineuse

Et à Vannes, je ne suis pas sortie les mains vides de la boutique Bibop et Lula :

Mercis de buttineuse

Voilà, il manque peu de choses... des peccadilles... des babioles... des broutilles... des petits riens...

 

Bon, merci (quand même) aux copinautes bretonnes qui m'entraînèrent dans ces folies. Et à toutes celles qui m'ont écrit durant ces semaines.

Publié le 30 Avril 2017

Panne de laine pour le châle d'Adèle...

Impossible d'en retrouver, le coloris a disparu des stocks...

Et la laine reçue de la bienheureuse Yvonne après ma requête sur Ravelry, n'est pas du même rose.

Direction le magasin de toutes les tentations (on n'oublie pas que je suis en mode no-buy). La gamme Drops ne présente pas de rose aussi particulier, sauf un coloris en Népal. J'ai donc acheté une pelote de Népal rose (obligé!) et constaté qu'il n'y avait toujours pas  la pelote de Belle rouge qui me manque (une autre virée s'impose donc la semaine prochaine!).

 

Mais la Népal, c'est de la bulky, elle est beaucoup plus épaisse que l'alpaga du châle. Qu'à cela ne tienne, je m'en vais te la transformer en laine fine. Je n'utiliserai qu'un brin.

Ceci dit, c'est plus facile à dire qu'à faire, car il n'est guère aisé de séparer les trois brins. Les fils se tortillent à tout va et n'ont de cesse de se rassembler - dans le désordre, s'entend.

Tout allait donc fort mal jusqu'à ce que...

Défaire ou... déprimer ?
Défaire ou... déprimer ?

... je me fabrique un dévidoir express à l'aide d'une pince à cheveux. Je tire sur un brin d'une main, sur deux brins de l'autre et je laisse pendre la pelote, qui se met à tourner dans le vide comme une toupie. J'embobine ce que je viens de séparer, et je recommence.

L'inconvénient, c'est qu'on ne sépare que quelques dizaines de centimètres à la fois (la distance entre les mains levées et le niveau juste au-dessus du sol car la pelote ne tourne que si elle est dans le vide!).

 

Mais bon, on a le temps, au fond... non...  je suis calme... je ne m'énerve pas...

 

Et dès que j'ai au une longueur de laine suffisante, j'ai repris mon ouvrage... et là...

Défaire ou... déprimer ?

... ça se voit... pas beaucoup... mais beaucoup trop ! Même Grand Chéri trouve que ça ne va pas.

 

Alors qu'en général, si je lui demande si ça va, ce que je fais ou tente, il me dit toujours, parfois même sans avoir regardé,  "ouais ouais, ça va !". Là, il a dit "ça ne va pas", et, en plus, il regardait l'ouvrage, et pas par la fenêtre.

 

Et puis,  EN PLUS, le fil obtenu est un single, qui ne demandera qu'à casser.

 

Alors, maintenant, je fais quoi, moi ?

 

Une dépression, na.

Et je commence de suite.

 

Je reviens dès que ma dépression est finie.

 

 

Publié le 20 Mars 2017

Voici le tuto du châle Striangles, que je vous ai présenté il y a quelques jours.

J'avais pris des notes en le réalisant, je les ai réécrites sous forme de tutoriel. Il reste peut-être des erreurs.  Si vous me les signalez, je les corrigerai.

 

Ce châle peut être réalisé dans toutes sortes de laines, il est aisément adaptable en dimensions, il vous suffira d'augmenter le nombre de rangs de la partie 1 ou de la partie 2, la suite s'en ensuivra logiquement.

Le mien est bicolore, mais je suis certaine qu'il serait très joli avec plus de couleurs, en conservant la couleur de base et en variant les couleurs secondaires, ou bien encore en utilisant comme laine complémentaire une laine variegated.

 

Edit de juin 2017: il y avait des erreurs dans la première version... mille excuses ! Elles sont corrigées. Mais il peut en être resté...

 

 

Le tuto du châle Striangles
Le tuto du châle Striangles

Bon tricot !

 

Et, si jamais vous le réalisiez, je serais ravie de voir votre version !

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle partage

Publié le 11 Mars 2017

Comme promis, voici un petit tuto du sac à pelote...

Tuto? Oui, tuto, et pas patron.

sac à pelote

sac à pelote

Comme je vous l'ai déjà dit, ce n'est pas moi qui ai eu cette idée, j'ai copié sur celui de ma copine Elsa (Zazouch) qui l'avait vu sur le net.

J'ai juste écrit le tuto, n'en ayant pas trouvé sur le net (mais il en existe peut-être!).

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle partage

Publié le 16 Janvier 2017

J'avais une grosse envie de tricoter un châle (j'en ai besoin?) et j'avais une laine (ça tombait sacrément bien!). En fait, j'avais quatre écheveaux de trois couleurs de laine portugaise Lopo Xavier : 200 g de blanc + 100 g de jaune + 100 g de gris.

J'avais envie de point mousse qui avance tout seul sans réfléchir, pour alterner avec mes chaussettes dentelle dont je ne vois pas la fin...

 

Ce nouveau châle serait donc blanc + gris + jaune. Il me fallait donc utiliser les laines dans les proportions de 1/2 de blanc + 1/4 de jaune + 1/4 de gris. Vous me suivez?

Je suis donc partie sur des rayures en point mousse et un peu au hasard, sans trop savoir ce que cela deviendrait. Et c'est devenu ceci...

Le châle Au hasard... et son tuto!
Le châle Au hasard... et son tuto!
Le châle Au hasard... et son tuto!

Je n'ai pas résisté à l'appel du blanc...

 

Allez, je vous mets des photos plus lisibles:

Le châle Au hasard... et son tuto!
Le châle Au hasard... et son tuto!
Le châle Au hasard... et son tuto!

 

Et j'ai fait un tuto...

Publié le 7 Janvier 2017

J'avais dit que je ferais un tuto. Certaines m'ont rappelé ma promesse...

Un de mes voeux pieux a donc été exhaucé: je ne procrastine plus (enfin, le 7 janvier...)

 

Le voilà enfin rédigé, le tuto du châle Nautile !

Le tuto du châle Nautile

Edit du 8/01: here is the english translation (by myself, waouh!)...

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle partage

Publié le 18 Octobre 2016

Parlons bien, parlons fil... et surtout commençons par le début, le tout début même, et même l'avant (de partir pour notre périple hispano-lusitanien).

 

J'avais depuis des années un "sac de camion".... J'entends d'ici: "Mais, cékoiça, un sac de camion?".  C'est un sac. Mais pas n'importe quel sac, vous allez voir, le cahier des charges est dense.

 

C'est un sac:

- qui s'emboîte parfaitement derrière mon siège dans le combi,

- qui contient toutes mes petites affaires perso (tablette, liseuse, chargeurs et câbles, carnet et stylos, bijoux, accus et liquides pour l'e-cigarette, matériel de tricot et pelotes de laines pour projets en cours ou en vue... bref rien que le nécessaire),

- que j'atteins juste en me retournant sur mon siège et en tendant le bras,

- qui ne gêne pas pour le passage,

- que la nuit, je peux glisser là où sont mes pieds le jour,

- et qui évite les discutailleries éventuelles entre les deux cohabitants du combi, genre:

- Dis, Grand Chéri, tu peux t'arrêter?, j'ai besoin d'aller chercher quelque chose (ne jamais dire "une pelote") dans le coffre.

- Ok, je vais m'arrêter, je vais bientôt prendre de l'essence...

- (plus tard) Euh, tu prends de l'essence quand ?

- Oh, ce n'est pas urgent, je peux encore faire 130 km...

- (plus tard) J'ai vraiment très envie de faire ipip maintenant. (C'est une ruse...)

- Encore !!!! Mais c'est combien de fois par jour ?

 

Bref, c'est vraiment un équipement in-dis-pen-sa-ble...

 

Mon bon  vieux  sac avait rendu l'âme lors de notre dernière escapade en camion et il avait fini, sur la suggestion de Grand Chéri (" il est complètement f...u, ton sac, tu ne vas pas continuer à traîner ça! ") dans une poubelle bretonne... paix à son âme!

 

La veille du départ, je cherche mon sac dans toute la maison, et je me souviens alors de sa disparition - le trauma avait sans doute été tel que j'avais oublié...

Je me suis donc cousu un "sac de camion" le 31 août au soir.

Le sac du dernier jour
Le sac du dernier jour

J'ai fait avec ce que j'avais sous la main - et avec le peu de temps dont je disposais. Donc j'ai improvisé!

J'ai commencé par prendre les mesures de l'emplacement disponible dans le camion.

J'ai cousu à ces dimensions un sac cabas tout simple, à fond rectangulaire (comme le bleu cousu ici). Seule différence: les poignées sont prises entre le skai et le coton enduit - je les ai posées à la hauteur où je voulais que se fasse la pliure, en fonction de la hauteur disponible dans le combi.

Le sac du dernier jour

J'ai fait une doublure (dans un reste des rideaux Ikéa).

En cousant (envers contre envers) la doublure et le sac, j'ai intercalé sur un grand côté une patte avec du velcro (bien sûr, j'avais auparavant cousu du velcro en face au bon emplacement !) ainsi qu'un lien qui permet le pliage des petits côtés:

Le sac du dernier jour

C'est facile, c'est efficace - bon le velcro s'accroche à la laine (d'où de nécessaires pochettes), mais ça marche. Et, comme le sac est fait aux mesures exactes de l'emplacement de destination, il est bien plus grand que le précédent - avantage non négligeable...

 

Et devinez ce qu'il y a dans la petite pochette? Je vous montre ça très vite...

Publié le 14 Août 2016

... et elle mange - avec la cuiller parfois, avec la main souvent, par poignées quand ça ne va pas assez vite - et ce n'est pas sans être au détriment des vêtements (et du visage, et des cheveux, et du sol, et de la chaise, et des voisins...)

 

Alors, pour elle. mamie a cousu une serviette de "petit cochon":

Anaïs veut manger seule... (ou LA serviette simplissime)

En fait, il y a eu quatre serviettes simplissimes, je vous en montre deux autres, la dernière (avec des kokeshis) est partie en Suisse... Celles-ci suivront bientôt.

Anaïs veut manger seule... (ou LA serviette simplissime)
Anaïs veut manger seule... (ou LA serviette simplissime)
Anaïs veut manger seule... (ou LA serviette simplissime)

Votre petit cochon a faim, mais il n'a pas de serviette, vous pouvez bien sûr lui attacher une serviette autour de cou avec une pince à linge, mais ce n'est guère élégant.

Vous pouvez aussi le faire patienter un quart d'heure (si ses hurlements ne vous gênent pas), le temps de lui coudre sa jolie serviette simplissime...

 

Tuto de la serviette simplissime:

 

- Couper deux rectangles de tissu aux dimensions choisies (ici, c'est 30 x 37 cm).

- Les piquer sur 3 côtés (laisser un petit côté ouvert en haut).

- Cranter et retourner.

- Couper un morceau de biais mesurant deux fois la longueur du petit côté + 2 cm de couture.

- Assembler les deux extrémités du biais envers sur envers (en anneau)

- Piquer le biais sur le haut de la serviette, endroit du biais sur endroit de la doublure.

- Piquer le biais replié sur l'endroit au ras du biais et continuer la piqûre sur tout le biais en laissant 2 cm ouverts.

- Passer un élastique étroit (de la dimension de la coulisse formée par le biais) dans la coulisse.

- Tendre l'élastique à la dimension du cou de l'enfant (veiller à ne pas l'étrangler!) et coudre ensemble les deux extrémités de l'élastique.

- Piquer les 2 cm qui étaient restés ouverts.

- Passer au tour du cou de votre petit bout, il peut enfin passer à table...

 

 

Vous pouvez bien sûr aussi lui en coudre plein d'avance...

 

 

Publié le 28 Juillet 2016

Et hop, une seconde fleur... un peu vive comme coloris, on verra...

Blanquette # 2 (et petit bonus pub)

C'est totalement addictif...

 

Attention, ici démarre une séance pub éhontée (et Adblock va se montrer tout à fait inefficace).. Vous pouvez sauter cette séquence... ou bien encore vous déconnecter!

 

 

[Début de la séquence pub]

 

Pourquoi les crochets Susan Bates [gingle] sont les meilleurs du monde

 

Mme Miclasouris nous a écrit: "J'ai reçu mes fameux crochets Susan Bates (en moins de 3 semaines). Je les ai testés et c'est bien simple, je ne jure plus que par eux. C'est la Rolls des crochets! Merci merci les crochets Susan Bates."

Comme cette cliente enthousiaste, testez les fameux crochets Susan Bates [gingle], vos mains ne vous en remercieront jamais assez...

 

Le fruit de recherches poussées et d'avancées technologiques majeures

Et pourquoi les crochets Susan Bates [gingle] sont-ils les meilleurs? C'est à cause du design tout particulier de leur crochet, objet d'une longue recherche en laboratoire. Sa forme bien plate lui permet de se glisser entre les mailles et d'en ressortir tout aussi aisément tandis que sa gorge profonde enrobe totalement le brin de laine.

 

 

Blanquette # 2 (et petit bonus pub)

Voyez le sourire radieux de notre cliente, Mme Miclasouris, et comme elle, faites l'acquisition de crochets Susan Bates [gingle], votre vie en sera transformée.

[ici résonne la musique triomphale de votre choix]

 

[Fin de la séquence pub]

 

 

Je ne vous dis pas les royalties que je vais me faire...

 

 

Annonce n° 724753A

Vends pour cause de double emploi plusieurs assortiments complets de crochets quasiment neufs de marques variées (sauf Susan Bates). Faire offre au journal.

 

 

Publié le 27 Avril 2016

Vacances et soleil en vue et, attendant, dimanche pluvieux et morose.

 

Sur un marché de créateurs (oh la vilaine copieuse!), j'avais noté, sur le petit carnet qui ne me quitte jamais, une idée de recyclage intelligent. J'avais quelques Tshirts basiques et mal aimés - trop courts, trop pâles ou trop tristes

Après quelques coups de ciseaux précis, les voici métamorphosés en pimpantes tuniques.

 

Trilogie en jersey mineur
Trilogie en jersey mineur
Trilogie en jersey mineur
Trilogie en jersey mineur
Trilogie en jersey mineur
Trilogie en jersey mineur

Tissus et galons du stock (tissus provenant pour la plupart d'Indigotex)

 

 

La recette

 

- tailler dans le tissu de base deux pièces trapézoïdales (le haut correspondant à son demi-tour de poitrine + 1 cm + coutures, le bas à la largeur du tissu soit 70 cm),

- découper et décorer le devant avec galons, biais, tissus assortis...

- coudre devant et dos par les coutures latérales.

- coudre le tout sur le Tshirt coupé environ 5 cm sous les aisselles (coudre avec la cotonnade sur le dessus en étirant régulièrement le tissu du Tshirt).

Sur les miens, les manches ont été raccourcies et l'encolure creusée et bordée de biais ou de passepoil.

 

C'est très très vite fait (les trois ont été cousues en une après-midi!). Bon, j'aurais pu travailler plus lentement et plus proprement, mais bon, il y avait urgence... bon, urlence relative... Bah, comment dire, il me les fallait tout de suite !