Publié le 21 Octobre 2015

Eh oui, on repart... Juste pour aller dans la bonne ville de Bâle faire une petite family-fiesta qui réunira les deux familles. Cela fait presque deux mois que je n'ai pas vu mes trois petites-filles. J'ai hâte d'être vendredi. Nous en reviendrons avec les deux grandes, qui passeront la semaine prochaine chez nous.

 

Une fiesta est une excellente occasion de se faire belle (bon, OK, d'essayer). Plus qu'une occasion, c'est une nécessité absolue. J'ai donc fouillé dans mes placards et constaté que, bien sûr,  je n'avais rien à me mettre.

Alors, comme je n'avais pas des masses de temps, et puis aussi pour le plaisir de s'acheter quelque chose, j'ai fait les magasins, plein de magasins, tous ceux de la galerie marchande - et je n'ai rien trouvé. Tout est moche, c'est partout pareil, les tissus sont ordinaires, c'est mal coupé, mal fabriqué, et puis, il en faut pas sortir des canons de tailles. Je suis rentrée déprimée, dépitée, dégoûtée, horrifiée....

On parle de la malbouffe, je trouve qu'on pourrait aussi parler de la malvêture!

 

Alors je me suis mise à ma MAC et je me suis cousu une petite tunique à ma sauce:

 

... et tunique de sortie!
... et tunique de sortie!
... et tunique de sortie!

Je suis partie d'un patron de débardeur que j'ai (beaucoup) trituré pour en arriver là. Je l'ai allongé tout en l'élargissant vers le bas, puis j'ai coupé à 7 cm sous l'emmanchure et j'ai à nouveau coupé le bas pour insérer les panneaux froncés.

Et dessous, c'est un sous-pull col roulé acheté en grande surface que j'ai découpé à l'encolure et aux manches pour en faire un truc un peu moins basique. Le bas des manches a été remplacé par un morceau de jersey prune, j'ai agrémenté la couture par du biais réalisé dans un des tissus de la tunique - biais que j'ai aussi mis sur l'encolure.

... et tunique de sortie!
... et tunique de sortie!

J'adore le résultat... Sur un pantalon slim gris, c'est très sympa.

Je sais, vous me direz que ce n'est pas super bien cousu, j'ai fait ça très vite, à l'arrache, j'ai eu des problèmes de fil: le fil gris, le seul que j'avais, est sorti de son support (vous savez, le tube autour duquel il est enroulé), j'ai donc enfilé le fil, sans support, sur le porte-bobine de ma MAC mais il se déroulait mal, ça tirait tout le temps alors je guidais le tissu d'une main tout en guidant le déroulement de la bobine de l'autre. Mes coutures ne sont vraiment pas droites. Mais tant pis!

L'essentiel, c'est que  j'ai quelque chose à me mettre !

 

 

 

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Publié le 18 Octobre 2015

Pendant ces vacances ensoleillées, mais pas toujours (et qu'est-ce que la souris a pu pester quand le soleil était voilé ou le plafond un peu bas - si elle avait su ce qui l'attendait au retour!), la souris a tricoté...

Elle avait choisi le projet sans souci, celui qui ne prend pas de place, celui qui monte pendant des kilomètres sans qu'il soit nécessaire de trop réfléchir, celui qui ne tient pas chaud aux genoux par 40°. Bref, elle a tricoté des chaussettes.

 

Les premières pour Grand Chéri (dans des coloris bien "gars":

Chaussettes de rentrée

Et les suivantes pour elle-même, dans des coloris bien "fille":

Chaussettes de rentrée

Les photos ont été prise vendredi dernier (fallait bien passer le temps en attendant d'aller prendre le ferry). L'eau que vous voyez sur les photos est celle de la mer, et elle était turquoise et limpide, et elle était à 25°, et nous nous y baignions il y a à peine plius d'une semaine....

Vous comprendrez aisément que le retour est difficile...

 

 

Mais bon, à tout prendre, ça nous a permis d'étrenner nos chaussettes!

 

 

 

Modèle: Hermione's everyday socks

Modifications: talon Fish lips kiss heel

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Publié le 17 Octobre 2015

Que fait la souris depuis son retour?

 

D'abord elle caille, elle gèle, elle est transie...

 

Ensuite, elle se console du froid en ressortant pulls, cols, châles, étoles, mitaines, et en les portant. C'est ce qu'elle aime dans l'hiver, au fond: les petites laines. A dire vrai c'est ce qu'elle aime tout le temps, les petites laines.

 

Et puis elle se réchauffe en s'agitant, en portant, en se glissant, en se pliant, en rampant, en grimpant...  Non, ce n'est pas au sport qu'elle s'adonne (pour la souris, sport est un gros mot) ! Elle trie, choisit, soupèse... ce dont elle va se séparer dimanche à la bourse aux loisirs créatifs de Vif:

Le triste cri de la souris qui trie

Eh oui, quand on aime, c'est bien connu, on ne compte pas. C'est ainsi que pelotes et coupons envahissent l'atelier. Parfois, il faut faire du vide - même, et surtout, dans les recoins inimaginables genre derrière les caissons du bureau.

 

Le problème, c'est de trier.

De se séparer de ce qu'on a acheté parce qu'on aimait, ou qu'on n'avait pas encore, ou qu'on avait déjà, mais pas tout à fait pareil, ou qu'on en avait besoin...

Facile pour les chutes et restes (et encore, pas tous!).

Facile pour ce qui a été acheté par erreur momentanée de jugement (c'est rare, mais ça arrive...)

Facile pour ce qui a été acheté en trois exemplaires parce que c'était quasi donné.

Facile pour ce qui a été atteint d'obsolescence par sédimentation.

 

 

Pour tout le reste, difficile...

Ardu, douloureux, troublant, porteur de doute et d'hésitation.

 

Et de courbatures.

 

 

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause

Publié le 14 Octobre 2015

Je ne vous ferai pas de grand reportage sur la Grèce et la Crète. Les cartes postales de Grand Chéri en disent bien plus...

Cartes postales
Cartes postales
Cartes postales
Cartes postales

Pour les légendes, vous les trouverez sur son blog

"Je croque donc je suis"

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle bouge

Publié le 11 Octobre 2015

Eh oui, la souris et son Grand Chéri sont doués...

Rentrée - et c'était pas gagné!

 

 

Le billet pour le ferry de retour (Igoumenitsa - Bari) portait la date du 9 octobre et l'heure: 0 h 30. Même qu'on s'est dit: "C'est bien tard, ça!". Alors, on s'est pointés pour prendre notre ferry le 9, tard bien sûr, sur le coup de minuit. Le 10, donc.

 

 

Eh oui, on peut le faire (c'est pas donné à tout le monde, non?).

 

Bon, la compagnie Superfast a été sympa et nous a refait notre billet illico pour juste 11,60€ de supplément, et on a pu embarquer.

 

Et puis, comme il a plu à cordes de Bari à Ancône, on a décidé de ne pas muser en Italie et de rentrer...  1250 bornes en 2 jours.

On est bien chez soi, malgré les 11 à 15 ° qu'on a perdus en 3 jours...

 

 

 

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause