elle lutte

Publié le 30 Novembre 2009

 

Je vous ai parlé de mon féminisme et de mes questions métaphysiques et essentielles...

Dans la vraie vie, je lis beaucoup de livres de femmes, j'écoute beaucoup de musiques de femmes... Alors aujourd'hui, j'ai choisi de vous parler des filles en musique... enfin, de celles que j'écoute en ce moment!

J'avais écouté leur premier disque en boucle, et gavé mes collègues en leur demandant sans cesse "tiens, écoute ça, c'est super! Ah bon, je te l'ai déjà fait écouter?"
Elles en ont sorti un second et j'adore toujours ce mélange de rock mélomane et d'innocence un peu perverse. Ce sont les deux filles de Mansfield Tya (lien ici), qui sont françaises et chantent
en français et en anglais). Voici leur dernier CD:


J'écoute aussi des chanteuses anglophones.
Vous connaissez sans douté déjà les CocoRosie (lien ici). Elles sont un peu dans le même registre, avec, surtout dans leurs premiers disques, des inventions sonores originales.
Je vous propose aussi, moins connues et dans des registres différents mais originaux,  Jesca Hoop (lien ici) qui vient de sortir son deuxième CD, Feist (lien ici), Jenny Lewis (lien
ici) et Laura Gibson (lien ici).
Dites-moi si vous avez aimé...

Bon, ça ira pour aujourd'hui, je retourne à mes broderies de Noël...

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle lutte

Repost0

Publié le 30 Novembre 2009

Je me disais que vous qui lisez en titre "féminisme et arts du fil", devez vous demander où est passé le féminisme... On parle ici surtout de travaux d'aiguille!

Je me suis donc questionnée: où est passé mon féminisme? est-il soluble dans les travaux d'aiguille, si féminins? ou bien ceux-ci sont-iles, par essence féministes??? Dans ma vie, qu'est-ce qui fait que je peux continuer à me dire (ou à me croire) féministe?
Je continue à croire que:
- les femmes doivent gagner autant que les hommes,
- les femmes doivent disposer de leur corps,
- les femmes ne sont pas vouées au travaux ménagers,
- les femmes n'ont pas un cerveau différent de celui des hommes,
- les femmes doivent être représentées par des femmes...

Mais concrètement:
- j'ai cessé de travailler pendant la petite enfance de mes enfants, parce que je voulais les voir grandir, qu'ils aient une vie calme (et avoir le temps de leur coudre plein de jolis zabits!)
- j'ai assumé beaucoup de choses à la maison parce que moi, j'avais le temps, et que mon mari, lui, vaillant petit travailleur infatigable, devait gagner le pain du ménage à la sueur de son front;
- j'ai oeuvré dans des associations locales, de parents d'élèves, de quartier... et j'ai aimé ça, mais la politique, ça me gonfle, je ne suis pas une militante! et je l'ai laissée... aux hommes!
- la liberté sexuelle me semble une chose évidente mais j'exècre cette imagerie de la femme issue tout droit de la pornographie, et des purs fantasmes masculins les plus rétrogrades, que beaucoup de médias, et même de journaux féminins, véhiculent...
Existe-t-il une alternative entre popotte et cocotte?

Alors, féministe? ou plus?

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle lutte

Repost0

Publié le 26 Mai 2009

Merci, Fabienne, de m'avoir fait parvenir cette petite perle... des conseils extraits d'un manuel catholique d'économie domestique vers 1960

Oh, les filles, vous savez que c'est un discours qui était encore tenu quand j'avais... 9 ans!

 

 

Faîtes en sorte que le souper soit prêt

 

 

Préparez les choses à l'avance, le soir précédent s'il le faut, afin qu'un délicieux repas l'attende à son retour du travail. C'est une façon de lui faire savoir que vous avez pensé à luiet vous souciez de ses besoins. La plupart des hommes ont faim lorsqu'ils rentrent à la maison et la perspective d'un bon repas (particulièrement leur plat favori) fait partie de la nécessaire chaleur d'un accueil.

Soyez prête

Prenez quinze minutes pour vous reposer afin d'être détendue lorsqu'il rentre. Retouchez votre maquillage, mettez un ruban dans vos cheveux et soyez fraîche et avenante. Il a passé la journée en compagnie de gens surchargés de soucis et de travail. Soyez enjouée et un peu plus intéressante que ces derniers. Sa dure journée a besoin d'être égayée et c'est un de vos devoirs de faire en sorte qu'elle le soit.

Rangez le désordre

Faites un dernier tour des principales pièces de la maison juste avant que votre mari ne rentre. Rassemblez les livres scolaires, les jouets, les papiers, etc. et passez ensuite un coup de chiffon à poussière sur les tables.

Pendant les mois les plus froids de l'année

Il vous faura préparer et allumer le feu dans la cheminée, auprès duquel il puisse se détendre. Votre mari aura le sentiment d'avoir atteint un havre de repos et d'ordre et cela vous rendra également heureuse. En définitive veiller à son confort vous procurera une immense satisfaction personnelle.

Réduisez tous les bruits au minimum

Au moment de son arrivée, éliminez tout bruit de machine à laver, séchoir à linge ou aspirateur. Essayez d'encourager les enfants à être calmes. Soyez heureuse de le voir. Accueillez-le avec un chaleureux sourire et montrez de la sincérité dans votre désir de lui plaire.

Écoutez-le

Il se peut que vous ayez une douzaine de choses importantes à lui dire, mais son arrivée à la maison n'est pas le moment opportun. Laissez-le parler d'abord, souvenez-vous que ses sujets de conversation sont plus importants que les vôtres. Faîtes en sorte que la soirée lui appartienne.

Ne vous plaignez jamais s'il rentre tard à la maison

On sort pour dîner ou pour aller dans d'autres lieux de divertissement sans vous. Au contraire, essayez de faire en sorte que votre foyer soit un havre de paix, d'ordre et de tranquilité où votre mari puisse détendre son corps et son esprit.

Ne l'accueillez pas avec vos plaintes et vos problèmes

Ne vous plaignez pas s'il est en retard à la maison pour le souper ou même s'ilreste dehors toute la nuit. Considérez cela comme mineur, comparé à ce qu'il a pu endurer pendant la journée. Installez-le confortablement. Proposez-lui de se détendre dans une chaise confortable ou d'aller s'étendre dans la chambre à coucher. Préparez-lui une boisson fraîche ou chaude. Arrangez l'oreiller et proposez-lui d'enlever ses souliers. Parlez d'une voix douce, apaisante et plaisante. Ne lui posez pas de questions sur ce qu'il a fait et ne remettez jamais en cause son jugement ou son intégrité. Souvenez-vous qu'il est le maître du foyer et qu'en tant que tel, il exercera toujours sa volonté avec justice et honnêteté.Lorsqu'il a fini de souper, débarrassez la table et faites rapidement la vaisselle.

Si votre mari se propose de vous aider,

Déclinez son offre car il risquerait de se sentir obligé de la répéter par la suite et après une longue journée de labeur, il n'a nul besoin de travail supplémentaire. Encourager votre mari à se livrer à ses passe-temps favoris et à se consacrer à ses centres d'intérêt et montrez-vous intéressée sans toutefois donner l'impression d'empiéter sur son domaine. Si vous avez des petits passetemps vous-même, faites en sorte de ne pas l'ennuyer en lui parlant, car les centres d'intérêts des femmes sont souvent assez insignifiants comparés à ceux des hommes.

A la fin de la soirée

Rangez la maison afin qu'elle soit prête pour le lendemain matin et pensez à préparer son petit déjeuner à l'avance. Le petit déjeuner de votre mari est essentiel s'il doit faire face au monde extérieur de manière positive. Une fois que vous êtes tous les deux retirés dans la chambre à coucher, préparez-vous à vous mettre au lit aussi promptement que possible. Bien que l'hygiène féminine soit d'une grande importance, votre mari fatigué, ne saurait faire la queue devant la salle de bain, comme il aurait à le faire pour prendre son train. Cependant, assurez-vous d'être à votre meilleur avantage en allant vous coucher. Essayez d'avoir une apparence qui soit avenante sans être aguicheuse. Si vous devez vous appliquer de la crème pour le visage ou mettre des bigoudis, attendez son sommeil, carcela pourrait le choquer de s'endormir sur un tel spectacle.

En ce qui concerne les relations intimes avec votre mari

Il est important de vous rappeler vos voeux de mariage et en particulier votre obligation de lui obéir. S'il estime qu'il a besoin de dormir immédiatement, qu'il en soit ainsi. En toute chose, soyez guidée par les désirs de votre mari en ne faites en aucune façon pression sur lui pour provoquer ou stimuler une relation intime.

Si votre mari suggère l'accouplement

Acceptez alors avec humilité tout en gardant à l'esprit que le plaisir d'un homme est plus important que celui d'une femme, lorsqu'il atteint l'orgasme, un petit gémissement de votre part l'encouragera et sera tout à fait suffisant pour indiquer toute forme de plaisir que vous ayez pu avoir.

Si votre mari suggère une quelconque des pratiques moins courantes

Montrez-vous obéissante et résignée, mais indiquez votre éventuel manque d'enthousiasme en gardant le silence. Il est probable que votre mari s'endormira alors rapidement ; ajustez vos vêtements, rafraîchissez-vous et appliquez votre crème de nuit et vos produits de soin pour les cheveux. Vous pouvez alors remonter le réveil afin d'être debout peu de temps avant lui le matin. Cela vous permettra de tenir sa tasse de thé du matin à sa disposition lorsqu'il se réveillera.


Pourtant, je vous jure, quelques années plus tard seulement, le torchon allait brûler...

 

 

 


Il en parut six numéros  de 1971 à 1973

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle lutte

Repost0

Publié le 30 Mars 2009

J'ai vu hier le film "la journée de la jupe" qui était passé sur Arte il y a quelques jours. Adjani y campe une enseignante qui, un jour, lasse des humiliations subies, des cours impossibles, des élèves, craque. Elle prend ses élèves en otage avec l'arme qu'elle a trouvée dans le sac d'un élève.

Il y a beaucoup de choses dérangeantes dans ce film: les élèves sont au mieux indifférents, au pire ignares et
incontrôlables, certains collègues démagogues, la hiérarchie impuissante et surtout soucieuse d'éviter tout bruit et les parents d'élèves se laissent berner par leurs enfants et mentent effrontément. Le tout sur fond de racisme et de bêtise.

Et que répond cette femme quand la police lui demande ses revendications?
"L'instauration d'une journée de la jupe où les femmes pourraient se mettre en jupe sans être traitées de putes"

Ce film m'a beaucoup interpellée:
- en tant qu'ex-psychologue scolaire ayant exercé dans des quartiers difficiles (avec des enfants d'âge primaire, certes plus jeunes que ceux du film mais pour certaines voués à ce devenir!)
- en tant que femme et féministe (cela ne s'avoue guère plus, mais je le revendique haut et fort). Comme dit la ministre du film, "les femmes ont lutté pour avoir le droit de porter des pantalons et, celle-là, elle veut qu'elles se remettent en jupe!". Lors de l'hiver1967 (trois mois avant 68!), lycéenne de 16 ans, j'ai été collée pour "port du pantalon en-dehors de jours autorisés": de toute manière, même si cela avait été un jour autorisé, j'aurais été punie car le port du jean était interdit....

Bref, la question du droit des femmes est
encore et toujours d'actualité...

Allez, pour finir, quelle jupe mettrai-je lors de la journée de la jupe? C'est ce que nous verrons demain...

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle lutte

Repost0

Publié le 13 Mars 2008

Vous m'avez comprise, je ne suis pas de la première jeunesse! Je l'avoue, j'ai fait mes débuts dans ma vie de femme dans les années 70. J'avais 17 ans en 68. J'ai découvert alors la révolution et les garçons. Je ne sais dans quel ordre. 

J'ai aussi découvert le féminisme. Combattu pour l'égalité des sexes. La libération sexuelle. La contraception libre et gratuite. L'avortement. J'ai été militante au MLF. J'ai été militante au MLAC.
Je traduis: Mouvement de libération des femmes, Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception.
Je persiste et je signe. Beaucoup de combats ont été menés et gagnés, mais la victoire est fragile et jamais définitive.

Pourquoi commencer ainsi, par une déclaration de féminisme, un blog sur les travaux d'aiguille qui sont si féminins, et peu féministes, me direz-vous.

Parce que ça a tout à voir. 
Parce que, dans ces fameuses années 70, je voulais à tout prix ne pas ressembler à ma mère et aux femmes qui les avaient précédées - j'étais la femme nouvelle, moderne. Au feu jupes, jupons, maquillage, minauderies, mièvreries et... travaux féminins!
Parce que, dans les années qui ont suivi, nous avons découvert l'amitié, la sororité, le partage.  Et découvert que le monde traditionnel des femmes avait plein de richesses et de savoirs. Nous avons alors renoué avec les travaux d'aiguille...

 

Voir les commentaires

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle lutte

Repost0