Vacances

Publié le 3 Juin 2020

L'Homme ne tient plus en place... L'Homme veut se déconfiner pour de vrai. Il  a besoin de bouger, de partir, d'aller voir ailleurs (pas si j'y suis, parce que j'y serai !).

Moi, au final, j'ai adoré être confinée, j'ai adoré ce calme, cette absence d'obligations diverses et variées, ce temps s'écoulant doucement au rythme des séances tricot-couture-lecture-films, des balades en forêt et des longs coups de téléphone aux proches... Et ce n'est pas sans mal que je me déconfine !

Mais je suis sûre que je serai heureuse quand j'y serai, parce que la vie en combi, c'est super léger... comme un peu confiné, quoi !!!

 

Nous avons donc préparé le combi pour une quinzaine en vadrouille (où ? là où le vent - disons, la météo - nous poussera) avant d'aller, sitôt la frontière ré-ouverte, serrer nos petits Suisses dans nos bras, et enfin d'aller chercher ma maman parisienne qui n'en peut plus de cet enfermement. Ce qui nous mène début juillet, date des vacances de nos Lyonnaises que nous emmènerons une semaine : elles rêvent de se poser dans un camping - avec piscine - et de s'y faire plein de copains-copines. 

 

Voilà, la vraie vie reprend... Normal, quoi...

 

J'ai donc fait mes préparatifs : j'ai bien sûr rempli mes valises, sans oublier d'assortir pantalons, tuniques, sandales et même masques (faut ce qu'il faut !). J'ai pensé à prendre

       les chargeurs, le BUJO,

                 la tablette, les stylos,

                         le fauteuil, les maillots,

                                la liseuse, la lessive,

                                         les e-liquides et les guides,

                                               la confiture d'oranges,

                                                        les médocs et le cirage,

                                                              crème solaire et crème visage,

                                                                  des pochettes et les serviettes...

Bref l'utile, le nécessaire.

 

Ce qui ne fut pas le plus difficile. Non, le plus ardu, ce fut l'indispensable.

"Qu'est-ce que j'emporte comme ouvrage ? ".

Ma pochette de matériel tricot ? C'est vital. Dans le sac.

La paire de chaussettes du fils ? Bien sûr, ça va de soi - facile à trimbaler, on a 5 minutes, on fait trois rangs. Dans le sac.

Le lin turquoise avec son point super-compliqué tout frais échantillonné ? Ce n'est pas recommandé - faut tout le temps compter, oui, mais si jamais Grand Chéri voulait dessiner une double page, ce serait faisable. Dans le sac.

La soie noire ? Evidemment - ce sera surtout du jersey, avec juste un petit semis de point dentelle, et puis, si on ne tricote pas le noir au moment où la lumière est à son max ! Dans le sac.

Le châle en laine mille morceaux ? Bah oui, ça changera des chaussettes, et puis, faudrait qu'il avance. Dans le sac.

Et si jamais, par hasard, sait-on jamais, des pelotes nouvelles rejoignaient frauduleusement mon panier et exigeaient d'être au minimum échantillonnées - je devrais peut-être emmener TOUTES mes aiguilles. Dans le sac.

Le deuxième, parce que tout ne tient pas dans le premier.

 

- Dis, la souris, il y a 2800 mètres de fil dans ton sac ! Tu vas vraiment tricoter tout ça ?

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle bouge

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Il est terrible ce stress qui nous mènerait à emporter notre atelier couture-tricot-lecture "pour le cas où" et qui se renouvelle à chaque départ en voyage. Combien de fois j'ai rêvé d'avoir le sac de Mary Poppins !
Bonnes vacances.
Bises amicales
Répondre
G
Moi aussi j'adore le confinement. J'ai d'ailleurs commencé 5 semaines avant tout le monde et j'ai la chance que mon employeur ait décidé que je continue mon télétravail.
Oui, je sais, il faudra bien que je ressorte, mais pourquoi ? Je ne pars plus en vacances et je n'ai aucune boutique intéressante pour "magasiner" à une distance décente. J'arrive à acheter et me faire parvenir tout ce dont j'ai besoin pour vivre, même une tondeuse. Et puis, les gens me font peur à se comporter comme si tout était fini. Pour moi, c'esst pareil : si je l'attrape, sans traitement, j'y reste.
Je te(vous) souhaite d'excellentes vacances, de belles images, de belles rencontres, de beaux ouvrages et, vraisemblablement, de beaux achats pour requinquer tes stocks !
BIZ
Répondre
N
Ah ben zut !! Satané over blog m'a fait râter cet article ! Bonnes vacances et à bientôt !!
Répondre
E
Bonnes vacances et bravo pour cette jolie prose !
Répondre
I
Tiens on dirais mon sac (mr mari disait valise de demenagement) de travaux de vacances...et en plus j'ai toujours un sac vide au cas ou des pelotes ou autre materiel veulent se faire adopter lol profitez bien
Répondre