Défaire ou... déprimer ?

Publié le 30 Avril 2017

Panne de laine pour le châle d'Adèle...

Impossible d'en retrouver, le coloris a disparu des stocks...

Et la laine reçue de la bienheureuse Yvonne après ma requête sur Ravelry, n'est pas du même rose.

Direction le magasin de toutes les tentations (on n'oublie pas que je suis en mode no-buy). La gamme Drops ne présente pas de rose aussi particulier, sauf un coloris en Népal. J'ai donc acheté une pelote de Népal rose (obligé!) et constaté qu'il n'y avait toujours pas  la pelote de Belle rouge qui me manque (une autre virée s'impose donc la semaine prochaine!).

 

Mais la Népal, c'est de la bulky, elle est beaucoup plus épaisse que l'alpaga du châle. Qu'à cela ne tienne, je m'en vais te la transformer en laine fine. Je n'utiliserai qu'un brin.

Ceci dit, c'est plus facile à dire qu'à faire, car il n'est guère aisé de séparer les trois brins. Les fils se tortillent à tout va et n'ont de cesse de se rassembler - dans le désordre, s'entend.

Tout allait donc fort mal jusqu'à ce que...

Défaire ou... déprimer ?
Défaire ou... déprimer ?

... je me fabrique un dévidoir express à l'aide d'une pince à cheveux. Je tire sur un brin d'une main, sur deux brins de l'autre et je laisse pendre la pelote, qui se met à tourner dans le vide comme une toupie. J'embobine ce que je viens de séparer, et je recommence.

L'inconvénient, c'est qu'on ne sépare que quelques dizaines de centimètres à la fois (la distance entre les mains levées et le niveau juste au-dessus du sol car la pelote ne tourne que si elle est dans le vide!).

 

Mais bon, on a le temps, au fond... non...  je suis calme... je ne m'énerve pas...

 

Et dès que j'ai au une longueur de laine suffisante, j'ai repris mon ouvrage... et là...

Défaire ou... déprimer ?

... ça se voit... pas beaucoup... mais beaucoup trop ! Même Grand Chéri trouve que ça ne va pas.

 

Alors qu'en général, si je lui demande si ça va, ce que je fais ou tente, il me dit toujours, parfois même sans avoir regardé,  "ouais ouais, ça va !". Là, il a dit "ça ne va pas", et, en plus, il regardait l'ouvrage, et pas par la fenêtre.

 

Et puis,  EN PLUS, le fil obtenu est un single, qui ne demandera qu'à casser.

 

Alors, maintenant, je fais quoi, moi ?

 

Une dépression, na.

Et je commence de suite.

 

Je reviens dès que ma dépression est finie.

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle partage, #elle tricote

Commenter cet article

Hermine Bleue 03/05/2017 15:48

coucou Miclasouris !
si tout n'est pas déjà défait, j'ai 2 petites idées pour vous aider :
- pour que la laine dédoublée (dé-triplée dans le cas présent) ne soit pas trop fragile / cassante, il faut retordre chaque brin obtenu pour resserrer la vrille (même principe : attacher au bout un objet qui fait une masse, et le faire tourner comme une toupie façon yoyo) bobiner, pincer, recommencer...
- est-ce que en détricotant juste quelques rangs, il n'y a pas moyen de trouver dans vos pelotes entamées, solitaires... un rose plus pâle encore ?
vous ferriez un transition : 4 rgs très clair, 4 rose n°1, 2 très clair, 2 rose n°1, 2 très clair, 2 rose n°2, 2 très clair, 4 rose n° 2, 4 très clair, et continuer en rose n]2.
qu'en pensez vous ?

miclasouris 04/05/2017 15:19

Je vais tenter le coup... dès que je m'y remets... bon, faut que je m'y remette, sinon, ça va sédimenter... Merci merci. Michèle

nicole 01/05/2017 07:59

ça c'est vraiment râlant. C'est le truc qui peut m'énerver aussi. Maintenant j'achète en quantité suffisante...
Courage, on dit faire et défaire c'est toujours travailler.....Faut pas déprimer pour autant, y a pire dans la vie.

miclasouris 01/05/2017 11:01

Bon, je suis de retour, ma déprime était peu profonde ! Pour ce qui est de la laine, j'ai un problème : je ne veux pas rater les "bonnes affaires" et j'achète..; ce qu'il y a, soit trois pelotes dans ce cas. Ceci dit, j'avais plus que ce que dit le modèle...