Publié le 18 Juin 2024

Voici plus de 16 ans que ce blog existe. 1647 articles, une centaine par an, ont été publiés ici.

Celui-ci sera le 1648ème et dernier post... (peut-être seulement pour le moment ! Je n'exclus pas de le reprendre un jour s'il me manque trop...)

J'arrête pour de multiples raisons :

  • En premier lieu parce que je n'ai plus autant de matière pour le nourrir que par le passé : depuis des mois, il n'y a pas de nouveaux tutoriels tricot, pas de création de modèle, plus de broderie, de bijoux, plus de couture imaginative car je reprends toujours les mêmes patrons... On dirait bien que la souris s'essouffle !  L'arthrose n'y est sans doute pas étrangère, surtout pour le tricot...
  • Et aussi parce que ce blog s'appelait "Féminisme et arts du fil" et que les arts du fil, depuis un an, sont fortement supplantés par le dessin et l'aquarelle !
  • Et puis, en dernier lieu, la motivation a disparu : je ne veux pas DEVOIR faire un article sous la pression (la mienne !) alors que je n'ai rien à dire de vraiment neuf !!!

 

J'ai commencé ce blog par désir de partage : je voulais transmettre mes connaissances, mes expériences, je voulais participer à la renaissance du tricot et à l'arrivée de nouvelles méthodes (top-down, tricot circulaire, constructions...), je souhaitais proposer des idées (de modèles, d'assortiments de tissus, d'arrangements de couleurs...), voire des modèles...

Ces techniques sont maintenant la norme dans le milieu des tricoteuses. Les chaînes Youtube font florès et c'est très bien. 

Ma voix ne manquera pas... 

Je laisse ce blog en ligne. J'espère que mes petits conseils seront encore utiles. Et bien sûr si vous avez besoin, envie... de précisions, conseils, ou simple papotage, mettez-moi un message !

In fine

Je vous remercie, mes chères lectrices qui m'avez accompagnée au fil de ces années... C'était un bonheur de lire vos commentaires et ce fut un bonheur de rencontrer certaines d'antre vous.

Et si vous le souhaitez, donnez-moi de vos nouvelles (par l'onglet contact). Cela me fera plaisir... car je sais que vous me manquerez !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle en finit

Repost0

Publié le 17 Juin 2024

La souris est une passionnée. Elle ne fait rien à moitié. Et bien sûr, elle partage ses passions ! Donc voici des mois qu'elle vous tarabuste avec son nouvelle passion...

Oublierait-elle donc ses amours de toujours : les arts du fil ?

Que nenni ! Elle est fidèle. La preuve  ? Elle A-CHE-TE toujours !!!

A Vannes, la boutique Be-bop et Lula proposait ses coupons colorés - et hop, deux jolies popelines dans le panier !!!

Parlons fil !

A Landerneau, Bouclelaine recèle des merveilles et les présente sur son site : une commande fut passée, et hélas, pas récupérée sur place pour cause d'interruption de périple. Le facteur se chargera de lui apporter  ses 4 écheveaux de Ouessant fingering !

Parlons fil !

Quel beau pull cela donnera... quand la souris aura retrouvé le chemin du tricot ! Parce qu'en ce moment, ce n'est pas terrible terrible...

Bon, le corps a ses raisons : à droite l'épaule est faiblarde sur les rangs envers, à gauche le poignet rechigne et a du mal à franchir la barre des 4-5 rangs. Surtout quand il s'agit de tricoter avec de petites aiguilles (du n° 3) un top en fil d'ortie bien glissant à encolure en V qui oblige à tricoter en mailles envers un rang sur deux.

Parlons fil !
Parlons fil !

La souris est décidément présomptueuse... et surtout pas pressée ! A la vitesse où l'ouvrage avance, elle portera peut-être son pull en 2025...

(Et elle a encore acheté du fil fingering...)

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0

Publié le 12 Juin 2024

Notre "tour de Bretagne dessiné" a été abrégé : en un mois, nous ne sommes arrivés qu'au Pouldu - une vingtaine de kilomètres après Lorient ! Ceci dit, au "train de sénateur" où nous allions, les deux semaines qui nous restaient ne nous auraient guère permis de terminer ce tour...

Commençons par la rencontre nantaise : beaucoup de dessinateurs (1200, est-il dit !) mais peu de rencontres car nous ne suivions pas les chemins tracés (justement pour éviter de nous retrouver à 50 face au même sujet) et car les moments de rencontre et d'échange (le pique-nique par exemple, ou les "chemin de carnets") ont été perturbés par la pluie qui ne nous a pas épargnés. Pas sans cesse mais, semble-t-il dès que je m'installais pour dessiner !!!

Voici mes productions - dont je ne suis pas très fière : j'ai vraiment eu du mal à trouver des sujets, des points de vue ne mettant pas en oeuvre des notions complexes de perspective (ceci dit, cela me l'a fait travailler !).

Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !

Nous sommes ensuite remontés vers le golfe du Morbihan et avons cheminé, dessinant, visitant, nous posant dans bistrots, crèperies et camion quand la pluie nous faisait rentrer dans notre coquille. Ce qui est souvent arrivé la première semaine... à tel point que je me questionnais sur la suite de notre périple. C'est lorsque j'ai été sur le point de craquer que le soleil a fait son apparition, accompagné d'un vent frisquet. J'ai tenté trois fois la baignade dans une eau à 16° dont je suis sortie très vite !

Voici des aquarelles dont je suis un peu plus satisfaite, encore que le travail de la mer n'ait pas été si aisé ! Et nouveauté, je me suis essayée à un travail dans l'humide, à l'absence de trait et à un format plus grand. Que de changements d'un coup (et que de difficultés parfois !).

Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !

Mais à côté des aquarelles, j'ai beaucoup dessiné. L'apprentissage réalisé en dessinant tous les jours depuis avril s'est révélé payant. J'ai acquis une meilleure sûreté de trait, une meilleure perception des rapports de tailles et de volumes. Je l'avais lu, entendu - mais cela s'est avéré vrai : c'est en dessinant qu'on apprend !

Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !
Breizh atao !

Voilà un aperçu de ces semaines productives.

Quel plaisir procure la pratique du dessin ! Plaisir de le réaliser, de choisir son cadrage, de chercher sa palette. Plaisir de regarder, de s'imprégner de son sujet. Plaisir de la déconnexion et du recentrement, du temps long.

Et plaisir de se voir progresser, même si cela ne va pas toujours comme on veut.

Je sors rarement satisfaite d'un dessin quand je l'ai fini. Souvent, c'est le lendemain que je le regarde avec des yeux neufs et que je peux lui trouver quelques qualités. Et que j'analyse les défauts (en me disant qu'ils m'apprennent des choses !).

 

 

Alors, si cette activité vous tente, même si vous vous dites que vous ne savez pas dessiner, prenez votre craton, votre feutre, votre pinceau... et dessinez, dessinez, dessinez !

Pour preuve si vous ne me croyez pas, voici ma première aquarelle réalisée l'an dernier, le 27 mai 2023 : 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle dessine, #elle bouge

Repost0

Publié le 11 Juin 2024

Comment continuer ses vacances quand la santé d'une amie très proche s'est dégradée si rapidement qu'elle a été admise en service de soins palliatifs ? 

Nous suivions l'évolution de sa maladie depuis longtemps, nous assistions à l'échec des traitements, à la dégradation de sa qualité de vie, mais nous pariions chaque fois sur le succès du dernier traitement en cours. Nous l'avons vue la veille de mon départ pour Paris, rien ne laissait présager cette évolution si rapide (sans doute que si, mais nous ne voulions peut-être pas y penser ou y croire).

Samedi, elle était hospitalisée. Lundi, nous avons pris la route du retour.

Je suis très triste, mais je suis contente et soulagée d'être ici - pour pouvoir vivre ces moments auprès d'elle, auprès de son mari dévasté et épuisé, pour être avec eux et pas seulement en pensée à 1000 km !

 

Je vous parlerai plus tard de Bretagne, de dessin, de tricot...

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause

Repost0

Publié le 9 Mai 2024

Non, je ne suis pas une fervente promotrice de l'alcool au volant...

Je viens juste faire un dernier petit tour ici avant le départ, pour Paris demain, puis pour Nantes et pour la Bretagne, si le temps le permet (oui, j'émets des réserves sur la destination et/ou sur la durée du périple !). En effet, nous avons prévu de sillonner la péninsule, carnet en main, jusqu'au 23 juin, date d'une cousinade à Paris (famille de mon Grand Chéri). Mais la pluie incessante qui prévaut depuis quelques jours (semaines) ne m'incite pas à rêver d'une vie confinée en combi ! 

J'ai néanmoins préparé mes bagages, en prévoyant gros pulls et robes légères, et sans omettre le sac de tricot et le matériel de dessin.

Le volume dudit matériel a beaucoup cru (le croirez-vous ?) depuis la rencontre de sketchcrawl de Toulouse qui m'a vue reprendre le dessin. Si mon stock de laine qui fut longtemps exponentiel n'augmente plus (sans beaucoup diminuer pour autant), j'ai cédé à de multiples tentations dans les rayons beaux-arts dont je suis devenue fervente adepte : godets d'aquarelle, carnets et papiers 100% coton, pinceaux aux pointes variées, feutres et crayons aquarellables... se sont ajoutés à la modeste boîte 12 couleurs et au carnet 14 x 14 cm de mes débuts.

Il me fallait donc envisager le sac à dos : un Quechua 10 litres (le plus petit pour ménager mes épaules) fera l'affaire :

Y rentrent sans peine deux carnets (un 14 x 14 cm et un moyen 20 x 20 cm) et les deux pochettes sur mesure que je viens de coudre (une pour mes deux boîtes de couleurs et l'autre pour le matériel) :

Un dernier pour la route !
Un dernier pour la route !
Un dernier pour la route !
Un dernier pour la route !
Un dernier pour la route !
Un dernier pour la route !
Un dernier pour la route !

La trousse pour le matériel se roule, elle est très légère et assez peu encombrante, l'extérieur est en coton enduit (pour supporter les séjours au sol). Elle comporte quatre poches, dont trois permettent de voir le contenu.

De haut en bas :

  • une trousse fermée pour mes crayons aquarellables,
  • une poche à soufflet en mesh contenant le matériel de dessin (stylos, critérium, stylo-bille...)
  • une poche en plastique transparent contenant le petit matériel (godet, gomme, taille-crayon, chiffon...)
  • une poche à soufflet en mesh contenant les pinceaux et pinceaux à réservoir.

J'ai beaucoup regardé les manières de ranger leur matériel des autres dessinateurs (et surtout dessinatrices !) lors de nos rencontres du vendredi. Certaines ont investi dans des sacoches de rangement bien pensées mais très onéreuses (magasins de beaux-arts)... et, en toute honnêteté ( !!!!!???? ), je crois que ma pochette peut rivaliser avec elles et j'en suis extrêmement fière !

 

Avant de vous quitter pour plusieurs semaines, voici quelques petites aquarelles :

Un dernier pour la route !
Un dernier pour la route !
Un dernier pour la route !
Un dernier pour la route !
Un dernier pour la route !
Un dernier pour la route !

A bientôt  !

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud, #elle dessine

Repost0

Publié le 8 Mai 2024

Le tuto du top Pastel

J'ai eu des demandes d'explications sur ce top tout nouveau. Ce post devrait y pourvoir... bien qu'il ne s'agisse pas d'un patron.

 

Tout d'abord, les fils utilisés.

Le fil gris est un fil Aqua de Katia (un fil 50% nylon, 50% polyester provenant du recyclage des plastiques marins). C'est un fil très légèrement chiné, avec de jolis reflets et un tomber fluide. J'ai eu besoin de 7,5 pelotes.

Pour les rayures, j'ai utilisé les restes de fil Estérelle de Bergère de France, un fil 100 % coton mercerisé que j'avais utilisé pour faire des sacs 22 carrés au crochet :

J'ai privilégié les couleurs pastel. J'en ai utilisé moins de 100 grammes en tout.

Les aiguilles utilisées sont des aiguilles n° 4 (et 3,5 pour les côtes).

 

Et si on parlait design !

Je suis partie de mon tuto du pull raglan en top-down (téléchargeable sur Ravelry ici). C'est un principe que je maîtrise pour en avoir tricoté de nombreuses versions, je ne saurais vous dire quelles modifications j'ai faites car j'adapte mon tricot toujours au fil des essayages. Ainsi en va-t-il des augmentations des raglans : j'en saute parfois côté manches. Quand, me demanderez-vous ? Quand j'ai l'impression que les manches seront trop larges. Cela se fait à vue, par habitude.

Mais tout patron de Tshirt raglan conviendra parfaitement.

J'ai fait une petite fente dans le dos (superposition de 3 mailles).

Les fines côtes (manches et bas) sont suivies de 2 rangs de jersey rabattus simplement sur l'endroit pour que ça roulotte un peu.

Dans le bas, avant de faire des côtes séparées pour le devant et le dos, j'ai rabattu 7 mailles sur les côtés. A la fin des côtes, j'ai repris le tricot circulaire. J'ai donc repris ces 7 mailles  ( + plus celles du bord vertical des côtes) et j'ai tricoté les 2 rangs de jersey et le rang de rabattage sur toute la périphérie du pull.

 

Rien de compliqué quant au point :

Rg 1 : jersey envers dans la couleur complémentaire (CC) *

Rgs 2 et 3 : point jersey en couleur principale (CP)

Rgs 4 à 6 : point jacquard (petites croix)

- rg 4 : 3 m en CP, 1 m en

- rg 5 : 1 m CC, 1 m CP, 3 m CC

- rg 6 : comme le rg 3

Rgs 7 et 8 : jersey en CP

La séquence suivante est effectuée avec une nouvelle couleur complémentaire*.

* Une petite astuce : je tricote ce rang envers en mailles endroit sur l'envers (c'est-à-dire en changeant le sens de tricotage). On tire bien son fil au départ et à l'arrivée, et cela ne se voit pas plus que tout changement de couleur sur du jersey tricoté en rond !

Seule petite difficulté : l'alignement des "croix" lors des augmentations du raglan demande un peu d'attention.

Quant à l'alternance des rayures, c'est à vous de jouer : selon la couleur de fond, selon la longueur de vos restes de fils, selon vos goûts (pour les pastels ou les couleurs vitaminées). Vous pouvez utiliser autant de couleurs que vous voulez, de deux pour un pull bicolore à N. Vous pouvez créer un dégradé, un arc-en-ciel ou travailler des bandes. Ou bien encore choisir l'aléatoire !

J'ai essayé pour ma part de rester dans des coloris pastels, d'alterner couleurs froides et couleurs chaudes, du moins au début car certaines pelotes étaient épuisées) et surtout d'éviter une régularité monotone.

 

Voilà, vous savez tout tout tout sur le sujet !

A vous de jouer s'il vous a inspirées...

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote, #elle partage

Repost0

Publié le 7 Mai 2024

Recto :

Pastels

Verso :

Pastels

Tout juste tombé des aiguilles.

Pas bloqué (mais est-ce bien nécessaire ?). 

Juste à ma taille.

Trop beau... 

 

Ma main peut tricoter, c'est indéniable. Et le conseil de mon chirurgien me convient : "Continuez de vous servir le plus possible de vos mains !".

Pour le reste, s'est-il montré optimiste (" C'est une fracture sans risque") ou pessimiste ("car le risque de la fracture du scaphoïde c'est l'arthrose, or, l'arthrose, vous l'avez déjà !) ?

Le petit fragment cassé n'est pas recollé, il ne se recollera sans doute pas, on ne peut pas opérer, les osselets de mes poignets sont bourrés d'arthrose, de kystes, ils sont trop écartés, ou trop rapprochés, ils sont basculés, les tendons distendus, bref, c'est un vrai chaos là-dedans !!!

Alors, je vais traiter l'arthrose et la douleur par le mépris et continuer à me servir de ma main...

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote

Repost0

Publié le 30 Avril 2024

Mon poignet est toujours strappé - et rien de plus ! Je dois rencontrer enfin le chirurgien de la main dans trois jours. Il m'avait prescrit un scanner, l'IRM étant selon lui inutile (et le mois d'attente itou). Le scanner a montré... une fracture du scaphoïde (tiens donc !). Fracture  qui datera donc de plus de deux mois lorsque je le verrai. J'ai vraiment le sentiment qu'il y a eu quelques ratés dans la prise en charge... 

Au demeurant, je suppose que le temps fait son travail et que ça se consolide doucement et sans trop de douleurs (et de moins en moins).

J'aurai profité de ces deux mois pour 

- énormément lire,

- beaucoup dessiner dans mon carnet "Un dessin par jour" sans toujours bien m'en sortir :

Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard

- faire des tonnes d'exercices à l'aquarelle,

- coudre pour renouveler ma garde-robe d'été :

Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard
Deux semaines plus tard

- et, ces derniers temps, me remettre au tricot, parce que j'avais une idée (de génie !) et qu'il me fallait illico presto la mettre sur mes aiguilles :

Deux semaines plus tard

Nécessité faisant loi, j'ai trouvé une technique qui me permet de tricoter en jersey sans solliciter mon poignet gauche : l'aiguille gauche est coincée, et la main droite se contorsionne. Seul travaille l'index gauche  qui pousse les mailles hors de l'aiguille. C'est devenu assez efficace et le Tshirt avance bien...

Je devrais pouvoir vous le montrer avant mon départ en vacances. Le 10, je monte à Paris pour la visite d'oncologue de ma mère, et je rejoins ensuite mon Grand Chéri à Nantes où il sera monté en combi. Nous avons loué un appartement dans le centre de Nantes pour la semaine de la rencontre nationale des Urban sketchers. La suite se passera en combi, destination prévue la Bretagne (sauf si le beau temps n'est pas au rendez-vous !). 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud, #elle dessine, #elle tricote

Repost0

Publié le 13 Avril 2024

La sentence a été prononcée hier : fracture du scaphoïde possiblement ancienne (tiens donc !).

Elle était assortie de commentaires très désobligeants, presque des gros mots : arthrose dégénérative très sévère, poussée inflammatoire aigue, atteinte kystique du pôle je-ne-sais-plus-quoi-en-quatre-mots...

Bref, les choses se précipitent : je dois consulter un chirurgien de la main qui soit me fera faire une attelle adaptée pour immobiliser soit mettra "un clou"!  Et c'est fabuleux : j'ai obtenu un rendez-vous... le 3 mai !!! Cela ne fera que 9 semaines après mon envol raté... 

Finalement, il n'y avait pas urgence...

 

Il est beaucoup plus urgent à mes yeux de me coudre deux petites robes d'été dans ces coupons de double-gaze trouvés chez Batikou :

VerdictVerdict

Après tout, c'est ma main droite qui manie les ciseaux !!!

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud, #elle cause

Repost0

Publié le 10 Avril 2024

Pourquoi dessine-t-on ?

Difficile question...

Tout d'abord un peu de blabla parce qu'on ne peut répondre à cette question qu'à partir de son expérience personnelle du dessin. 

J'ai 72 ans. J'ai dessiné (beaucoup) jusqu'à 16-17 ans, puis de 24 à 26 ans (j'ai arrêté pour avoir raté le concours des Beaux-Arts), puis de 40 à 45 ans (j'ai arrêté parce que je n'étais pas contente de moi : je n'étais pas ex-cel-len-te et j'ai déchiré toutes mes productions). 

Mon Grand Chéri est un dessinateur, sketchcrawler et aquarelliste chevronné et reconnu (il expose, il a publié des carnets de dessins, il est invité dans des salons...) - sans doute la comparaison n'était-elle pas à mon avantage. J'ai recommencé à dessiner en mai dernier lors de la rencontre toulousaine de sketchcrawl : je me suis souvenue du plaisir intense que j'avais à dessiner et j'ai eu envie de tenter à nouveau l'essai.

J'avais vieilli, j'étais plus "sage" : quelle importance si j'étais nulle, ce qui comptait, c'était le plaisir que j'y prendrais. Et j'ai retrouvé ce plaisir de dessiner : ce sont des moments de concentration, et donc de recentrement, comme une sorte de yoga, je suis détendue, calme, apaisée. Oui, j' AIME dessiner.

Ceci dit : je suis aussi consciente de mes limites. J'ai fait des progrès fulgurants qui m'ont valu compliments et encouragements des sketchcrawlers (qui sont extrêmement bienveillants !) et les vôtres (vous qui êtes aussi des personnes extrêmement bienveillantes). J'ai très vite retrouvé une certaine "patte" mais je ne progresse plus aussi rapidement qu'au début. Et j'ai plus de difficultés à m'y mettre : déçue de mes productions qui reproduisent les mêmes recettes, consciente de mes faiblesses en dessin, j'ai le sentiment de patiner et dessine moins sur mon beau carnet Hannemühle, de peur de gâcher une page !

 

Alors pourquoi dessiné-je ?

Parce que j'ai aimé dessiner. Parce que j'aime dessiner. Parce que cela me fait du bien.

Et pourquoi me suis-je plusieurs fois arrêtée de dessiner ?

Parce que je me comparais aux autres. Parce que j'étais orgueilleuse (je voulais être très bonne ou rien). Parce que je ne travaillais pas assez pour progresser (puisque j'arrêtais !).

 

Mais aujourd'hui, je recherche moins l'admiration ou l'approbation des autres. Je veux juste éprouver ce plaisir que me procurent le dessin et l'aquarelle, et la joie simple de ces "temps volés au temps".

 

Je suis donc un conseil trouvé sur ce blog : je me suis acheté un second carnet, un carnet pas cher, ce sera mon carnet de dessin quotidien. Il sera rempli de réussites et de ratages, mais aucune page n'en sera arrachée. J'y ai déjà dessiné mon fauteuil au stylo-bille, une fleur aux crayons de couleur (mochissime !), et ce matin je suis très fière de ma corbeille de fruits au feutre noir. Il y a des sujets partout : si on regarde, on les voit.

Pourquoi dessine-t-on ?
Pourquoi dessine-t-on ?
Pourquoi dessine-t-on ?
Pourquoi dessine-t-on ?
Pourquoi dessine-t-on ?
Pourquoi dessine-t-on ?

Et si vous me rejoigniez dans cette petite expérience ?

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle dessine

Repost0