The little black... veste!

Publié le 21 Novembre 2014

Je voulais me faire un manteau.

 

Vous devez avoir compris, depuis le temps que je me répète, que je craque assez très facilement. Sur des tissus, des laines, de la mercerie... Du neuf, du vieux (je vais même jusqu'à parfois acheter un vêtement usagé sur un banc de marché parce qu'en passant, un bouton m'a fait un clin d'oeil!). Du cher, du pas cher, de l'utilisable ou de l'inutilisable (eh oui, ça m'arrive!)...

Mais j'ai toujours autant de mal à utiliser mes beaux tissus, mes belles laines, ceux dont j'ai mûrement réfléchi l'achat, que j'ai payé le juste prix (soit bonbon). Parce que j'ai peur de les gâcher, parce que je veux être sûre de ce que je veux faire, parce qu'il y a toujours un coupon qui traîne et fera l'affaire...

Voilà pourquoi je me retrouve avec ça (je précise que la photo - nullissime! - ne l'arrange vraiment pas!) :

The little black... veste!

 

 

J'avais dans mes placards un vieux fond de chute de laine bouillie à dessin, restant d'un manteau cousu bien avant mon ère blogomaniaque, et un micro-coupon de lainage trouvé chez Natacha il y a quelques hivers derniers.

- Un manteau?

- Bon, une veste...

Et voilà que je te taille ça, que je te juxtapose les petits morceaux pour en faire des gros, que je te les couds, que je double tout ça avec un vieux coton sympa de Marèse.

 

 

The little black... veste!

Et puis voilà que ça me donne une veste très très très courte avec des manches très très très courtes. Et voilà même que je leur fais un revers, comme ça j'ai des manches encore plus courtes que très très très courtes.

 

The little black... veste!

5 gros boutons vintage et dépareillés plus tard, parce qu'en plus, je ne vais pas mettre plus cher dans les boutons que dans la veste, ma veste a pris un petit air années 50 (ou 60?) que je ne déteste pas...

The little black... veste!

Au moins, je pourrai la fermer (la veste!).

Et puis, elle a un col montant. L'air ne pénètrera donc que par les manches et je ne me gèlerai que les bras... Et seulement en-dessous de la troisième lombaire.

 

 

Serais-je radine en fait? Une radine qui se camouflerait sous des faux airs de craqueuse...

 

 

 

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle coud

Commenter cet article