Les années 100 Idées

Publié le 13 Mars 2008

J'en étais à la  conjugaison féminisme et travaux d'aiguille.
Eh non, je ne raconte pas d'histoires, on l'a tenté à l'époque. 

En voici la preuve:

 

 

undefined


C'est la photo de la couverture du second cahier spécial printemps du journal Marie-Claire (en 1973!) - il avait beaucoup d'idées pour ce numéro, qui devait devenir le numéro 2 du magazine 100 Idées.

Ah, cette revue... pendant plus de 10 ans, je l'ai attendue tous les mois. Depuis lors, régulièrement, je sors la caisse qui contient ma collection et je la feuillette...

100 Idées, c'est toi qui m'a appris à coudre, tricoter, broder. Pour être plus exact, tu m'a désappris et je t'en remercie.
Faut que j'explique: je suis petite fille d'une couturière de métier, et fille d'une très bonne couturière. J'ai toujours vu, et j'ai appris, comment faufiler une toile tailleur, monter un col ou une poche passe-poilée, rentrer un embut... bref, faire de la belle ouvrage mais au prix d'heures de labeur.

Et ça, ça me gonflait. Je voulais que ça aille vite. Voilà ce qu'alors nous proposait 100 Idées:

 

 

 

 

undefined


Je récidive dans la citation - ça, c'est le numéro 6, de mars 74, et... c'est le premier vêtement que je me suis cousu: une robe tablier, sans patron ou presque, faite en quelques heures et portée fièrement (bon, sur un jean, parce qu'elle s'ouvrait vraiment beaucoup!). La mienne était en tissu fleuri de Laura Ashley (fleurettes blanches sur fond bleu gris).
Bon, je vous en offrirai d'autres dans les prochains jours...

 

 

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle cause

Commenter cet article