Pompom girl

Publié le 17 Novembre 2014

Non, il ne s'agit en rien des activités personnelles qui expliqueraient mon absence relative de ce blog. Ni majorette ni mijaurée.

Je suis absente pour cause de maternité.

Oui, la mienne. Certes, elle date d'une certain temps, mais ça vous poursuit, ça.  Quand on est mère, c'est pour la vie.

Fils cadet a décidé, après deux ans d'arrêt, de terminer sa thèse. J'en suis ravie. Tant de travail pour lâcher, j'aurais trouvé ça dommage. Je l'aurais compris car conjuguer un travail d'enseignant (débutant) et une thèse, c'est forcément difficile. Mais bon, il a décidé de la soutenir en 2015.

Et moi, que viens-je faire là-dedans? Eh bien, je corrige. Pas mon fils, non, la thèse! D'abord une traduction de 450 pages, puis la thèse elle-même qui devrait en faire autant. Je ne vous l'ai jamais dit, mais mon premier métier, aux détours de la vingtaine, fut correctrice d'imprimerie. Eh bien, les réflexes reviennent, tout, la manière de lire aux aguets, sans vraiment lire, et même les signes de correction. C'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas!

 

Et les pompons, dans tout ça? Ce sont ceux du bonnet que je viens de tricoter pour Adèle. Parce que quand même. Y a pas que la maternité dans la vie.

Y a aussi la grand-maternité!

Pompom girl

Modèle: I love pompoms heart de Karen Borrell

Laines: grise aux reflets violacés (bien plus grise que sur la photo et bien plus foncée!) Challenge de Bouton d'or - restes de pelotes dans des coloris assortis à ceux du manteau d'Adèle

 

Pompom girl
Pompom girl

Aiguilles: n° 4

J'ai fait 7 bandes faites de 4 rgs couleur et 5 rangs gris (1 rg endroit, 3 rgs envers, 1 rg endroit, pour éviter les transitions de couleur) en faisant des diminutions au niveau des 3 dernières bandes envers grises (parce que j'avais peur de manquer de laine!)

 

Je file, faut que je retourne à la maternité correction.

Après ça, je vous jure,  je serai super calée en histoire de l'Italie médiévale, na! Je pourrai vous filer des cours, ça peut toujours servir...

 

 

Rédigé par miclasouris

Publié dans #elle tricote, #elle cause

Commenter cet article

Eliette 18/11/2014 11:09

Joli travail, et pour le bonnet et pour la thèse, félicitations !!!

miclasouris 18/11/2014 13:35

La thèse, je n'y suis pour rien! ;-)
Le bonnet, j'assume...
Merci!

gilberte 17/11/2014 20:02

hou la bon courage je ne serai pas capable de faire comme vous cella doit etre un sacré boulot bravo gilberte

miclasouris 17/11/2014 21:20

Ah l'amour maternel, ça donne des ailes! Et puis, les réflexes reviennent... souvenirs souvenirs! Je retrouve mes 20 ans...
;-)

martichat 17/11/2014 17:18

Bravo pour le bonnet, mais surtout bravo (à la mère et au fils) pour la thèse !!! Tu l'as lue en Italien aussi ?

miclasouris 17/11/2014 19:03

Non, il a traduit des chroniques du XIIIème - je corrige donc en français. la thèse le sera aussi. Vaut mieux!
;-)