Publié le 26 Juillet 2019

- Mazette, où as-tu déniché ce tissu vert et ocre ?

- Qu'est-ce qu'il a, ce tissu ?

- Bah, il arrache ! C'est portable, ça ?

- Bien sûr, suffit d'avoir un pantalon vert !

- Et tu as un pantalon vert ?

- Oui...

- De ce VERT-là ? ... Mais tu ne l'as jamais mis !

- Pas encore.

- Pourquoi ? ... parce qu'il est sûrement immettable !

- Non, juste parce que je n'avais pas de tunique qui aille avec...

- Et tu vas PORTER LES DEUX ?

 

On ne change pas... un patron qui gagne !
On ne change pas... un patron qui gagne !

- Et tu vas PORTER LES DEUX ?

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Repost0

Publié le 24 Juillet 2019

- Chérie, il n'est pas bien, ce sac ! Il n'est pas pratique. Il est trop grand et trop profond pour nos deux draps de plage, et quand on est quatre, les quatre serviettes ne rentrent pas.

...

- Il n'irait même pas comme sac à végétaux !

...

- Et l'autre sac, il est trop petit...

....

- Il faudrait un sac qui tienne compte du volume de quatre serviettes pliées. On mettrait les serviettes dedans, et dans le sac vert, on mettrait les maillots, les lunettes, les paréos, la crème solaire...

...

Que fait la souris ? Elle file à Ikéa. Elle achète un rideau de douche. Elle plie les quatre draps de bain. Elle les empile. Mesure la pile. Et elle trace. Et elle coupe.

 

Et elle coud un sac qui tient compte du volume de quatre serviettes pliées.

Les bien-faits du bain
Les bien-faits du bain

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Repost0

Publié le 23 Juillet 2019

Tricobus et tricotrain

Je vous disais avoir tricoté sous les arbres du parc de Vanves, le soir, en rentrant de l'hôpital. 

J'ai aussi tricoté dans le bus, et cela meublait les (longs longs longs) trajets en bus pour rejoindre l'hôpital Ambroise-Paré où ma mère a été opérée et où elle a passé quinze jours. Elle est maintenant hospitalisée à un quart d'heure à pied de son domicile... plus de tricobus.

Ah si ! Le samedi où je me suis rendue chez Sylvette en goguette :

tricobus

tricobus

Et puis, j'ai encore tricoté dans le train de retour à Grenoble :

tricotrain

tricotrain

Une dentelle dans les transports en commun ? Oui, je sais, c'est risqué. D'ailleurs, j'ai pas mal dû défaire et refaire...

 

Mais c'est le projet ultra-léger que j'ai mis sur mes aiguilles quand mon petit pull rayé est tombé de mes aiguilles. Une dentelle destinée à ma maman, un petit châle qui réchauffera ses épaules cet automne. Cela fait des années qu'elle admire mon châle Gail, et que je lui en ai promis un.

Cela fait aussi des années que je ne m'étais pas lancée dans un projet dentelle... par manque de motivation ! J'appréhendais donc un peu, mais finalement, c'est très agréable à tricoter, Et, les circonstances aidant, cela a plutôt vite avancé.

 

Mais, depuis que je suis redevenue grenobloise, j'ai abandonné le tricot au profit de mes petits-enfants, Louison ayant rejoint sa soeur le dimanche des vacances. Elles sont restées jusqu'à la fin de la semaine, et, le lundi suivant, sont arrivés pour la semaine nos petits Suisses.

 

Je repars demain à Paris, certainement pour la dernière fois, car je redescendrai à Grenoble accompagnée de ma mère qui passera le mois d'août chez nous - un mois qui sera animé par les allées-venues des fistons squatteurs/échangeurs de camion.

Il me reste donc un trajet de train pour finir le châle !

 

Normalement, en septembre, ma maman devrait pouvoir reprendre sa vie parisienne, et nous... peut-être partir en combi !

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0

Publié le 17 Juillet 2019

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle se youtube

Repost0

Publié le 15 Juillet 2019

Avant, il y avait celà :

La fête (nationale) des aiguilles
La fête (nationale) des aiguilles

Une vieille pochette usée - et déclarée non recyclable. C'était quand même la honte de se trimballer avec ça en guise de pochette à aiguilles fixes !

 

 

Alors, le 14 juillet, j'ai décider d'offrir une

 

Bonne Fêt'Nat' à mes aiguilles !

 

et de leur coudre une nouvelle pochette toute belle et toute joyeuse.

La fête (nationale) des aiguilles
La fête (nationale) des aiguilles
La fête (nationale) des aiguilles
La fête (nationale) des aiguilles
La fête (nationale) des aiguilles
La fête (nationale) des aiguilles

Mes aiguilles sont ravies de ce feu d'artifice de couleurs. Et moi, je suis ravie de ma nouvelle pochette !

 

Mais, pour le coup, je ne suis pas fière de moi car il s'agit là d'un copiage éhonté. Après avoir fait le tour des pochettes existantes ou cousues par des tricopines, et qui sont peu ou prou similaires, je suis partie sur la Greenery de Knitpro et sa pochette à aiguilles interchangeables intégrée.
 

La fête (nationale) des aiguilles

Je trouvais l'idée excellente, jusqu'à ce que je comprenne qu'il s'agit en fait de deux pochettes et non une seule. La photo est trompeuse et je suis myope ! Néanmoins, j'ai gardé l'idée. Mais ma trousse menaçait d'être déjà bien pleine, alors rajouter les aiguilles interchangeables !!!

 

Je connaissais la pochette de Nathalie de Bynight, qui est proche dans sa conception, en ce qui concerne le rangement des aiguilles, mais qui a une trousse au lieu d'une pochette à aiguilles interchangeables.

 

J'ai cherché à modifier mais ça voulait dire supprimer la trousse. Or, c'est ce qui faisait à mes yeux la supériorité à celle de Bynight !

 

J'ai donc copié : j'ai fait une trousse...

 

Tissus : toile épaisse Ikéa - cotons imprimés Petit pan - sangle de tapis de judo Flying tigers

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Repost0

Publié le 14 Juillet 2019

Quand j'ai vu ce bouquet plein de gaieté, lové au coeur de son étalage au Marché Saint-Pierre,  il m'a happée (oui, je sais, je suis facilement happée). Mais c'est que j'avais aussitôt vu une fin honorable pour lui : il serait tunique bordée de blanc,  et je le porterais sur un pantalon blanc.

Quel advenir séduisant, a-t-il conclu, et c'est ainsi qu'il s'est retrouvé dans mon panier, prêt à mes coups de ciseaux sacrificiels.

 

Et c'est ainsi qu'un beau matin parisien, voici ce qui lui est advenu :

 

C'est la vie : parisienne et échevelée

Une matinée pour aller chez Sylvette en goguette, une matinée pour coudre mon tote-bag  et sa pochette, une matinée pour coudre une tunique, ce fut un séjour parisien efficace, non ?

 

- Et qu'as-tu fait de ta quatrième matinée parisienne, paresseuse ?

- Bah... euh... des courses, de la lessive, du repassage, de la cuisine... Faut bien vivre quand même !

 

Depuis que je suis redevenue grenobloise, je n'ai guère eu de temps pour coudre. Il faut avouer qu'une séance poux avec les filles ne nous a guère laissé de temps (cinq couettes à laver, celles de la maison et celles du camion, encore plus de draps de bain, ceux de la toilette et ceux de la baignade, sans compter des séances éradication des bestioles suivies de séances douloureuses de démêlage...)

Nous avons rendu les filles à leur maman propres et récurées. Et épouillées.

(Et moi, bien sûr, j'en ai chopé : si je porte mal le chapeau, j'ai une vraie tête à poux. Je n'en rate jamais un !)

 

Mais bon, c'était mieux de faire ça avant l'arrivée des petits Suisses demain, non ?

Je préviens néanmoins: z'ont pas intérêt à en avoir !

 

(Ou bien, j'en ai encore et je partage ?)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Repost0

Publié le 12 Juillet 2019

C'est à Paris que j'ai cousu le tissu que j'avais choisi chez le Grand Suédois.

J'avais emporté mon coupon et j'ai emprunté la machine à coudre de ma mère. Je cousais le matin, je passais les après-midi avec ma maman, qui reprend des forces et retrouve peu à peu de l'énergie, et, le soir,  je tricotais à l'ombre des arbres dans le parc qui est sous les fenêtres de son appartement.

 

Mon tissu s'est fait ensemble tote-bag et pochette :

... et mamie va-t-à Paris !
... et mamie va-t-à Paris !

Il me fallait bien ça, car, au retour de Paris, je suis toujours plus chargée qu'à l'aller, allez savoir pourquoi ! ***

Et mon sac m'a bien été utile... dans le train de retour !

 

 

 

... et mamie va-t-à Paris !

*** Je vous donne quand même la réponse à la question métaphysique que vous ne manquez pas de vous poser : pourquoi cet alourdissement du sac de la souris ?

... et mamie va-t-à Paris !

Ces jolis petits coupons en sont la cause (et quelques autres babioles de mercerie : fermetures éclair, chutes de skai et de coton enduit...)

 

Ils proviennent de la mercerie Sylvette en goguette, une boutique à laquelle j'ai plusieurs fois passé des e-commandes,  et que j'ai été découvrir "pour de vrai". C'est un endroit charmant, une jolie petite maisonnette, située sur une placette champêtre de  Clamart, à quelques stations de bus de chez ma mère.

Et "Sylvette" (c'est ainsi que je la baptiserai) est une personne délicieuse, qui a pris le temps de me recevoir dans le coin mercerie, alors que la boutique débordait de monde un samedi matin !

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud, #elle partage

Repost0

Publié le 10 Juillet 2019

La semaine dernière, je suis allée chez le Grand Suédois avec Adèle.

Au rayon tissus, nous avons chacune flashé sur un tissu. Adèle a tout de suite vu un coussin dans le sien :

 

Adèle aquarelle...

Et, comme il restait du tissu, j'ai cousu une housse pour la boîte d'aquarelles qu'Adèle venait de recevoir pour son anniversaire :

Adèle aquarelle...
Adèle aquarelle...
Adèle aquarelle...

Et il restait encore de quoi tailler une pochette pour ranger tout ça et le reste, et même le carnet de dessin :

Adèle aquarelle...

Prête pour un premier cours d'aquarelle avec son papy ?

Adèle aquarelle...

Puis, moi, je suis remontée quatre jours à Paris. et Grand Chéri en a profité pour emmener sa petite-fille à sa journée mensuelle de dessin avec les GRUSK (les Urban sketchers grenoblois). Elle a étrenné son carnet avec un magnifique dessin à vue de l'église du Sappey-en-Chartreuse :

Adèle aquarelle...

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Repost0

Publié le 1 Juillet 2019

Me voici de passage chez moi (le mois de juin ne m'y aura pas vue !)  Ma maman se remet dans un service de SSR (soins de suites et de réadaptation), je l'ai abandonnée pour quelques jours (mes neveux veillent au grain) mais je remonte à Paris vendredi. Nous avons sur le chemin du retour recueilli Adèle, que le collège avait jetée à la rue - avant que sa soeur ne la rejoigne pour une semaine !

 

J'en profite pour m'offrir un peu de couture. Je suis en pleine séance de décalquage de patrons ! Mes LMV (La maison Victor, une revue de patrons de couture, pour celles qui ne connaîtraient pas) sont épluchés tant par moi que par la miss.

 

Mais avant de vous dévoiler nos projets, que je vous montre mon joli petit pull rayé, tricoté au cours de ce mois de juin si particulier pour moi :

Un peu de fraîcheur...
Un peu de fraîcheur...

J'ai (presque) suivi un modèle.

Disons que j'ai copié sans vergogne certains détails du pull Seashore d'Isabell Kraemer: la petite patte boutonnée dans le dos, les finitions des bords et les "rehausses" latérales.

 

 

Un peu de fraîcheur...
Un peu de fraîcheur...

Pour le reste, ce fut un raglan top-down "normal"...

 

Fil : Bairro Alto de Rosarios (un coton sublime : au toucher soyeux, au tombé superbe et aux coloris subtils). J'en ai utilisé moins de 4 pelotes de 100 g.

 

Je l'adore, je rêve de de le porter, c'est quand même un haut d'été ! Il faudrait que les températures s'assagissent et cessent de m'en empêcher !

Allons, un peu de fraîcheur, que diantre !

 

 

PS. Pardonnez mon silence en réponse à vos commentaires. J'ai été très prise et éloignée de mon ordi et, décidément, le clavier du téléphone, c'est un peu petit pour moi... Mais sachez que je vous suis reconnaissante de tous vos gentils messages !

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0