elle cause

Publié le 19 Mai 2022

Merci, les filles, pour vos réponses et commentaires - je les lis tous et ils me font un bien fou ! Mais le temps - et l'énergie - me manquent pour y répondre. Sinon par un grand sourire que je vous adresse mentalement (mais vous ne le voyez pas...)

 

Quelques nouvelles.... pas grand chose, j'avoue... Les jours se suivent, se ressemblent : clinique, maison, clinique, maison - et entre temps des courses, plein de coups de téléphone bavards avec la famille, les amis, les tricopines - et mon Grand Chéri qui est rentré hier de son séjour corse... qui devait être le mien, bouh !

Ma mère est en séjour SSR dans une clinique du XVIIème (la  clinique de la Jonquière - une clinique du groupe Orpéa ;-) et en est ravie. La prise en charge est excellente : kiné tous les jours, ergothérapie, ateliers de groupe, visites régulières du médecin, prise en charge du cancer, de la douleur... Il y a un petit jardin sympa, propice aux relations sociales. On ne dira juste rien de la nourriture

J'ai pu ralentir le rythme de mes visites à la clinique et je pense pouvoir partir pour le week-end de l'Ascension en Suisse : mon fils a loué un gîte où nous nous retrouverons tous (mes deux fils, leurs familles et nous).

J'ai aussi pu prendre le temps de retrouver des tricopines parisiennes (et suisses !) rencontrées lors du séjour tricot & Co - une éclaircie bienfaisante ! - et de... visiter avec elles le magasin de laine Cat'laine. Vous savez ma faiblesse laineuse, voici ma trouvaille, de la Katia Air lux :

Papapapa...risiennePapapapa...risienne

J'ai échantillonné, dessiné la grille dentelle de mon yoke et même monté l'encolure :

Papapapa...risienne

En espérant que je n'ai pas fait la même erreur que pour mon top en coton : l'encolure, une fois le tricot mis sur des aiguilles longues et tardivement essayé, s'est avérée trop, beaucoup trop large :

Papapapa...risienne

En cours de détricotage... je devais ne pas avoir la tête au tricot-réflexion !

La seule chose qui avance doucement, ce sont les chaussettes (grises !) de Fils aïné (le trajet aller en métro s'y prête, le trajet retour s'effectuant souvent dans un métro bondé, l'horreur).

 

Finalement, on dirait que ma tête tricoteuse me revient peu à peu...

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause, #elle tricote

Repost0

Publié le 4 Mai 2022

Mon vol pour la Corse est parti à 15 h 40, sans moi - car je suis de nouveau parisienne...

Ma maman est hospitalisée. Chute et fracture déplacée du coude droit. Plâtre puisque une opération, au vu de son état général, présente des risques. Reprise du cancer et de la chimio qui était en pause.

Mais, pour le service de gériatrie aigüe où elle a été admise en urgence, elle est valide, elle a toute sa tête, elle est continente. Elle peut rentrer chez elle.

Je me bagarre pour qu'elle soit admise en service de suivi et rééducation.

Mais, à la question "Le séjour amènera-t-il une amélioration de l'état du patient ?", le service conclut que non. Puisqu'aucune rééducation n'aura démarré. Bah oui, puisqu'elle est plâtrée. Donc, ce serait un séjour de confort.

Une demande a néanmoins finalement été faite. 

Peut-être ma mère pourra-t-elle y être accueillie quinze jours ? trois semaines ? 

Après quoi, elle pourra sortir. Puisqu'elle sera autonome.

 

Je fulmine... 

Comment fait-on ? On se débrouille ? 

Qui a mis la Santé dans cet état ?

 

 

Et puis, pourquoi donc vous enquiquinerais-je avec ça ? Y a pas de tricot, pas de couture, pas le moindre petit bricolage... et je ne sais pas quand il y en aura de nouveau...

J'ai bien emmené des chaussettes, mais elles n'avancent pas. Le trajet que j'effectue ne s'y prête guère : bus + tram + bus  (de banlieue à banlieue ) sont bondés aux heures où je les prends. 

Dites, les Parisiennes, vous faites comment pour tricoter dans les transports en commun ?

 

Je vous embrasse, mes chères copines...

 

Une souris déprimée  en colère qui va arrêter de récriminer...

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause

Repost0

Publié le 4 Avril 2022

Il est parfois nécessaire de se réconforter...  il faut juste trouver comment !

La souris était déprimée... faut dire qu'y a de quoi ! Et si on ajoute la neige et le plafond bas...

 

Avant de se prendre un  virus, une irradiation ou une tornade, et au risque de se choper un simple rhume, elle a été traîner ses guêtres dans des puces de couturières où elle a déniché ces merveilles :

Chercher le réconfort où il se trouve...

- trois écheveaux de Chunky Donegal tweed de Debbie Bliss (100% laine) dans un vert sympa pour une future écharpe (pour Fiston ?)

- quatre pelotes de Duo plus comfort d'Adriafil (coton -mérinos) dans une jolie harmonie gris/écru/saumon 

et

- quatre pelotes d'un fil étonnant - MooBoo de Plymouth yarn  -, acheté par curiosité en raison de sa composition fort intrigante : 

Chercher le réconfort où il se trouve...

Une petite tasse de lait, ça fait du bien, non ?

 

Et puis, c'est incroyablement doux.

 

Un peu de douceur dans ce monde de brutes...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause

Repost0

Publié le 7 Mars 2022

Celles de autres, oui (nous, nous sommes tout le temps en vacances !).

Nous avons quitté Paris en 1980 avec deux couples d'amis proches car nous rêvions tous de vie près de la nature. En vérité près de la montagne, les trois hommes étant des fanas de grimpe, de rando à ski, de courses en montagne. Nous avons choisi Grenoble pour cette raison et parce que c'était une ville universitaire, jeune, dynamique et intellectuelle (c'est l'image que nous nous en faisions et elle s'est avérée exacte).

Nous habitons maintenant en-dessous de Chamrousse et les vacances de février sont propices aux séjours de ski : celui de copains parisiens randonneurs a été suivi par celui d'Adèle et Louison qui sont très bonnes skieuses puis par celui d'Anaïs qui chaussait les planches pour la première fois. Elle a fait ses débuts sous la houlette de Grand Chéri (comme cela fut le cas des filles) et elle est mordue, elle aussi !

Entre temps, j'étais allée à Paris voir ma mère et l'accompagner pour sa visite à l'hôpital. Bref un mois de février très occupé. 

J'ai tout de même pris le temps de tourner un épisode de podcast, que voici, avec un peu de retard :

J'avoue retrouver la calme et l'ordre de ma maison avec plaisir... Et puis le temps de reprendre mes petites activités créatives que j'avais un peu abandonnées - hormis une poupée de tissu qu'Anaïs m'avait demandée.

Ah si, il y a aussi un châle qui a bien avancé en une dizaine de soirées  que j'ai passées, après le coucher d'Anaïs, scotchée devant la télé, abasourdie, consternée, et angoissée par le retour de la guerre si près de nous...

Les vacances sont finies ?

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause, #elle se youtube

Repost0

Publié le 12 Janvier 2022

La souris sort de son lit...

2021 s'est fini en beauté : ma mère, sitôt arrivée, a eu une gastro-entérite carabinée - l'idéal pour une personne de 93 ans en traitement chimio. Elle a perdu 4 kilos en 4 jours !

Elle avait auparavant suffisamment la forme pour venir passer les fêtes en famille, d'abord en Bourgogne puis chez nous. Nous avons eu très peur, et nous sommes sentis très désemparés - d'autant qu'aucun médecin n'a pu se déplacer : le répondeur de SOS médecine nous informait qu'ils ne pouvaient plus assurer de visites, je n'ai eu le médecin du SAMU qu'au téléphone après 2 h 16 de mise en attente sur disque... Nous avons hésité à aller aux urgences submergées de ces de Covid et craint qu'elle n'y passe des heures avant d'être prise en charge, tout en y récupérant un virus ultra-contagieux. Mais ma mère est un roc : elle s'est remise sur pied, et la voilà rentrée à Paris, avec l'aide sur place de mon neveu.

Quant à 2022, ça a mal commencé : aucune raison que j'échappe au virus peu amène de la gastro ! Toute la famille y est passée...

 

Bref, j'émerge : ma maison a retrouvé son calme... et son ordre ! 10 personnes, deux gastros... il y avait à faire, et c'est fait ! Comme dit mon Grand Chéri, "ça ne pouvait pas attendre"...

 

C'est un peu tard, mais je vous souhaite donc une

BoNnE aNnéE cRéaTivE !

et surtout pleine d'amour...

La souris émerge

Peu de créations ces derniers temps, vous vous en doutez. Néanmoins, j'ai eu le temps de rajouter aux pulls de mes petits-enfants un ensemble col-bonnet pour Anaïs...

Essayé et adopté !

La souris émerge

Laine : Big delight de Drops

Aiguilles : n° 5,5

Explications : col 76 m et point de godron sur 3 rangs et non 2 - bonnet côtes aux aiguilles n° 4 sur 72 m, puis jersey aux aiguilles 5,5  jusqu'à 20 cm de hauteur, et diminutions tous les 2 rangs d'une maille toutes les 12, puis 11, puis 10, puis 9 m jusqu'à avoir 18, passer la laine dans les 18 mailles restantes et serrer.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause, #elle partage, #elle tricote

Repost0

Publié le 20 Novembre 2021

Me voici de retour dans mes pénates après une grosse semaine parisienne : une fête de famille pour commencer, puis quelques jours avec ma maman, un passage chez des amis, les retrouvailles avec martichat (coucou, Martine !) pour un bel après-midi, et, pour clore le tout, la rencontre des 10 ans du groupe Ravelry Tricot and co.

Juste, de vous à moi,... ce grand week-end fut génial !!! Vous imaginez ça, soixante-dix nanas (et Mathieu !) réunies (je laisse le féminin, ce n'est pas un gars qui va prendre le dessus sur 70 filles !!!)  pour presque quatre jours de folie tricotesque ? 

Cela donne 70 X 2 X 3 (70 personnes x 2 ouvrages, pull et châle x 3 jours) laineux à admirer ! Il y avait profusion de Westales qui arboraient qui leur Shawlography (en cours ou fini), qui un autre de ses mystery KAL. Une véritable expo (c'est rare de pouvoir dans une assemblée admirer autant de beautés laineuses !)

Cela donne aussi des échanges laineux, verbaux, alimentaires (ces derniers compensant la misère de la malbouffe de cantine du centre !)

Cela donne surtout un grand bain de chaleur, d'amitié et de gaieté !

Dans lequel tricoter peut s'avérer peu efficace. J'avais emmené un ouvrage tout simple : un pull pour Simeon dont j'avais tricoté le raglan pendant les trois heures de voyage en train. Il ne restait que le corps du pull à tricoter en rond. Seule difficulté : gérer mes restes pour avoir assez de laine pour avoir autant de rayures au corps et aux manches. Et compter les rangs  dont le nombre était de 2 ou de 5 !!! Pas de difficulté majeure donc.

Eh bien, j'ai dû défaire plusieurs fois... (je vous rassure, je n'étais pas la seule à devoir détricoter pour cause d'étourderie). 

 

J'ai quand même réussi à terminer ce pull cette semaine :

Vacances... vacance !

Le terminer ? Oui, mais...non !

Regardez bien :

Vacances... vacance !

Eh oui, il y a comme un problème !

 

J'étais pourtant tranquille à la maison...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle bouge, #elle cause, #elle tricote

Repost0

Publié le 10 Septembre 2021

Nous voici de retour d'une balade en combi, du Queyras à la Drôme - pas très loin de chez nous, donc, point n'est forcément besoin de partir loin pour avoir des étoiles dans les yeux !

D'ailleurs, des étoiles, nous en avons vu, des vraies, celles qui illuminent nos nuits étoilées : au milieu de nos quinze jours de vacances, nous avons passé une nuit à l'Observatoire des Baronnies provençales.

Observatoire Astronomique Formation en astronomie

C'était le cadeau surprise que m'ont offert pour l'irruption imprévisible et saugrenue du chiffre 7 dans mon âge, mes fils, ma mère et mon Grand Chéri.

Ce fut magique : le temps fut magnifique (une des plus belles nuits de l'année, nous a-t-on dit), nous n'étions que nous deux, mon Grand Chéri et moi, et nous avons pu profiter pendant plus de dix heures d'un astronophysicien, d'un ingénieur de coupole et donc d'une coupole, pour nous tout seuls. Nous avons pu observer tous les astres de notre système solaire (sauf Mars), poser notre regard sur des étoiles lointaines, voir des cimetières et des pouponnières d'étoiles, repérer une galaxie lointaine, et même assister ("mathématiquement" s'entend, car on ne peut l'observer avec les télescopes) au passage devant son soleil d'une exoplanète (pas tout frais, l'évènement, puisqu'il datait de 1082 ans !)...

En résumé, cette nuit sous la coupole fut un moment inoubliable. Les fistons avaient bien choisi ce cadeau surprise (bon, ils connaissent depuis longtemps ma passion pour l'astrophysique et la cosmologie !).

 

Hier, nous avons retrouvé notre maison. Et nos yeux brillants !

En effet, à peine rentrés, nous étions encore en train de vider le combi quand une visite s'est annoncée. On nous apportait l'affiche de l'expo de mon Grand Chéri :

Les yeux dans les étoiles

... et surtout les carnets de dessins tout frais sortis de chez l'imprimeur !

Feuilleter le premier exemplaire fut un grand moment d'émotion (et de fierté !) :

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause

Repost0

Publié le 17 Août 2021

Le pull de la souris avance bien. Je parle bien de celui qui est en cours, vous savez, le rose/violine. Mais la souris passe un temps fou à dessiner la dentelle qu'elle veut en bas : une grande dentelle florale. Grande, c'est-à-dire sur une vingtaine de mailles.

Le corps du pull tricoté en rond fait 261 mailles (ne me demandez pas pourquoi,  il devait en faire 256 selon les calculs de la souris - c'est un pur miracle, des mailles se sont rajoutées en route !).

 

La souris s'est souvenue d'une histoire (ancienne) de diviseurs et de multiples . Elle a donc cherché les diviseurs de 261 et elle a trouvé : 1, 3, 9, 29, 87, 261.  Quelle chance de tomber sur un nombre quasi-premier !

Et ceux de 262 ? 1, 2, 131, 262. Encore pire !

Et ceux de 260 ? 1, 2, 4, 5, 10, 13, 20, 26, 52, 65, 130, 260. Nettement mieux ! 

 Et la souris en a déduit qu'elle devait dessiner une grille sur 18 mailles. Depuis, elle dessine des grilles de dentelle sur 18 mailles :

Quelle dentelle choisir ?
Quelle dentelle choisir ?

Et elle les essaie, bien sûr :

Quelle dentelle choisir ?

La souris est un génie des mathématiques, c'est bien connu.

La souris fait totalement confiance à ses compétences calculatrices.

Eh bien elle a tort !

 

Ni 261, ni 260, ni 262 ne sont divisibles par 18. Les multiples de 18 aux alentours de 261 sont 252 ou 270. Il faudrait soit rajouter soit enlever 9 mailles... bien trop donc.

 

Bon, la souris va essayer sur 260 mailles avec des grilles sur 20 mailles (260, ça se voit tout de suite que c'est divisible par 20 !)

 

La souris est nulle.

En maths.

Entre autres.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote, #elle cause

Repost0

Publié le 25 Juin 2021

Je partage avec vous ce petit article en guise de retour d'expérience sur mes essais de filage.

Filer... ou se défiler ?

Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé le geste du filage : sa lenteur immémoriale, l'attention toute tendue vers la rotation du fuseau, le toucher fin de la fibre qui s'étire...

Mais je lui reproche, non pas cette lenteur qui ne me dérange pas (au contraire, j'aime !), mais sa vitesse : celle avec laquelle le fuseau touche le sol quand on file assise. Je n'ai certes pas dépassé le stade où on coince le fuseau entre ses genoux  pour étirer la fibre, mais il ne me semble pas que cela ralentisse la vitesse de filage, au contraire.

Mon fuseau bricolé s'est avéré assez efficace (mais je n'ai aucun point de comparaison) - on va dire assez efficace pour filer un fil !

Ce fil est irrégulier, moins vers la fin, mais toujours. J'ai sans doute commencé à filer avec ce qui n'est pas le plus simple à filer : diverses laines de feutrage que j'avais cardées ensemble (et pas un beau ruban homogène). J'ai eu beaucoup de raccords, les fils de couleur restant relativement séparés, et les raccords ne sont pas très réussis.

Mon fil est beaucoup plus épais que ce à quoi je m'attendais : il me semble qu'il a beaucoup gonflé - vrai ou faux, je ne sais. Mais il ne "tortillonne" plus, ce qui me semble être un progrès !

Par contre, il est sans doute de ceux qui grattent et piquent - ma fibre n'ayant pas été sélectionnée pour sa douceur. C'est ce que j'avais sous la main - pour ma faire la main, justement, avant de toucher à mes deux belles fibres achetées par la suite.

J'ai retordu avec un fil de Holstgarn car je voulais garder toute la longueur, sans avoir un fil célibataire pour autant. Le retors, qui fut, je le redis, très capricieux, est peu serré - ce n'est pas pour me déplaire.

Un constat s'impose aussi : mon épaule, après quasi 48 h de filage, est douloureuse - elle est encore très fragile et cela ne l'a pas arrangée. Pour le moment, j'ai rangé mon fuseau !

 

En conclusion : l'expérience sera à retenter (un jour) :

avec un fuseau plus équilibré, plus "inerte", bref un fuseau de pro,

- avec une laine mieux "préparée", plus facile à filer,

- et avec... une épaule mieux remise !!! 

Comme dirait Grand Chéri, "un bon ouvrier a de bons outils".

 

Et puis, à la fin, il a conclu, en homme pragmatique, "tout ça pour ça  !" 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle joue avec la laine, #elle cause

Repost0

Publié le 3 Mai 2021

 

Un article paru dans le Dauphiné Libéré du 27 avril dernier :

Monsieur...

La souris est toute fière de son Grand Chéri...

 

 

 

 

Si vous voulez voir ses dessins, vous les trouverez sur Flickr ou sur sa page Facebook - ou encore sur son blog "Je croque donc je suis".

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause

Repost0